Lutte contre la drogue : Plus de 4 tonnes de drogues détruites par l’OCS

1
Lutte contre la drogue : Plus de 4 tonnes de drogues détruites par l’OCS

Dans le cadre de la lutte contre la drogue, la direction de l’Office central des stupéfiants (OCS) a procédé, le Mercredi 2 Novembre 2016, à la destruction de plus de 4 tonnes de produits stupéfiants et psychotropes saisies par ses unités et celles de la police nationale et de la gendarmerie nationale. Cette cérémonie d’incinération des produits stupéfiants a eu lieu à Dio dans le cercle de Kati en présence du DG de l’OCS, Magistrat Lt Colonel Adama Tounkara, du substitut du procureur de la Commune VI du pôle judiciaire spécialisé du district de Bamako, Youba Alfousseyni Diop, du Sous-préfet de Kati, Sadio Kéïté, du Maire de Dio, Daouda Kané.

Selon le Directeur général de l’Office central des stupéfiants (OCS), Magistrat Lt Colonel Adama Tounkara, la présente opération d’incinération découle de l’article 136 de la loi 01-078 du 18 juillet 2001 modifiée portant sur le contrôle des drogues et précurseurs. « Cet article prévoit que la destruction des produits se fait en présence des représentants de l’autorité judiciaire et les membres de la commission de destruction. C’est sur la base de cet article, que le Procureur de la République près le tribunal de Grande instance de la Commune VI a ordonné le 5 septembre 2016 la destruction de ses produits », a-t-il dit.

A l’en croire, la quantité de drogues qui a été incinérée est de 3 tonnes 500 kg de Cannabis, 500 kg de psychotrope et 435 grammes de cocaïne pour une valeur marchande estimée à plus d’un demi milliard de francs cfa. Pour lui, toute cette quantité a été saisie entre le mois de mars à octobre 2016. Cependant, il sied de noter que ces drogues ont été saisies par trois services de répression à savoir : l’Office central des stupéfiants pour 2 tonnes 800 kg, 500 kg de psychotropes et 435 grammes de cocaïne.

La police et la gendarmerie se repartissent pour la saisie de 700 kg de Cannabis. Le but de cette incinération est d’une part d’éviter le retour de ces produits dans le circuit du commerce illicite et d’autre part d’informer et sensibiliser la population sur l’ampleur du trafic et de la consommation de drogue et inviter la société civile à s’approprier l’enjeu de ce phénomène.

Moussa Dagnoko

PARTAGER

1 commentaire

  1. Pour une 1ère fois nous voyons des images de quelque chose qui brûle et certains disent que c’est la drogue et non des tourteaux. Vrai ou Faux? Mais vous l’éloignez de la ville sinon quand le vent va changer de direction et amener la fumée sur la ville tout le monde va dormir hein, en marchant; roulant jouant en caquetant!!!! car toute la vertu de cette drogue se trouve dans sa fumée.
    Mise en scène ou réalité???? Bravo!
    Plus les forces onusiennes resteront plus la drogue sera sollicitée car c’est le levain dans les zones en conflit.
    Quand la paix reviendra ça va diminuer; OK?
    merci.

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here