Macron adoube une force des pays du Sahel contre le terrorisme

1
Macron adoube une force des pays du Sahel contre le terrorisme

VIDÉO – Le chef de l’Etat participe ce dimanche au Mali Ă  un sommet des cinq pays (G5) du Sahel qui ont dĂ©cidĂ© de se doter d’une force militaire conjointe de 5000 hommes pour lutter contre les groupes terroristes. Un projet sur lequel Paris compte, pour qu’Ă  terme les Africains assurent eux-mĂȘmes leur sĂ©curitĂ©, mais qui se heurte d’emblĂ©e Ă  de sĂ©rieuses difficultĂ©s.

À la veille de son discours devant le CongrĂšs Ă  Versailles, Emmanuel Macron passera dimanche quelques heures Ă  Bamako, au Mali. Le chef de l’État, qui s’Ă©tait dĂ©jĂ  rendu Ă  Gao auprĂšs des militaires français de l’opĂ©ration «Barkhane», le 19 mai dernier, participera cette fois aux travaux du sommet qui rĂ©unira dans la capitale ses homologues du G5 Sahel. Un dĂ©placement destinĂ© Ă  marquer officiellement le soutien de la France Ă  la force militaire conjointe que ces cinq pays (Burkina-Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) ont dĂ©cidĂ© de mettre sur pied pour lutter plus efficacement contre le terrorisme.

Ce «club» du G5 Sahel, auquel la France n’appartient pas formellement mais qu’elle accompagne au plus prĂšs, rassemble le BurkinabĂ© Roch Marc Christian KaborĂ©, le Malien Ibrahim Boubacar Keita, le Mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, le NigĂ©rien Mahamadou Issoufou et le Tchadien Idriss Deby Itno.

La dĂ©cision de ces pays de se doter d’une force militaire conjointe a Ă©tĂ© prise en fĂ©vrier dernier mais l’idĂ©e remonte en 2015. Elle Ă©mane des chefs d’Ă©tat-major des pays sahĂ©liens qui Ă©taient encore rĂ©unis Ă  Bamako, samedi Ă  la veille du sommet, pour peaufiner leur projet. Cette force, prĂ©vue pour compter 5000 hommes issus des cinq partenaires, doit thĂ©oriquement ĂȘtre opĂ©rationnelle Ă  l’automne. Son quartier-gĂ©nĂ©ral sera Ă  Bamako et elle sera commandĂ©e par le gĂ©nĂ©ral malien Didier Dacko.

Nouvelle Ă©tape

Le sommet du 2 juillet «marquera une nouvelle Ă©tape avec le lancement effectif de cette force conjointe, qui pourra poursuivre les terroristes de l’autre cĂŽtĂ© des frontiĂšres», indiquait-on cette semaine Ă  l’ÉlysĂ©e. Dans une rĂ©gion sahĂ©lienne vaste comme l’Europe, livrĂ©e Ă  tous les trafics (drogue, armes, trafics humains
) et oĂč les groupes terroristes se jouent de frontiĂšres Ă©minemment poreuses, le droit de poursuite apparaĂźt comme une nĂ©cessitĂ© majeure. Ce principe doit ĂȘtre pris en compte par cette force conjointe du G5 Sahel. Emmanuel Macron devrait prĂ©ciser dimanche les modalitĂ©s exactes de ce soutien qui consistera surtout en Ă©quipements, mais pas en troupes supplĂ©mentaires pour Barkhane, selon l’ÉlysĂ©e.

Depuis deux ans, des opĂ©rations militaires transfrontaliĂšres, entre deux, voire trois pays de la rĂ©gion, sont montĂ©es en nombre croissant avec le soutien «Barkhane» qui compte 4 000 hommes. L’opĂ©ration française, qui a succĂ©dĂ© Ă  «Serval» en aoĂ»t 2014, joue un rĂŽle moteur pour faire agir ensemble, -sur leurs frontiĂšres communes-, des pays qui n’avaient guĂšre l’habitude de coopĂ©rer. «L’idĂ©e est de rendre ces opĂ©rations permanentes», indique un militaire proche du dossier, en confirmant que la France sera fortement impliquĂ©e dans la mise en Ɠuvre de la force conjointe.

Soutien a minima de l’ONU

Les attaques djihadistes, qui se dĂ©roulaient surtout dans le nord du Mali, se sont multipliĂ©es ces derniers mois plus au sud, dans la boucle Ă©largie du fleuve Niger. C’est le cas notamment dans la rĂ©gion appelĂ©e le Liptako-Gourma, aux confins du Mali, du Niger et du Burkina-Faso. Une Ă©volution qui a contraint l’opĂ©ration «Barkhane» Ă  se rĂ©organiser, notamment en dĂ©plaçant son centre de gravitĂ© vers la rĂ©gion centrale du Mali et Ă  intensifier sa coopĂ©ration avec le G5 Sahel.

Les difficultĂ©s apparaissent toutefois nombreuses. La force conjointe a reçu un soutien a minima du de l’ONU, le 21 juin, mais pas de mandat formel. Au Conseil de sĂ©curitĂ©, les États-Unis ont Ă©tĂ© Ă  la manƓuvre pour bloquer la rĂ©solution prĂ©sentĂ©e par la France et pour imposer une ligne de grande prudence, notamment d’un point de vue financier. La rĂ©solution se «fĂ©licite» de la perspective d’une telle force mais souligne que «c’est aux États du G5 Sahel de lui donner les ressources dont elle a besoin». Pour Donald Trump, dont le Sahel est trĂšs loin d’ĂȘtre la prioritĂ©, il n’est pas question de payer.

La force conjointe nĂ©cessitera environ 400 millions d’euros. L’Union europĂ©enne n’en a promis que 50 millions. Les pays de la rĂ©gion, qui figurent parmi les plus pauvres du monde, traĂźnent les pieds. «Le Tchad ne peut pas avoir 1400 hommes au Mali -dans la mission des Nations-Unis (MINUSMA)- et en mĂȘme temps des soldats dans le G5», dĂ©clarait rĂ©cemment le prĂ©sident tchadien Idriss DĂ©by dans une interview Ă  des mĂ©dias français. «MĂȘme si les financements arrivaient, il y a un choix Ă  faire», ajoutait-il. CĂŽtĂ© français, on espĂšre que certains pays europĂ©ens dĂ©jĂ  impliquĂ©s au Sahel, en premier lieu l’Allemagne mais aussi les Pays-Bas et la Belgique, apporteront leur soutien.

Emmanuel Macron pourra préciser sa «vision»

A Paris, on n’Ă©voque en rien la perspective d’un retrait. La France accompagnera la future force rĂ©gionale «dans la durĂ©e» jusqu’Ă  ce que «la situation soit pacifiĂ©e», indiquait rĂ©cemment le ministre des Affaires Ă©trangĂšres Jean-Yves Le Drian, dans une interview au Monde. Toutefois, l’enjeu d’une telle force conjointe africaine -un concept maintes fois Ă©voquĂ©- vise, Ă  terme, Ă  passer aux Africains le flambeau de leur propre sĂ©curitĂ© que Paris tient jusqu’Ă  prĂ©sent Ă  bout de bras.

La visite Ă©clair d’Emmanuel Macron lui permettra peut-ĂȘtre de prĂ©ciser sa «vision» de l’Afrique et de sa politique vis-Ă -vis du continent, peu discernable jusqu’Ă  prĂ©sent. Hormis la rĂ©affirmation du soutien militaire de la France, les propositions du prĂ©sident de la RĂ©publique pour remĂ©dier Ă  la dĂ©shĂ©rence Ă©conomique du Nord Mali et pour relancer l’application de l’accord d’Alger sont trĂšs attendues.

L’absence de dĂ©veloppement, la mauvaise gouvernance, la corruption sont parmi les causes profondes d’une crise dont la solution «ne sera pas militaire», soulignent les experts. Autant de sujets qu’Emmanuel Macron pourrait Ă©voquer sans dĂ©tour avec ses homologues, notamment lors de son entretien en tĂȘte Ă  tĂȘte avec le Malien «IBK».

PARTAGER

1 commentaire

  1. Nous disons et rappelons la vĂ©ritĂ© fait mal aux malhonnĂȘtes et les met hors d’eux mais apaise et rend heureux les honnĂȘtes

    1)Nous disons et rappelons tout le monde sait avec un brin d’honnĂȘtetĂ© mĂȘmes les tarĂ©s idiots de naissance et ceux qui refusent de connaitre la vĂ©ritĂ© d’une chose pour des raisons primaires primitives Ă©goĂŻstes que

    *nous sommes DANS UNE COMPÉTITION MONDIALE ÉCONOMICO POLITICO MILITARO RELIGIEUSE OÚ TOUS LES COUPS SONT PERMIS SANS AUCUN ÉTAT D’ÂME POUR FAIRE MAL DÉTRUIRE ASSERVIR SOUMETTRE DÉPOSSÉDER L’AUTRE ET OÚ IL N’Y A PAS DE PLACE POUR LES BÊTES LES COMPLEXÉS LES COUARDS LES CUPIDES LES FAIBLES LES FAINÉANTS LES FARFELUS LES IDIOTS LES INSOUCIANTS LES LAXISTES LES MÉDIOCRES LES MENDIANTS LES NAÏFS LES PARESSEUX LES PEREUX LES PLEURNICHARDS LES RÊVEURS LES SENTIMENTAUX LES SYBARITES LES TARÉS

    *BIZARREMENT CURIEUSEMENT ÉTONNAMMENT ÉTRANGEMENT LES ATTAQUES DES VOYOUS DE FAMEUX TERRORISTES FAUX DJIHADISTES FAUX ISLAMISTES MAINTENANT EXTRÉMISTES VIOLENTS ONT COMMENCÉ LEURS ATTAQUES CONTRE LE BURKINAFASSO AVEC LA CHUTE DU LETTRÉ MUTANT HOMME EN ARMES BLAISE COMPAORÉ QUI ÉTAIT LEUR HÖTE LEUR HÉBERGEUR ET IL ÉTAIT AUSSI L’HÉBERGEUR L’HÖTE DE L’ARMÉE DES SOI- DISANT AMIS ENNEMI LES AUTRES ANCIENS COLONISATEURS DU BURKINAFASSO

    *BIZARREMENT CURIEUSEMENT ÉTONNAMMENT ÉTRANGEMENT LES ATTAQUES DES VOYOUS DE FAMEUX TERRORISTES FAUX DJIHADISTES FAUX ISLAMISTES MAINTENANT EXTRÉMISTES VIOLENTS CONTRE LA ZONE PÉTROLIFÈRE ET URANIFÈRE AU TCHAD N’A COMMENCÉ QUE LORSQUE UN GRAND NOMBRE DE SOLDATS ET OFFICIERS TCHADIENS ONT ÉTÉ AFFRIANDÉS ALLÉCHÉS APPÂTÉS PAR DE SOI-DISANT MISSIONS DES SOI-DISANT AMIS ENNEMIS LES AUTRES ORGANISATIONS DU TCHAD EN DEHORS DE LEUR PAYS LE TCHAD

    *BIZARREMENT CURIEUSEMENT ÉTONNAMMENT ÉTRANGEMENT LES ATTAQUES DES VOYOUS DE FAMEUX TERRORISTES FAUX DJIHADISTES FAUX ISLAMISTES MAINTENANT EXTRÉMISTES VIOLENTS CONTRE LA ZONE PÉTROLIFÈRE ET URANIFÈRE AU NIGER N’A COMMENCÉ QUE LORSQUE LE NIGER VOULAIT METTRE EN QUESTION REVOIR LES ACCORDS PASSÉS AVEC UNE GRANDE COMPAGNIE URANIFÈRE

    *BIZARREMENT CURIEUSEMENT ÉTONNAMMENT ÉTRANGEMENT LES ATTAQUES DES VOYOUS DE FAMEUX TERRORISTES FAUX DJIHADISTES FAUX ISLAMISTES MAINTENANT EXTRÉMISTES VIOLENTS CONTRE LE FAMEUX NORD DU MALI RICHE EN MINERAIS HYDRO-BOTANIQUE LE PROCHE ET MOYEN ORIENT A PORTÉS DE MISSILES N’A COMMENCÉ QUE LORSQUE AU NOM DE SOI-DISANT ACCORD BIDON ET DE FOUTAISE LA SURVEILLANCE DE LA ZONE FUT CONFIÉE AUX SOLDATS ET OFFICIERS REBELLES MNLA ET CONSORTS CHEVAL DE TROIE DANS L’ARMÉE MALIENNE

    2)Nous disons et rappelons aux burkinabĂ©s et burkinabĂ©es aux maliens et maliennes aux nigĂ©riens et nigĂ©riennes aux tchadiens et tchadiennes fiers honnĂȘtes ayant un amour profond pour leurs pays

    *COMMENT PEUT-ON METTRE EN PLACE UNE FORCE MILITAIRE COMMUNE DITE G5 SAHEL SANS EN AVOIR LES MOYENS FINANCIERS ON APPEL CELA METTRE LA CHARRUE AVANT LES BOEUFS

    il faut ĂȘtres DES SOUMIS DES ESCLAVES DES SANS DENTS DES SANS PUDEURS DES SANS VERGOGNES de lettrĂ©s mutants politiques de prĂ©sidents de chefs de partis de dĂ©putĂ©s de maires Hommes en armes sociĂ©tĂ©s civiles religieux ENFANTS INGRATS ÉGOISTES CUPIDES BOUFFEURS IMPÉNITENTS DES DENIERS PUBLICS ET DONS QUI ATENDENT TOUT DE LEURS SOIT DISANT AMIS ENNEMIS LES AUTRES D’ARABIE D’ASIE D’EUROPE DES AMÉRIQUES ET ORGANISATIONS MÊME POUR CONSTRUIRE DES CHIOTTES DANS LEURS VILLAGES

    *COMENT PEUT-ON ÊTRE UNE FORCE MILITAIRE AUTONOME INDÉPENDANTE SOUVERAINE TELS L’OTAN LE PACTE DE VARSOVIE QUI S’AUTOFINANCENT Si ce sont les soit disants amis ennemis les Autres d’Arabie d’Asie d’Europe des AmĂ©riques et Organisations dont certains sont les maitres et commanditaires de ces Voyous de Fameux Terroristes Faux Djihadistes Faux Islamistes maintenant ExtrĂ©mistes Violents QUI DOIVENT FINANCER LA MISE EN PLACE DE CETTE FORCE MILITAIRE DITE G5 SAHEL

    il faut ĂȘtres DES SOUMIS DES ESCLAVES DES SANS DENTS DES SANS PUDEURS DES SANS VERGOGNES de lettrĂ©s mutants politiques de prĂ©sidents de chefs de partis de dĂ©putĂ©s de maires Hommes en armes sociĂ©tĂ©s civiles religieux ENFANTS INGRATS ÉGOISTES CUPIDES BOUFFEURS IMPÉNITENTS DES DENIERS PUBLICS ET DONS QUI ATENDENT TOUT DE LEURS SOIT DISANT AMIS ENNEMIS LES AUTRES D’ARABIE D’ASIE D’EUROPES DES AMÉRIQUES MÊME POUR SE FAIRE ARRACHER UNE DENT

    3)Nous disons et rappelons aux burkinabĂ©s et burkinabĂ©es maliens et maliennes aux nigĂ©riens et nigĂ©riennes tchadiens et tchadiennes fiers honnĂȘtes ayant un amour profond pour leur Burkina Mali Niger Tchad

    *qu’il suffit de confier le front des combats contre ces Voyous de Fameux Terroristes Faux Djihadistes Faux Islamistes maintenant ExtrĂ©mistes Violents aux soldats et officiers venus dans leurs armĂ©es par vocation prototypes des burkinabĂ©s maliens des nigĂ©riens tchadiens antiques fiers honnĂȘtes courageux intrĂ©pides sans peur prĂ©fĂ©rant la mort Ă  la honte non parentaux non familiaux non claniques politiques incorporĂ©s juste pour « bouffer leur part de GĂąteau-Pays Succulent Savoureux qui donne de l’embonpoint » et ni rebelles « cheval de Troie »

    *Et si leurs gouvernements respectifs accepetent une fois dans leur vie de les doter d’armes avions hĂ©licos dromes de combats modernes adaptĂ©s achetĂ©s avec le budget allouĂ© aux forces de dĂ©fense (ils doivent faire un sacrifice Ă©norme pour ne pas bouffer ce budget comme ils en ont l’habitude tout en sachant qu’ils tomberont malades d’avoir fait cela) qui assumeront avec succĂšs leur mission rĂ©galienne en usant de la guerre classique si les ennemis en usent et la guerre asymĂ©trique si les ennemis en usent car ils ont 1amour profond pour leurs pays pour mettre hors d’état de nuire sans aucun Ă©tat d’ñmes ces Voyous qui ne sont point «des foudres de guerre » comme veulent le faire croire leurs maitres et commanditaires car certains «dĂ©talent comme des lapins quand on met le feu Ă  leurs fesses » car ils ne veulent pas mourir et les autres veulent vite mourir « en se faisant exploser » pour l’Enfer leur Habitat Naturel qui est leur paradis

    *AINSI LE BURKINA LE MALI LE NIGER ET LE TCHAD RETROUVERONT LA PAIX LA TRANQUILLITÉ LA SÉCURITÉ L’UNITÉ NÉCESSAIRES AU VRAI DEVELOPPEMENT AU GRAND DAM DE LEURS SOI- DISANT AMIS ENNEMIS LES AUTRES ET ORGANISATIONS
     
    4)Nous disons et rappelons et insistons IL NE FAUT JAMAIS AU GRAND JAMAIS COMPTER SUR LES AUTRES OU UN TIERS POUR ASSURER LA SÉCURITÉ LA DÉFENSE DE SON PAYS AU RISQUE DE VOIRE SON PAYS SOMBRER DANS UN CHAOS INDESCRIPTIBLE TELS EN AFGHANISTAN L’IRAK ET OU VOIRE SON PAYS DIVISÉ EN DEUX ENTITÉS DISTINCTES TELS EN YOUGOSLAVIE AVEC SA BALKANISATION LE SOUDAN AVEC SA SOUDANISATION

    *si LES SOIT DISANT AMIS ENNEMIS LES AUTRES ANCIENS COLONISATEURS ET AUTRES ORGANISATIONS AVEC LEURS SOLDATS SOUS MANDATS DE RENOUVELLEMENT EN RENOUVELLEMENT DE MANDATS VOULAIENT L’UNITÉ DU MALI ILS L’AURAIENT DÉBARRASSER DEPUIS FORT LONGTEMPS DES VOYOUS DE FAMEUX TERRORISTES FAUX DJIHADISTES FAUX ISLAMISTES MAINTENANT EXTRÉMISTES VIOLENTS BASÉS DANS UN ENDROIT BIEN CIRCONSCRIT AU PAYS KIDAL ET QUI NE SONT POINT DES FOUDRES DE GUERRE COMME ILS LE SAVENT SI BIEN ET EN OUTRE ILS ONT LES MOYENS MATÉRIELS MILITAIRES MAIS CES VOYOUS SONT Á LEURS BONS SOINS AU PAYS KIDAL Á PARTIR DUQUEL ILS PARTENT POUR ATTAQUER LE MALI ET S’Y REPLIENT RAPIDEMENT ET SEULS SONT ÉLIMINÉS CEUX DEVENUS INCONTROLÉS AU COURS DE SOI-DISANT OPÉRATIONS SOI-DISANT ANTI TERRORISTES

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here