Mali: Adama, 16 ans, islamiste du Mujao ou paumé dans la guerre?

39
Adama a fait la connaissance des islamistes du Mujao, qui détiennent au moins un otage français, Gilberto Rodriguez.

Il y a encore quelques jours, il prĂ©parait Ă  manger pour les islamistes du Mujao, qui dĂ©tiennent un otage français… Adama, un adolescent, a Ă©chouĂ© Ă  la gendarmerie de SĂ©varĂ©, dans le centre du Mali, oĂą L’Express a pu le rencontrer. 

Il s’appelle Adama, et dit avoir 16 ans. AĂ®nĂ© d’une famille de trois garçons, il n’a passĂ© que deux ans Ă  l’Ă©cole et aide son père, burkinabĂ©, dans le champ. La famille est installĂ©e dans la rĂ©gion de Niono, assure-t-il, une localitĂ© situĂ©e 60 kilomètres au sud de Diabali, prise le 14 janvier par les islamistes qui l’auraient ensuite abandonnĂ©e, selon l’armĂ©e malienne, après des bombardements français. Son village, D’Enngoudou, ne compte qu’une seule mosquĂ©e, wahabbite. Son père la frĂ©quente peu. En temps normal, Adama est parfois employĂ© par un Ă©leveur, pour tirer ses boeufs; en Ă©change, le patron lui offre du riz. Il nourrit ainsi sa famille. Il y a quelques semaines, comme chaque annĂ©e, Ă  la fin de la pĂ©riode agricole, Adama et son ami Mohammed sont partis chercher un job en ville.

Leur destination Ă©tait SĂ©varĂ©, affirme le jeune homme. Mais ils ont pris, “par erreur”, un bus pour Douentza, une ville dĂ©tenue depuis septembre par les islamistes. ArrivĂ©s sur place, des inconnus les ont interpellĂ©s: “Venez faire la cuisine pour nous. Vous serez logĂ©s et bien payĂ©s.” Les adolescents, qui ne parlent que le bambara, ont Ă©tĂ© bien traitĂ©s. Et le travail Ă©tait simple: “Chaque jour, on prĂ©parait des spaghettis, avec des tomates et des oignons, explique Adama. On ne comprenait rien. Ils parlaient arabe, ou tamacheck,” la langue des Touaregs. Un seul pouvait communiquer avec eux, toujours aimable. “C’est un Peul noir qui parle bambara,” se souvient le garçon. Son nom? “Abou Zeid“.

 

 

VoilĂ  comment, au dĂ©but du mois de janvier, le jeune Adama et son ami Mohamed ont fait la connaissance l’organisation du Mujao, qui dĂ©tient au moins un otage français, Gilberto Rodriguez, enlevĂ© en novembre 2012 dans l’ouest du Mali, et qui tente, depuis près d’un an, d’imposer sa vision de la “charia totale”.

Il semble tout ignorer de la stratégie des islamistes

Assis sur le sol, dans une pièce de la gendarmerie de SĂ©varĂ©, Adama porte le mĂŞme pantalon coupĂ© court que ses ex-employeurs islamistes, mais il assure qu’il ignorait tout d’eux. Ils ont quittĂ© la ville, du jour au lendemain, explique-t-il: “Un boutiquier nous a dit qu’ils Ă©taient partis pour la guerre. On a compris qu’on ne serait pas payĂ©s Ă  la fin du mois. Alors, on est partis.”

Son histoire est peu plausible. Mais il serait surprenant, a contrario, qu’Adama ait rejoint les rangs du Mujao par affinitĂ© idĂ©ologique. L’appât du gain, alors? Le sergent Pascal Diawara, qui a interrogĂ© le jeune homme, n’est guère convaincu: “Du travail, on en trouve Ă  SĂ©varĂ© ou ailleurs, payĂ© 1000 francs par jour, explique-t-il. Il y a bien plus de travail ici qu’au Nord. Quand on est engagĂ© chez ces gens, on est engagĂ©! Personne ne peut prĂ©tendre ignorer oĂą il met les pieds quand il va Ă  Douentza.”

Il s’appelle Adama, et dit avoir 16 ans. AĂ®nĂ© d’une famille de trois garçons, il n’a passĂ© que deux ans Ă  l’Ă©cole et aide son père, burkinabĂ©, dans le champ. La famille est installĂ©e dans la rĂ©gion de Niono, assure-t-il, une localitĂ© situĂ©e 60 kilomètres au sud de Diabali, prise le 14 janvier par les islamistes qui l’auraient ensuite abandonnĂ©e, selon l’armĂ©e malienne, après des bombardements français. Son village, D’Enngoudou, ne compte qu’une seule mosquĂ©e, wahabbite. Son père la frĂ©quente peu. En temps normal, Adama est parfois employĂ© par un Ă©leveur, pour tirer ses boeufs; en Ă©change, le patron lui offre du riz. Il nourrit ainsi sa famille. Il y a quelques semaines, comme chaque annĂ©e, Ă  la fin de la pĂ©riode agricole, Adama et son ami Mohammed sont partis chercher un job en ville.

Leur destination Ă©tait SĂ©varĂ©, affirme le jeune homme. Mais ils ont pris, “par erreur”, un bus pour Douentza, une ville dĂ©tenue depuis septembre par les islamistes. ArrivĂ©s sur place, des inconnus les ont interpellĂ©s: “Venez faire la cuisine pour nous. Vous serez logĂ©s et bien payĂ©s.” Les adolescents, qui ne parlent que le bambara, ont Ă©tĂ© bien traitĂ©s. Et le travail Ă©tait simple: “Chaque jour, on prĂ©parait des spaghettis, avec des tomates et des oignons, explique Adama. On ne comprenait rien. Ils parlaient arabe, ou tamacheck,” la langue des Touaregs. Un seul pouvait communiquer avec eux, toujours aimable. “C’est un Peul noir qui parle bambara,” se souvient le garçon. Son nom? “Abou Zeid“.

Les jeunes suspects interrogĂ©s Ă  la gendarmerie de SĂ©varĂ© viennent de toutes les rĂ©gions du Mali, voire de l’Ă©tranger. Du Burkina Faso et des pays voisins, mais aussi de bien plus loin… “Votre djihadiste français, Ibrahim Ouattara, a Ă©tĂ© arrĂŞtĂ© ici mĂŞme”, rappelle le sergent. Mais que penser d’Adama? Il semble tout ignorer de la stratĂ©gie des islamistes, et mĂŞme que son pays est en guerre.

Sur le chemin du retour, les deux adolescents ont demandĂ© Ă  boire Ă  un vieux, qui a refusĂ© de les aider: “Il nous a accusĂ© d’ĂŞtre des islamistes. Puis un motard s’est arrĂŞtĂ©, et a menacĂ© de nous tuer. On a pris la fuite, mais j’ai eu peur. Alors, me voici. ” Mohamed a continuĂ© sa route, mais Adama s’est livrĂ© au motard, qui l’a amenĂ© aux autoritĂ©s. Depuis le 22 janvier, il est en prison. A SĂ©varĂ©, l’interrogatoire a Ă©tĂ© suivi d’un entretien avec un reprĂ©sentant du ComitĂ© International de la Croix-Rouge, installĂ© sur place depuis mars 2012.

Par Dorothée Thiénot, publié le 26/01/2013 à 16:52   / lexpress.fr

PARTAGER

39 COMMENTAIRES

  1. Attendons voir le sort jugera tous comportements attentistes et observateurs mal intentionnĂ© qui sont ces voisins sans intĂ©rĂŞts chez les maliens. Et n’ayant jamais bĂ©nĂ©ficiĂ© de l’hospitalitĂ© malienne faites un peu de rĂ©miniscence mĂŞme si vous n’avez cette culture de reconnaissance.
    Merci quand mĂŞme car l’ingratitude enseigne et oriente.
    Aujourd’hui je dis au chercheur de pain quotidien parlant de droits humains votre n’est pas droit car il sĂ©lectif toutes les vies s’Ă©quivalent.

  2. ceux lĂ  qui pensent que X Ă  raison ou tort et que c’est l’affaire aux maliens ont la mĂ©moire courte.
    Ceux qui au Mali ou ailleurs soutiennent ces criminels mĂ©prisent les fondements de la grande religion de paix qui est l’Islam.
    Merci qu’ALLAH le dĂ©tenteur de toute la sagesse illumine les frères Ă©garĂ©s ou en voie de perdition vers le droit chemin.
    Amen

  3. Source: http://allainjules.com/ La CEDEAO, faux nez de l’Occident en Afrique de l’Ouest a trahi l’Afrique hier, aujourd’hui, aussi, et trahira l’Afrique demain. Tous les chefs d’Etats de cette sous-région africaine n’écoutent que les ordres de Paris, sauf peut-être les chefs d’Etats anglophones. Pour leur maintien au pouvoir, de Compaoré à Ouattara en passant par Yayi Boni et les autres, tout le monde est au garde à vous devant François Hollande. Il suffit de voir comment ils ont traité le dossier malien, validant ensuite cette intervention française qui ressemble à la venue du Messie… Au sommet de l’Union africaine dont l’ouverture a eu lieu aujourd’hui, dimanche, à Addis-Abeba, en Ethiopie, la solidarité envers le Mali et le soutien en faveur de l’opération militaire de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) a fait l’unanimité. De vrais clowns ces chefs d’Etats africains !

    Vive la Françafrique !

    • Pourquoi haissez-vous tant ce pays?

      Pour que vos ecrits soient coherents avec vos actes, de grace quittez leur territoire.

      DIATIGUI FA DJIRINI đź‘ż

      Quelle honte!!! đź‘ż

  4. C est le laisser aller et laisser faire chez nous en Afrique. Celui qui n a pas le moyen de supporter 2 enfants en fait une vingtaine esperant que ce sont ses enfants qui le viendront au secour un jour en le supportant. Ainsi , au lieu que l’etat veille au respect des droits les plus fondamenteaux de ces enfants, a savoir la sante, la bonne nutrition, l’education …, on laisse Zanke faire ce qu’il veut. Ceux qui sont la entrain de dire qu’il y avait beaucoup d’autres enfants dans la meme ville qui pourtant n’ont pas voulu cooperer avec les criminels, alors est ce que vous avez la preuve que ces enfants sont issus du meme contexte socio-economic qu’ Adama. S’il est vrai que beaucoup parmi nous ont traville etant petits, mais la verite est aussi que nos parents nous ont laisse le temps d’etudier. C est cette opportunite que manquent beaucoup d’enfants pauvres au monde.

  5. Je vous en prie mes amis, qu’est ce qu ‘un enfant de 16 ans peut comprendre dans l’immoralite de collaborer avec des criminels. Il faudra d’abord analyser le contexte soci-economic dans le quel cet enfant a evolue pour comprendre son ignorance.
    Les adultes sont corrompus en longueur de journee par les memes criminels, et on en veut toujours a un petit enfant comme celui-ci.
    D’ailleurs l’etat malien doit des escuses a des pauvres enfants comme cet Adama. Car il ressort de sa responsabiilite de veiller a ce que les enfants recoivent le minimum d’education pour leur survie, je voudrai dire le niveau BAC. Dans tous les pays civilises le travail des enfants est interdit. Je pourrai comprendre que le respect de ce principe est difficile dans nos conditions economiques au Mali, mais toujours est il que l’etat doit assumer sa responsabiite en exigeant les parents de donner le temps aux tout-petits pour leur formation.
    Malheureusement tel n’est pas le cas. a suivre…

  6. SOS « C’est un Peul noir qui parle bambara, » se souvient le garçon. Son nom? « Abou Zeid« .
    Franchement, aidez moi à décortiquer tout ça

  7. Ce gamin ,il y en a des centaines de millers pareils Ă  lui dans toute l’Afrique ,du nord au sud ou d’est en ouest . Partout ce sont des groupes en rebellion qui les engagent ,sous la contrainte ,et pour une maigre pitance !!!on en voit meme souvent avec des fusils ou des kalachs plus grands et plus lourds qu’eux . Un gamin qui n’a connu que des baffes depuis qu’il est tout petit et auquel on met une arme dans les mains se sent tout puissant ,mais il ne sait pas ce qu’il fait . Ce qu’il sait c’est qu’ainsi il survit !!

    • Je suis d’accord avec toi, mais ce garcon n’etait pas contraint de faire quoi que ce soit. C’est le probleme que j’ai avec lui. Il etait libre de quitter a n’importe quel moment et il ne l’a pas fait.

      A la radio, il disait qu’il s’etait trompe de jugement et n’a jamais dit qu’on l’y a force. Il conseillait meme les jeunes qui voulaient avoir de l’argent coute que coute de ne pas tomber dans le meme trou que lui.

      • Bougobalini ,qu’est ce qui fait marcher le malien ?? l’argent .Le moindre flic au carrefour t’arrete pour te prendre 1000 Fcfa .Que les plus grands sont corrompus jusqu’Ă  la moelle .Alors peut on reprocher Ă  un gamin de 16 ans qui n’a rien ,ne soit pas tentĂ© par quelques billets ?

      • Un enfant reste un enfant! Dans ce cas precis, si tu as un probleme avec cet enfant, il faut te poser des questions a’ propos de ta propre maturite’.! Il y a de cela plus de 10 ans, j’ai enseigne’ des jeunes qui etaient des enfants soldats dans leurs pays (deux pays de l’Afrique de l’Ouest)! Ils m’ont decrit comment ils executaient et comment ceux qu’ils executaient creusaient leurs propres tombeaux avant d’etre execute’s! Needless to say que les methodes etaient barbares mais il faut bien eduquer ces anciens enfants soldats pourqu’il respectent la vie humaine et trouvent une formation academique et professionnelle qui leur permettra de vivre de maniere normale au sein de la societe’!
        ALWAYS REMEMBER THAT THE MOST IMPORTANT THING FOR THE ADULT IS TO KONW WHAT TO DO TO DEESCALATE THE SITUATION AND PUT THE CHILDREN ON THE RIGHT PATH!

        • Celui-la n’est pas un enfant soldat. La nuance est de taille. Autre chose je ne demande pas qu’il soit enferme, mais dire qu’il n’etait pas au courant de quelque chose est faux.

  8. Je serais d’accord si on me disait que cet enfant, a cause de son age doit beneficier de circonstance attenuante, mais je vous en prie ne dites surtout pas qu’il est innocent. IL NE L’EST PAS!!!

    1- Niono est a une centaine de Kms de Segou, mais a plus de 250kms de Sevare et pres de 400kms de Douentza. Donc dire qu’il partait a Sevare pour chercher sa pitance est discutable;

    2- Quand on quitte Niono on passe par Sevare avant d’atteindre Douentza, alors comment il s’est retrouve a Douentza et non Sevare?

    3- Dans cet article, il n’est mentionne nulle part que ce chenapan souffrait d’une quelconque deficience mentale. Il a 16ans et est suffisamment responsable pour aller chercher de quoi manger pour sa famille a des centaines de kilometres, mais n’est pas foutu de savoir ce dans quoi il se fourrait? Je dis que c’est faux.

    4- J’ai ecoute ce gamin parle a la radio JEKAFO, et croyez-moi cet enfant est beaucoup plus malin que ceux qui le croit innocent.

    • 5- Au Mali, les garcons ne preparent pas a manger generalement. Mais ce garcon preparait pour des gens qui ne parlaient meme pas sa langue, et on nous fait croire qu’il ne savait toujours pas ce qu’il faisait?

      Je peux continuer a enumerer 10 autres raisons prouvant qu’il ment, mais a quoi bon?

      Je suis certain qu’avec notre mauvaise habitude de toujours vouloir tirer meme le plus vile des assassins des griffes de la justice, des gens vont vouloir qu’on le libere sans poursuite judiciaire.

  9. Nous disons que ce jeune n’est point innocent il savait ce qu’il faisait et il en de même pour tous les autres qui ont rejoint sans contrainte ces Suppôts de Satan en question ennemis du Mali et il n’a pas hésité à collaborer avec eux

    Nous disons en effet il reconnait les avoir rejoint de son propre gré sans aucune contrainte et pourtant il y avait des jeunes de son âge dans la ville qui n’ont pas collaboré

    Nous disons donc que ce jeune doit être sanctionné à la hauteur de son degrés de collaboration aux fins que tout le monde sache au Mali comme partout ailleurs dans le monde que quelque soit son ethnie son âge sa situation sociale que tout acte de collaboration sans contrainte avec l’ennemi est puni à la hauteur du degrés de collaboration

    • Soyons attentifs dans nos propos, il y’a la justice pour trancher, et il doit bien y avoir un moyen de vĂ©rifier que ce gamin a reçu ou pas une formation militaire !
      Attrapons plutĂ´t les chefs!

    • Si le jeunehomme etait jouissait de sa faculte lorsqu’il jouait aux espions,ben laisser a la justice faire son job.De toute facon,la jeunesse d’aujourd’hui veut avoir l’argent facile sans souffrir,sinon pour quoi un jeune billakor a cet age peut quitter la famille.

  10. Ce petit la est vraiment innocent. Rien qu ‘en lisant cet article, on saura qu’un enfant de 16 ans ne peut pas elaborer de facon objective et claire cette histoire. Soyons realistic, ces enfants sont victime de nos leaders africains, qui ne songent qu a eux-memes et leur famille. Tous ces leaders envoient leurs enfants dans les plus prestigieuses univertes aux mondes, alors que des millions d autres enfants vivent comme Adama, C est vraiment malheureux. Voila les forces de ll’ordre tentant d’ignorer cette realite.

  11. @ daouda traore. Evidemment, c’est son père qui l’a envoyĂ©.

    Mais cela ne veut pas dire que cette enfant comprenne les enjeux de ce conflit, ni la portĂ©e de son “association” avec ces narcotrafiquants (la “Jihad” c’est secondaire pour ces gens-lĂ ; leur 1er but, c’est de se faire de l’argent sale).

  12. Ne croyez pas Ă  ce que ce garçon a dit il est loin d’être innocent, il savait bien ce qu’il faisait et en plus c’est son père qui l’ a envoyĂ© pour faire ce salle boulot parce que son père est un wahabite zĂ©lĂ© du village de N’debougou Ă  15 km de Niono. Il s’appelle Amadou et il disait aux gens que son enfant est parti pour aider Iyad Ă  faire le djihad. Moi je demande Ă  la justice d’aller faire des investigations dans le village au près de son père et la vĂ©ritĂ© va apparaitre . je le repette son père s’appelle Amadou Drabo et il tient mĂŞme une boutique dans le village dans le quartier qu’on appelle Bloque.

    • Merci pour l’info mon frere @daouda,j’espere que son pere fou de Iblis sera incarcere pour faire l’apologie du terrorisme.Puisse Yad et sa clique ne font pas du djihad,plutot des crimes.

  13. Nous savons que des enfants ont ete’ utilise’s comme des soldats. C’EST EXTREMEMENT TRISTE! Je conseillerais des contacts avec la Croix Rouge, le Croissant Rouge et l’UNICEF pour trouver des solutions adequates au sort des enfants soldats! NE PERDONS JAMAIS DE VUE QU’UN ENFANT RESTE UN ENFANT!

    • Il n’est pas Ă  plaindre!

      Quand on passe la corde de la chèvre au cou du cabri, c’est que ce dernier est capable de remplir les mĂŞmes fonctions que la chèvre. Si on l’attrape, qu’il rĂ©ponde.

  14. mon pauvre adama je prie pour toi tu est un gamin inocent et pauvre je n arrete pas de penser a toi que dieu te vienne en aide car je me met a la place de tes parents surtout ta maman

  15. cet enfant est innoncent.son histoire rapeelle des nombreuses histoires des enfants africains.lorsqu’un enfant n’arrive pas á
    trouver les trois repas quotidiens,il ne va pas á l’Ă©cole,le resultat on le connait.il finira dans la rue et facilement sera victime de ces fous de allah.
    La faute est á nos dirigents qui ne se soucient qu’á leurs familles
    leurs porte-monnaies.Nos dirigents africains dĂ©sonorent l’afrique.Vous pouvez le constater avec moi,le Mali qui est un pays frĂ©re est agressĂ© par des criminels venus de je ne sais oĂş,aucun pays
    voisin n’est en mesure d’envoyer dans les 24 heures qui suives une force pour contrecarrer ces bandits.Mais oĂş est cette fraterniĂ© qu’on nous chante lors des sommets de l’union africaine? Ces chefs d’Ă©tats
    se moquent de l’afrique.Ils prĂ©fĂ©rent dĂ©tourner nos finances que de constuire nos pays.ce conflit au mali nous servira de mĂ©ditation de la maniĂ©re que nos ressources sont gĂ©rees,comment nos armĂ©es sont fragiles.

  16. Il a bien choisi son chemin pour aller au paradis dont son père wahhabiste du village lui a enseigné. Il est loin d’être innocent ou aveugle.

  17. pitie pour les pauvres enfants qui ne connaissent rien du tout.mais ils le faitent acause de la souffrance.que DIEU les sauves dans cette situation.

    • Nous connaissont ses familles de wahhabistes et ces soit disant djihadistes qui donne leur enfant Ă  Dieu pour allez faire la guerre sainte pour qu’ils puissent tous avoir au paradis au prĂ©s de Dieu des vierges en grand nombre pour chacun.

      • MON frère sache que tout les musulmans ne sont pas comme ces lĂ . et toi tu n’est sans doute pas un croyant si non le nom que tu porte tu le changera.

        • Voila ! C’est exactement comme cela que ça commence. D’abord une petite rĂ©clamation stupide de changement de nom… pour finir par la « fatwa ». Un bon musulman n’accuse pas les autres Ă  travers une connerie de jugement basĂ© sur des suppositions hideuses. C’est vraiment pitoyable.

  18. Laissez le pauvre gamain rentrer chez-lui. Et aidez le Ă  etudier afin d’avoir une chance de trouver un jour du travail pour vivre.

  19. liberez le pauvre il ne sait rien des pratiques de ces miserables salafistes……

  20. encore des enfants soldat. ca fait pitie pour ces enfants et leur parents. qu’alha le tout puissant nous protege.

  21. un gamin encore adolescent ,paumĂ© ,qui pour trois sous s’est laissĂ© embarquĂ© dans une histoire qui n’est pas de son age !!

Comments are closed.