Lutte contre le crime organisé dans la région : Le Conseil de sécurité salue les initiatives des pays du Sahel

0
0

La présidence du Conseil de sécurité de l’ONU a rendu hommage aux Etats et aux dirigeants de la région du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest pour «les initiatives et les mesures importantes» qu’ils ont adoptées pour la lutte contre le crime organisé, et souligne la nécessité du soutien des organisations régionales et de la communauté internationale en matière de partage des informations.

A l’issue d’une réunion du Conseil de sécurité consacrée à «l’impact de la criminalité transnationale organisée sur la paix, la sécurité et la stabilité en Afrique de l’Ouest et dans la région du Sahel», un hommage a été rendu «aux Etats et aux dirigeants de l’Afrique de l’Ouest et de la région du Sahel pour les initiatives et les mesures importantes qu’ils ont adoptées, à l’échelle nationale et régionale, en vue de contrer la menace que représente le crime organisé dans leur région.»

Cet organe de décision de l’ONU, qui a été saisi d’un rapport de la mission d’évaluation des incidences de la crise libyenne sur la région du Sahel, a invité le Secrétaire général de l’ONU à prendre en compte ces menaces dans les stratégies de prévention des conflits, l’analyse des conflits, l’évaluation et la planification intégrées des missions, et l’appui à la consolidation de la paix.

Sur ce point, le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a indiqué que les gouvernements de la région ouest-africaine et sahélienne ont besoin du soutien des organisations régionales et, plus largement, de la communauté internationale en vue de consolider et d’appuyer les capacités requises dans les domaines du partage des informations, de la prévention, des enquêtes, de l’application de la loi et de la surveillance des frontières.

Ceci, a-t-il ajouté, «devrait être développé parallèlement avec la création de modes de subsistance permettant de faire face aux défis de la pauvreté, de l’insécurité humaine et du sous-développement». Lors des débats, l’ambassadeur d’Algérie à l’ONU, Mourad Benmehidi, a déclaré que les régions du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest présentent toutes les conditions de «sanctification et de développement d’un foyer régional de radicalisation et de violence terroriste». «Cela s’opère en jonction avec les nombreux réseaux de criminalité organisée pratiquant les trafics illégaux de drogue, d’armes et d’êtres humains», a-t-il déploré. L’Algérie, a-t-il ajouté, «prône une approche orientée vers une action ciblée et efficiente basée sur l’appropriation par les pays du champ (Algérie, Mali, Niger et Mauritanie) de la lutte contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière, en assumant la responsabilité de la sécurité et de la stabilité dans leur espace territorial, conformément à leurs obligations internationales».M. Benmehidi a énuméré les actions initiées par les pays de la région pour combattre ce fléau, et mentionné le consensus et l’engagement des pays du champ pour combattre les fléaux qui touchent la région, selon une approche intégrée poursuivant les objectifs de sécurité et de développement, lors dela Conférenced’Alger de septembre 2011. L’Algérie, a-t-il affirmé, «n’a de cesse de développer des efforts pour combattre le financement du terrorisme et pour sensibiliser contre le procédé criminel des groupes terroristes consistant en la prise d’otages et leur libération en contrepartie de versements de rançons». Cette pratique, a-t-il poursuivi, «reste un défi préoccupant à relever, tant elle sert le financement et le recrutement en faveur du terrorisme, notamment en conjonction avec la criminalité organisée et les trafics illégaux en tous genres».

A.R.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.