L’UE mobilise 33 milliards de FCFA pour l’opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel : Le déploiement de la Force prévu courant Juin 2017

0
G5 Sahel

La réunion ordinaire du Conseil des Ministres du G5 Sahel s’est tenue hier mardi 6 juin 2017 à Bamako en présence des chefs des missions diplomatiques, et Représentants des Organisations Internationales et de nombreuses autres personnalités. Il ressort de cette réunion ministérielle que le déploiement de la force conjointe du G5 sahel est prévu pour le mois de juin 2017. Par conséquent, l’UE (Union Européenne) a pris l’engagement de mobiliser un montant de 50 millions d’euros (33 milliards de FCFA) destiné à l’opérationnalisation de la force conjointe du G5 sahel. Dans son discours d’ouverture, le président du Conseil des Ministres du G5 Sahel, Abdoulaye Diop, Ministre malien des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale a fait savoir que des défis majeurs persistent face aux enjeux sécuritaires en Afrique et dans le monde notamment dans la région du Sahel. Selon lui, la paix et la sécurité se sentent plus que jamais menacées.

« Chaque année, les assises du Conseil des Ministres du G5 Sahel nous offrent l’opportunité de réitérer les engagements des Etats membres, et leur attachement aux valeurs et principes fondateurs du G5 Sahel. L’interdépendance, la solidarité, et la coopération interétatique pour la paix, la sécurité et l’intégration représentent les fondements de notre Institution commune. Activité essentielle dans la vie de notre  organisation, la présente session nous permettra de nous focaliser en profondeur sur ces valeurs et fondements, afin d’offrir de meilleures conditions d’existence aux peuples de notre espace sahélien », c’est par ces mots que le Ministre malien des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Abdoulaye Diop a commencé son allocution. Avant d’ajouter le G5 Sahel a pour objet : de garantir les conditions de développement et de sécurité dans l’espace des pays membres ; d’offrir un cadre stratégique d’intervention permettant d’améliorer les conditions de vie des populations ; d’allier le développement et la sécurité, soutenus par la démocratie et la bonne gouvernance dans un cadre de coopération régionale et internationale mutuellement bénéfique, et de promouvoir un développement régional inclusif et durable. A l’en croire, le G5 Sahel, contribue à la mise en œuvre simultanée des actions de sécurité et de développement dans les Etats membres, grâce notamment à la consolidation de la paix, la sécurité, et la stabilité dans l’espace du G5 Sahel, au développement des infrastructures de transport, d’hydraulique, d’énergie et de télécommunications, à la création de conditions d’une meilleure gouvernance dans les pays membres, au renforcement des capacités de résilience des populations en garantissant durablement la sécurité alimentaire, le développement humain et le pastoralisme.

‘’La paix et la sécurité se sentent plus que jamais menacées’’

« Toutefois, des défis majeurs persistent face aux enjeux sécuritaires en Afrique et dans le monde notamment dans la région du Sahel. Et la région du Sahel n’est pas épargnée.  La paix et la sécurité se sentent plus que jamais menacées. Les trafics illicites, la criminalité transnationale organisée, l’immigration clandestine, l’extrémisme violent, le changement climatique,  et l’insécurité alimentaire ont pour conséquence de ralentir considérablement notre développement économique et social. Devant cette situation critique, je formule le vœu que la présente réunion du Conseil des Ministres puisse nous conforter dans notre volonté et notre capacité commune à trouver les meilleures solutions pour qu’hommes, femmes et jeunes de notre communauté G5 soient épargnés par tous ces maux », a martelé le ministre Diop. En outre, le ministre s’est réjoui du fait que le processus de planification de l’opérationnalisation de la Force Conjointe-G5 Sahel converge, résolument, vers l’obtention d’un mandat  du Conseil de Sécurité autorisant le déploiement de ladite Force, courant Juin  2017. « Déclenché par la Décision historique de nos Chefs d’Etat, lors du 2ème  Sommet du G5 Sahel, tenu à Bamako le 6 Février 2017, portant sur la mise en place de ladite Force…ce processus a-t-il été couronné, récemment, par la tenue de la Réunion Informelle d’Information du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU) sur la Force Conjointe du G5 Sahel, le 30 Mai 2017 à New York, à laquelle ont pris part activement, le Groupe des Ambassadeurs du G5 Sahel à New York, les experts  des pays membres du Conseil de Sécurité, et les experts militaires du Secrétariat de l’ONU », a rappelé le ministre Diop. A ses dires, l’objectif visé était de mobiliser le Conseil de Sécurité, en vue de l’adoption rapide d’une décision qui, approuve le déploiement de la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5 S), et autorise le Secrétaire général de l’ONU à identifier le mode d’appui financier et logistique durable et prévisible à apporter à ladite Force. Le président du Conseil des Ministres du G5 Sahel, Abdoulaye Diop a invité les partenaires bilatéraux et multilatéraux à apporter un appui renforcé en matière financière et logistique, et de partage du renseignement en temps réel, afin de faciliter l’opérationnalisation rapide et intégrale de la Force conjointe. « Je saisis cette opportunité, également, pour apprécier l’engagement de l’UE de mobiliser un montant de 50 millions d’euros destiné à l’opérationnalisation de la FC-G5 S, et à l’octroi de formations appropriées et de Conseil par le biais des missions PSDC (EUTM et EUCAP) et les actions de stabilisation du Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique », a conclu le ministre Diop.

Aguibou Sogodogo

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here