Mali : Bouteflika est-il redevable d’une dette historique ?

3
Lors de la visite de Soumeylou BoubĂšye Maiga, l’ex-ministre Malien des Affaires Ă©trangĂšres en 2011

Abdelaziz Bouteflika a-t-il trahi le Mali qui, par le soutien de l’ami de l’AlgĂ©rie, Modibo KeĂŻta, lors de la guerre de libĂ©ration nationale, lui aurait permis, de Gao, d’acheminer des armes vers l’AlgĂ©rie. C’est sur cette dette historique que s’appuie un article de Maliweb pour fustiger la dĂ©marche dialoguiste d’Alger.

Un Ă©dito quelque peu corsĂ© publiĂ© aujourd’hui sur le site maliweb et intitulĂ© “Alger manoeuvre contre Bamako“, Ă©numĂšre les “grandes manoeuvres” d’Adelaziz Bouteflika qui seraient dirigĂ©es contre Bamako. A commencer par une “trahison” qui porte un coup Ă  l’aide prĂ©cieuse apportĂ©e par le Mali Ă  la guerre de libĂ©ration algĂ©rienne. “Pourquoi une telle ingratitude envers un voisin qui a contribuĂ© Ă  la lutte de libĂ©ration du peuple algĂ©rien, qui accĂ©da Ă  l’indĂ©pendance en 1962 ?” lit-on dans l’article citĂ© allant mĂȘme jusqu’Ă  rappeler que Abdelaziz Bouteflika a sĂ©journĂ© Ă  Gao durant la guerre de libĂ©ration d’oĂč “il a fait passer des armes Ă  la frontiĂšre, au vu et au su des dirigeants maliens” ajoutant que “Modibo KeĂŻta et ses compagnons ont sacrifiĂ© les relations du tout nouveau Mali indĂ©pendant avec la France au profit d’Alger.” Mais, ironise l’auteur de l’article, “c’était l’AlgĂ©rie de Ben Bella !” Ainsi, redevable d’une dette historique, Abdelaziz Bouteflika, en tournant le dos au drame malien, trahit les idĂ©aux de novembre 1954.

Les autres “trahisons” Ă©numĂ©rĂ©es relĂšvent de l’actualitĂ© et mettent en premiĂšre ligne de mire Abdelaziz Bouteflika: il a reçu Ansar Eddine Ă  Alger. Selon les dĂ©tails apportĂ©es dans l’Ă©dito, la dĂ©lĂ©gation d’Ansar Dine Ă©taient composĂ©e de” Tena Ould Ahmed et de Hamada Ag Bibi. Le premier est un faucon, considĂ©rĂ© comme le pĂšre spirituel d’Iyad Ag Aghaly, chef d’Ansar Dine et le second un modĂ©rĂ©, dĂ©putĂ© de la circonscription d’AbeĂŻbara, un sous-fifre du mĂȘme Iyad.

L’autre “manoeuvre” est que “C’est bien Alger qui a transportĂ© son terrorisme sur le sol malien, avec le parti islamiste, le FIS (
) Certains Ă©lĂ©ments de cette formation politique se sont muĂ©s en Groupe Salafiste pour la PrĂ©dication et le Combat (GSPC), tueur, preneur d’EuropĂ©ens en otages et fortement prĂ©sent au Nord du Mali. Le mĂȘme groupe s’est rebaptisĂ© Al QaĂŻda au Maghreb islamique (AQMI). C’est une dissidence de cette organisation qui est le Mouvement pour l’UnicitĂ© et le Jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), qui occupe la rĂ©gion de Gao, Ansar Dine ayant la mainmise sur Tombouctou et Kidal.” Une note sacarstique clĂŽt l’article: “Au lieu de nĂ©gocier discrĂštement on ne sait quoi, avec Ansar Dine, pourquoi Alger ne nĂ©gocie-t- elle pas avec ses enfants du Mujao, pour leur retour dĂ©finitif au bercail? Vivement une rĂ©solution de l’ONU pour l’utilisation de la force au Nord du Mali, avec ou sans l’accord d’Alger!

L’esprit de cet Ă©crit frondeur contre Alger trouve-t-il illustration dans la rĂ©cente tournĂ©e d’Abdelkader Messahel dans les pays dits “du champ” ? En quittant ce mardi Bamako pour le Niger, Abdelkader Messahel s’est-il rendu Ă  l’Ă©vidence qu’Alger, saluĂ©e au passage de maniĂšre condescendante pour ses efforts en vue d’une paix au Mali, est devenue, non plus une solution attendue mais un problĂšme de plus qui s’ajoute Ă  une situation explosive. En effet, Messahel n’a cessĂ© de rĂ©itĂ©rer la dĂ©marche du dialogue avec les groupes terroristes d’Al QaĂŻda Ă  condition que ces derniers dĂ©posent les armes ; ce que, depuis sept ans, la concorde civile n’a pas rĂ©ussi Ă  obtenir des mĂȘmes groupes terroristes sur le sol algĂ©rien. Et les maliens ne semblent pas dupes sur ce sujet. Il ne s’agit plus d’une situation de “guerre civile“, de gĂ©nocides tribaux” comme au Rwanda en 1994 mais bien d’une menace terroriste de la branche maghrĂ©bine d’Al QaĂŻda internationale qui tente de mailler le continent africain, Ă  partir de l’AlgĂ©rie et du Nord-Mali.

Quand bien mĂȘme le prĂ©sident malien a reconnu, il y a quelques jours, que la guerre au Nord-Mali ne peut ĂȘtre que l’ultime recours mais il n’a pas du tout envisagĂ© le recours au dialogue comme une abdication devant Al QaĂŻda. N’empĂȘche: ses propos ont Ă©tĂ© vite oubliĂ©s car pour son Premier ministre, Cheick Modibo Diarra, aucune nĂ©gociation n’est envisageable avec les terroristes d’Al QaĂŻda mĂȘme si ses groupes sont composĂ©s de Maliens et de Touaregs maliens. Alger a-t-elle tentĂ© de tirer profit de ces divergences entre le prĂ©sident malien par intĂ©rim qui incarne l’institution militaire et son chef du gouvernement qui dĂ©fend, bec et ongle, la tolĂ©rance zĂ©ro Ă  l’Ă©gard d’Al QaĂŻda ? On ne sait. Ce qui est sĂ»r, si la dĂ©lĂ©gation algĂ©rienne a Ă©tĂ© quelque confortĂ©e Ă  Nouakchott qui reste tout de mĂȘme vigilante de par son expĂ©rience dans la lutte antiterroriste contre Al QaĂŻda dans la rĂ©gion, de Bamako, pour tout dire, elle est sortie bredouille. Entre Bamako et Alger, le temps de la lune de miel Ă  l’Ă©poque du Cemoc de 2011 n’est plus qu’un souvenir enterrĂ© du temps pas si lointain oĂč leurs chefs d’Etats Majors respectifs s’Ă©taient donnĂ© la main pour faire barrage Ă  toute intervention Ă©trangĂšre au Sahel. DĂšs lors, le danger pour Alger, c’est une intervention Ă©trangĂšre Ă  ses portes, notamment la France, ancienne puissance coloniale, mais pas Al QaĂŻda avec laquelle elle multiplie les opĂ©rations de charme via Ansar Eddine. C’est sans doute lĂ  que s’expriment les opĂ©rations manoeuvriĂšres d’Alger dans la rĂ©gion du Sahel…

R. N. / lematindz.net /  Jeudi, 11 Octobre 2012

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. 1. Le titre mĂȘme de ce ministre est Ă©vocateur : ministre des affaires africaines et maghrĂ©bines. C’est-Ă -dire que le Maghreb n’est pas en Afrique. C’est aux maliens de prendre leurs responsabilitĂ©s

    2. Je ne sais par quel miracle on peut distinguer un terroriste d’AQMI, d’un MNLA/ANE SARDINE complice de terroriste. Vouloir les diviser pour rĂ©gner a abouti Ă  quoi ? A la limite, Ă  remplacer un voleur/violeur qui se prĂ©tend indĂ©pendantiste/autonomiste par un voleur/violeur qui se prĂ©tend djihadiste. Je suis sidĂ©rĂ© par l’attitude de l’AlgĂ©rie qui semble se contenter de chasser ses terroristes et son insĂ©curitĂ© au Mali. A-t-elle rĂ©ellement intĂ©rĂȘt Ă  cela ? Mais je suis encore plus sidĂ©rĂ© par la sociĂ©tĂ© civile, religieuse, politique malienne qui jusqu’à la marche prĂ©vue jeudi (et encore sans les religieux), prĂ©fĂ©rait lancer des communiquĂ©s laconiques, des foras inutiles, des marches/sittings isolĂ©s, MAIS JAMAIS DE PROTESTATION DE MASSE COORDONNEE POUR SOUTENIR LE GOUVERNEMENT, LA CEDEAO, LES NATIONS UNIES, L’ARMEE MALIENNE (trĂšs diffĂ©rente du CNDERRIERE). Pour 1) libĂ©rer le nord occupĂ© depuis plus de 6 mois, avec le soutien de la CEDEAO et avec l’appui des troupes d’autodĂ©fense et 2) organiser des Ă©lections transparentes Ă  partir d’un fichier biomĂ©trique. En attendant le chapelet Ă©grĂšne implacablement : manchots, boiteux, fouettĂ©s, lapidĂ©s, orphelins, assassinĂ©s, fermetures d’usines, d’ONG, d’entreprises, amaigrissement et insolvabilitĂ© continus de l’Etat, BREF, LA DESCENTE AUX ENFERS CONTINUE SOUS L’ƒIL IMPASSIBLE DU MONDE. NON ASSISTANCE A PEUPLE EN DANGER


    • 1/ je ne sais pas si dans tout les gouvernement africains y ce poste de ministre des affaires africaines , mais l’AlgĂ©rie a crĂ©er ce poste ministĂ©riel spĂ©cialement dĂ©diĂ© a concrĂ©tiser l’union maghrĂ©bine et aussi renforcer les relations avec les pays africains , je pense que cela dĂ©montre bien l’inverse de ce que vous avez compris de son titre .

      2/ faut pas faire les autruches les maliens du sud ont un probleme ethnique avec les maliens du nord , et d’aprĂ©s les articles et commentaire de maliens que j’ai lu ici c’est clair comme de l’eau de roche … donc selon vous faudrait tout simplement Ă©xterminĂ© tout les touaregues , arabes et autres ethnies maliennes qui ne sont pas d’accord sur le traitement que bamako leur reserve ?? et bien non dans tout la populations du nords y a seulement quelques centaines de vrai terroristes et criminel , certains ne sont pas d’accord d’autre collaborent par peur , d’autre se sente dĂ©laissĂ© par bamako qui a fuit avec son armĂ©e les abandonnant a leur triste sort sans tirĂ© une balle .. bref ceux la sont maliens et il est obligatoire de nĂ©gociĂ© avec eux …. bien sur le principe des nĂ©gociation s’applique qu’on a pas la force nĂ©cessaire pour Ă©radiquer l’autre cotĂ© ( le plus fort ne nĂ©gocie pas ) , donc aussi tenir compte de la faiblesse des institutions et armĂ©es de bamako , et pour dire que le probleme ne se regle jamais par la force brute (lecon de l’afganistan iraq , Libye ect..) mais bien avec deux front un cotĂ© politique pour identifiĂ© les bon maliens et les modĂ©rĂ©s voulant la paix et les dĂ©solidarisĂ© des fanatique et un cotĂ© militaire pour les fanatiques , faut ouvrir une porte pour ceux qui veulent deposer les armes et travaillĂ© pour la nation malienne … l’AlgĂ©rie a appliquĂ© cette mĂ©thodes avec beaucoup de succĂšs et il serait idiot de pas tenir compte de ces conseils sur le terrorisme

  2. L’Algerie tire les ficelles de la situation du nord Mali
    1)Le but faire de cette zone un no mam’s LAND
    2)La raison l’Algerie pense que le gisement de petrole du nord Mali
    sous terre est relie au sien; d’ou selon leur analyse en cas d’exploitation sera alors partage.
    Et en reference a leur analyse pour garder le gateau il faut destabiliser cette region ainsi il a le magot a lui seul.
    Prenons ce ci au serieux d’ou ce ci est au peuple Malien de se dresser et defendre sa souverainete.
    Recenment la prise des hotages au consulat d’Alger au nord Mali etait un montage et le corps recencenment d’hotage execute n’a jamais ete retrouve et meme l’affaire s’est etoufee donc une pur montage Reveillez vous MALIENS et laisser tomber de cote vos divergences
    et reveilleZ vous POUR VOTRE PATRIE
    Et le comble ces NAIFS d’ANACRDINE ET DU MNLA d’ailleurs tres minoritaires au nord Mali se laissent manipuler et destabilisent le pays. 👿

Comments are closed.