Mali: discussions autour d’un “projet final” d’accord

19
Djibrill Bassolé, chef de la diplomatie du Burkina Faso, le 16 juin 2013 à Ouagadougou  © AFP
Djibrill Bassolé, chef de la diplomatie du Burkina Faso, le 16 juin 2013 à Ouagadougou
© AFP

Le pouvoir malien et les rebelles touareg occupant Kidal, dans le nord du Mali, planchaient dimanche sur un “projet final” d’accord mis au point en vue de la présidentielle en juillet.

 

 

Djibrill Bassolé, chef de la diplomatie du Burkina Faso, pays médiateur, a indiqué à quelques journalistes avoir eu une réunion à la mi-journée avec les deux délégations présentes à Ouagadougou, à qui il a remis “le projet final”.

 

 

Une nouvelle réunion est prévue dans l’après-midi pour que les représentants de Bamako et la délégation conjointe touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et du Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA) donnent leur position sur le document.

 

 

Lancées le 8 juin par le président burkinabè Blaise Compaoré, les difficiles négociations de Ouagadougou doivent permettre un retour de l’armée malienne à Kidal dans la perspective de l’élection présidentielle prévue le 28 juillet dans tout le Mali.

 

 

“Il y a un consensus” pour qu’une “unité” des forces armées maliennes soit présente dans la ville “immédiatement après la signature de l’accord”, a assuré M. Bassolé.

 

 

Il a espéré que soit adopté “dès ce (dimanche) soir” le document “qui sera probablement signé dans les heures qui suivent”, sans toutefois exclure que “quelques heures ou quelques jours de plus” soient nécessaires afin de finaliser un bon accord pour “la paix”.

 

 

Les discussions ont buté ces derniers jours sur les exigences de Bamako, obligeant à renégocier un premier projet d’accord qui avait été accepté par les rebelles touareg. Les désaccords ont porté principalement sur le calendrier et les modalités du retour des soldats maliens à Kidal et du cantonnement et du désarmement des combattants touareg.

 

 

Des délégués militaires des deux camps, assistés de responsables de la force africaine au Mali (Misma), de la future mission onusienne (Minusma) et de l’opération française Serval, avaient longuement travaillé samedi à lever ces blocages.

 

 

Les mouvements armés touareg se sont installés fin janvier à Kidal à la faveur de l’intervention militaire française contre les groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda. Les jihadistes avaient pris en 2012 le contrôle du nord du Mali, s’alliant d’abord au MNLA qui avait lancé l’offensive, avant d’évincer ce mouvement dans la région.

PARTAGER

19 COMMENTAIRES

  1. MARCHE DES MALIENS DE FRANCE POUR LA LIBERATION DE KIDAL

    « L’ARMEE MALIENNE A KIDAL,
    DESARMEMENT DE TOUS LES GROUPES ARMES,
    MAINTIEN DES MANDATS D’ARRET,
    LE CARACTERE UNITERE DE L’ETAT :

    NE SONT PAS NEGOCIABLES ! »

    « L’armée malienne à Kidal, sans condition ni délai! Sécurisation de Kidal par les Forces armées et de sécurité du Mali et de ses alliés ! Non à la sécurisation de Kidal par des soi-disant unités mixtes parallèles ! Désarmement et dissolution de tous les groupes armés ! Maintien des mandats d’arrêt internationaux ! Pas d’élection sans la libération de Kidal ! Non à l’intégration des rebelles et des terroristes dans l’armée malienne ! Caractère unitaire de l’Etat malien ! Démocratie et laïcité maliennes ! NE SONT PAS NEGOCIABLES ! » Voilà le message fort et les raisons de la marche unitaire des Maliens de France et des amis du Mali en ce samedi après-midi, 15 juin 2013 à Paris, sous un temps doux et ensoleillé.

    Un mois après la marche du 11 mai dernier à Paris pour la libération de Kidal, les Maliens de France et les amis du Mali ont sorti les drapeaux du Mali et les banderoles pour continuer le combat en faveur de la libération de Kidal, dernière région du Mali sous occupation des bandes criminelles. La marche a été initiée par différentes associations à savoir : l’Alliance Patriotique pour la Souveraineté des Maliens (APSM), le Collectif des Maliens de France pour la Paix (CMFPaix), le Collectif des Ressortissants du Nord du Mali (CORENOM) la Dynamique des Foyers, l’Espace Jeune pour le Mali (EJM) et le Mouvement pour la Dignité et les Droits des Maliens (MDDM). Etaient présents également des responsables et cadres de la diaspora malienne de France ainsi que des vedettes artistiques notamment Habib Dembélé, alias Guimba National.

    DE L’AMBASSADE DU MALI AU QUAI D’ORSAY

    Cette manifestation de la diaspora malienne de France intervient à pic, au moment où les discussions achoppent entre l’Etat malien et les représentants des groupes armés dans le cadre de la médiation menée par le président Blaise Compaoré à Ouagadougou. Au même moment, l’élection présidentielle est prévue pour le 28 juillet prochain pendant que le Mnla (mouvement national de libération de l’azawad) s’oppose avec la bénédiction de la France, l’entrée de l’armée malienne à Kidal malgré la débandade le 05 juin dernier à Anéfis, entre Gao et Kidal. D’ici là, un accord préliminaire circule sous le manteau, via internet et proposant entre autres des unités ou commission mixtes de sécurisation de Kidal, l’intégration des rebelles Mnla et Hcua (haut conseil pour l’unité de l’azawad) dans le cadre d’une réorganisation de l’armée malienne et surtout l’adoption d’une loi d’amnistie générale en faveur des rebelles et des terroristes qui ont pris des armes contre l’Etat et le peuple maliens. Il n’en fallait pas plus, pour que les Maliens de France dépoussièrent leurs pancartes et banderoles remises au goût du jour et de prendre d’assaut points hautement symboliques de Paris : l’ambassade du Mali à Paris et le Quai d’Orsay, le temple de la diplomatie française. Pour des raisons “d’ordre professionnel” non déterminé, la préfecture de Paris à imposé les parages du métro Duroc aux frontières entre les 6ème, 7ème et 15ème arrondissements de Paris, très distantes de l’ambassade du Mali au 89 rue Cherche Midi dans le 6ème. La raison inavouée est-elle de dévier l’itinéraire des marcheurs pour éviter le sit-in des Berbères qui se tenait au même moment à côté de l’assemblée nationale et qui n’a, comme d’habitude, mobilisé qu’une dizaine de personnes menées en bateau par le Mnla ?

    PRINCIPES NON NEGOCIABLES

    Qu’à cela ne tienne, l’ambassade du Mali à Paris à toujours été le point de départ de la plupart des manifestations des Maliens de France, pour interpeller nos propres autorités maliennes. Cette fois-ci en l’occurrence, il s’agit d’interpeller nos pouvoirs publics de ne point céder au cours de la médiation de Ouagadougou les principes non négociables sus-évoqués, pour l’intérêt supérieur du Mali. Il s’agit une fois de plus : « L’armée malienne à Kidal, sans condition ni délai! Sécurisation de Kidal par les Forces armée et de sécurité du Mali et de ses alliés ! Non à la sécurisation de Kidal par des soi-disant unités mixtes parallèles ! Désarmement et dissolution de tous les groupes armés ! Maintien des mandats d’arrêt internationaux ! Pas d’élection sans la libération de Kidal ! Non à l’intégration des rebelles et des terroristes dans l’armée malienne ! Caractère unitaire de l’Etat malien ! Démocratie et laïcité maliennes ! Ces messages ont été scandés par la centaine de manifestants devant la sortie du métro Duroc, puis une motion a été transmise en mains propres aux représentants de l’ambassadeur à l’ambassade du Mali qui se sont chargés de la transmettre à qui de droit.

    DESARMEMENT IMMEDIAT ET EXECUTION DES MANDATS D’ARRET !

    Au même moment, la motion à été lue au nom de l’ensemble des participants, par Bakary Traoré, porte-parole, du Collectif des Maliens de France pour la Paix (CMFPaix). Considérant que ni l’Etat malien, ni son armée, ne sont pas encore présents à Kidal, sa 08ème région administrative, pendant qu’aucun groupe armé et d’auto-défense ne soit désarmé, au nom de la diaspora malienne de France, il a exigé des pouvoirs publics de notre pays « de désarmer et dissoudre sans condition ni délai, tous les groupes armés sans exception e groupes d’auto-défense au Mali, conformément à la résolution 2100 du 25 avril 2013 de l’ONU, de déployer l’armée malienne et l’administration à Kidal en imposant le respect de l’intégrité territoriale et l’unité nationale du Mali et enfin de réaliser d’abord la libération totale de Kidal, la restauration de l’intégrité territoriale avant la tenue d’une quelconque élection sur le territoire malien. » D’autre part Bakary Traoré n’a pas manqué d’exiger des pouvoirs publics, d’exécuter les mandats d’arrêt lancés par la justice malienne contre les terroristes et d’élargir la liste desdits mandats d’arrêt à l’ensemble de l’état-major des différents groupes armés qui ont sévi dans le nord du Mali au nom de la justice pour toutes les victimes ;de mettre en œuvre un véritable programme de retour de tous les réfugiés et déplacés maliens et créer les conditions de leur participation aux futures élections ; enfin de faire participer activement, les représentants de toutes les communautés, de tous les groupes armés et groupes d’auto-défense, aux négociations actuelles et futures. Puis les marcheurs ont mis le cap sur le Quai d’Orsay où la même motion sera lue et transmise au représentant du ministre français des affaires étrangères. Pourquoi le Quai d’Orsay ?

    FRANCE : STOP A LA COMPLICITE PASSIVE AVEC LE MNLA !

    Le Quai D’Orsay, ministère français des affaires étrangères, comme point d’arrivée est, selon les organisateurs de la marche, un choix éminemment significatif. Dans les considérants de la motion, lue par M. Charly Hassimi Sangaré, il est souligné que le 02 juin dernier, le MNLA, une organisation criminelle a procédé à une séquestration, puis une expulsion extrajudiciaire à caractère racial contre 200 Maliens noirs et arabes innocents à Kidal, en présence des troupes françaises et de la MISMA. Le considérant suivant précise que le soutien de la communauté internationale auprès du Mali, ne peut et ne doit en aucune manière, dispenser l’Etat et l’armée malienne d’assumer leur devoir absolu de restaurer l’intégrité du territoire national, y compris précisément à Kidal. Ainsi la diaspora malienne de France dans sa motion remise au Quai d’Orsay par M. Souleymane Malikité au nom de l’assistance a demandé à « la France de cesser toute complicité passive ou traitement de faveur à l’endroit du MNLA qui continue impunément, de perpétrer des exactions à caractère racial contre de innocents sous les yeux des troupes françaises à Kidal. » Dans sa lecture de motion, M. Charly Hassimi Sangaré a exigé de nos autorités, de faire respecter par toutes les forces armées et de sécurité dans le nord du Mali, le Droit Humanitaire et les Droits de l’Homme, enfin de veiller à la bonne exécution sans bavure de la résolution 2100 du 25 avril 2013 sous chapitre VII des Nations Unies. Enfin la marche a pris fin par des remerciements à l’endroit de tous les pays (France, Tchad, CEDEAO et l’ensemble de la communauté internationale) qui sont venus et continuent d’appuyer le Mali dans la guerre contre l’irrédentisme et le terrorisme.

    Bakary TRAORE

    ENCADRE
    INTEGRALITE DE LA MOTION

    MOTION DE LA MARCHE UNITAIRE DES MALIENS DE FRANCE

    L’ARMEE MALIENNE A KIDAL,
    DESARMEMENT DE TOUS LES GROUPES ARMES,
    MAINTIEN DES MANDATS D’ARRET :
    NE SONT PAS NEGOCIABLES !
    ——

    Le 08 juin 2013, sous l’égide du médiateur désigné de la CEDEAO, le président Blaise COMPAORE, les négociations ont débuté et se poursuivent actuellement à Ouagadougou entre l’Etat malien et les groupes armés. Ces négociations interviennent pendant que Kidal est la seule région dans le nord du Mali, sous occupation des groupes armés terroristes et irrédentistes, à savoir : MNLA, MIA, MAA et HCUA. Au même moment, l’Etat compte tenir les élections présidentielles le 28 juillet prochain.
    Considérant que ni l’Etat malien, ni son armée, ne sont pas encore présents à Kidal, sa 08ème région administrative, pendant qu’aucun groupe armé et d’auto-défense ne soit désarmé,
    Considérant que le 02 juin dernier, le MNLA, une organisation criminelle a procédé à une séquestration, puis une expulsion extrajudiciaire à caractère racial contre 200 Maliens noirs et arabes innocents à Kidal, en présence des troupes françaises et de la MISMA,
    Considérant que le soutien de la communauté internationale auprès du Mali, ne peut et ne doit en aucune manière, dispenser l’Etat et l’armée malienne d’assumer leur devoir absolu de restaurer l’intégrité du territoire national,
    Considérant les négociations en cours à Ouagadougou et auxquelles le Mouvement Arabe de l’Azawad (MAA) et les groupes armés d’auto-défense (GANDA-KOY et GANDA-IZO) ne jouent qu’un rôle de figurants,
    Considérant que les groupes armés suivants : Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), Mouvement islamique de l’Azawad (MIA), Mouvement Arabe de l’Azawad (MAA) et le Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad (HCUA) ainsi que leurs armoiries sur le territoire du Mali est un flagrant outrage à l’endroit du peuple et de la constitution malienne qui dispose que « le Mali est une République indépendante, souveraine, indivisible, démocratique, laïque et sociale»,
    Considérant que les mandats d’arrêt lancés par la justice nationale ne sont effectivement pas exécutés,
    Considérant que les élections présidentielles sont prévues pour le mois de juillet pendant que l’intégrité territoriale n’est pas restaurée à Kidal,
    Enfin considérant l’adoption de la résolution 2100 du 25 avril 2013, transformant la MISMA en Mission des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA),
    Nous, diaspora malienne de France et les amis du MALI, exigeons des Pouvoirs Publics de notre pays de :
    Désarmer et Dissoudre sans condition ni délai, tous les groupes armés sans exception et groupes d’auto-défense au Mali, conformément à la résolution 2100 du 25 avril 2013 de l’ONU,
    Déployer l’armée malienne et l’administration à Kidal en imposant le respect de l’intégrité territoriale et l’unité nationale du Mali,
    Réaliser d’abord la libération totale de Kidal, la restauration de l’intégrité territoriale avant la tenue d’une quelconque élection sur le territoire malien,
    Exécuter les mandats d’arrêt lancés par la justice malienne contre les terroristes criminels et élargir la liste desdits mandats d’arrêt à l’ensemble de l’état-major des différents groupes armés qui ont sévi dans le nord du Mali au nom de la justice pour toutes les victimes,
    Demander à la France de cesser toute complicité passive ou traitement de faveur à l’endroit du MNLA qui continue impunément, de perpétrer des exactions à caractère racial contre de innocents sous les yeux des troupes françaises à Kidal,
    Faire respecter par toutes les forces armées et de sécurité dans le nord du Mali, le Droit
    Humanitaire et les Droits de l’Homme,
    Renforcer la sécurité dans les autres régions voisines du nord du Mali notamment Mopti,
    Kayes et Koulikoro,
    Mettre en œuvre un véritable programme de retour de tous les réfugiés et déplacés maliens et créer les conditions de leur participation aux futures élections,
    Faire participer activement, les représentants de toutes les communautés, de tous les groupes armés et groupes d’auto-défense, aux négociations actuelles et futures,
    Veiller à la bonne exécution sans bavure de la résolution 2100 du 25 avril 2013 sous chapitre VII des Nations Unies.
    Enfin nous remercions, chaleureusement et sincèrement la France, le Tchad, la CEDEAO ainsi que l’ensemble de la communauté internationale, pour leurs soutiens multiformes auprès du Mali engagé depuis, dans la guerre contre l’irrédentisme et le terrorisme.
    Vive le Mali, Un et Indivisible !
    Gloire à tous les Martyrs, civils et militaires,
    Vive la paix dans un Mali, Uni, Démocratique et Laïc !

    Signataires
    Alliance Patriotique pour la Souveraineté des Maliens (APSM),
    Collectif des Maliens de France pour la Paix (CMFPaix),
    Collectif des Ressortissants du Nord du Mali (CORENOM),
    Dynamique des Foyers,
    Espace Jeune pour le Mali (EJM),
    Mouvement pour la Dignité et les Droits des Maliens (MDDM),

    Fait à Paris le 15 juin 2013

    ********************************************

  2. nous notre Abou Zeid c’est le MNLA qui est plus dangereux que ce terroriste

  3. Pour rien au monde ceux qui ont comploté contre leur patrie , tué des innocents .
    Commis des hautes trahisons en retournant les armes contre leurs frères d arme ( c est à dire contre des militaires servant le même drapeau )
    Violé des femmes
    Coupé des mains
    Vraiment aucun pays , mêmes parmis ceux qui poussent le Mali à accepter l inacceptable n admettra de se plier à de tels exigences
    Non non non les coupables
    Ceux qui se sont associés aux coupables ne peuvent être innocentés par un accord quelle qu en soit la portée
    La justice c est que les responsables répondent de leurs actes quelqu ils soient

  4. nous sommes dans une négociation à nous imposer par la France; elle se sera bien passée, car, ce qu’elle a gagné en janvier, elle en perd tout crédit. imposer au mali des gens qui n’existent pas. ah, la géopolitique au service des grands du monde, dans un continent noir où la classe politique a préféré l’attitude de l’autruche.
    une armée qui laisse un pan de son territoire entre les mains d’un groupuscule des bandits, qui, par finir recruter, à cause de la pauvreté à imposer par nos dirigeants, les enfants avec intérêt pour combattre son propre peuple, parce qu’avec un avenir sans issue, sont prêts à tout.
    honte aux dirigeants africains, qui n’ont pas pu instruire leurs enfants, pour les abandonner au mauvais sort, la pauvreté, qui ôte toute dignité à l’être humain.
    comment une armée laisser son territoire en mains ennemies et venir se battre pour des places à bamako. aujourd’hui, quel crédit pour une telle armée.

  5. Nous sommes notre propre mal à force de nous coucher…. La Vie appartient à ceux qui croient et non à ceux qui désespèrent. Si nous estimons que Kidal est déjà perdue, redessinons alors la carte du Mali. Si elle n’est pas perdue dans nos têtes et nos cœurs,

    DEBOUT, MALIENNES et MALIENS ! APRES LE 1er JUILLET ET SES CASQUES BLEUS, CE SERA TROP TARD. Les arbitres viendront jouer au ballon et le match sera truqué. De faux penalties pulluleront sur le terrain. Contre nos quelques défenseurs rescapés, l’arbitre même sifflera la faute imaginaire. Kidal sera un lointain souvenir. Modibo Keita pleurera une seconde fois. Soundjata et Sonni Ali Ber nous maudiront de voir leurs noms mêler à cette affaire d’héritiers imposteurs et indignes de leurs noms, leurs cœurs et leurs âmes ! Oui, si l’Histoire doit se faire, personne ne viendra l’écrire et la faire à la place des Maliens, eux qui, avant le reste de l’Afrique ont inauguré le Cycle des printemps révolutionnaires… en 1991. Y.T.(Reporteur)

    • J’aimerais un jour voir nous les Soninkes prendre des armes pour exprimer notre ras le bol d’etre oblige de souffrir le froid de France et d’ailleurs, les brimades et les racismes a travers le monde pour faire vivre nos parents au pays, ou nous le Dogons nous revolter au lieu d’etre « deporte » vers des regions «clementes ». J’aimerais voir nous les Songrhais formenter une rebellion parce qu’on vit les meme conditions que ceux qui obtiennent TOUT depuis des decenies. J’aimerais voir un jour nous les bozos et somonos faire greve parce que le fleuve est entrain de s’assecher.J’aimerais aussi voir nous les tamasheqs noirs (bellah) prendre les armes pour nous affranchir des conditions d’esclave, de nos « cousins blancs ».
      J’aimerais enfin voir nous de la majorite tamasheqs stigmatise, servant de pion entre la mauvaise graine de nous et un Etat laxiiste, crier notre douleur, indignation et dire merde d’etre les laisser pour compte au Mali ou il faut avoir des armes pour etre considere

  6. Pour une fois, les atermoiements, les hésitations, les faut-il ou pas…, bref je n’en sait rien, ont semble-t-il été mis de coté par Bamako pour être ferme avec le mnla et ses suppôts qui veulent détruire ce pays.
    Le projet final sera forcément renégocier au mieux ou annulé tout simplement par les maliens. A cela, il n’y a aucun doute car la représentation nationale a son mot à dire et on connait désormais sa position.
    NON A UN QUELCONQUE ACCORD AVEC LE mnla.

  7. Et le co-mediateur Nigerian, on ne le voit pas, on ne le sent pas.
    C’est bien vrai que Blaise n’agit pas seul et que c’est bien l’operation Serval qui dicte.
    Mais bon les militaires maliens s’imposent et c’est tres bien. 😈

  8. Pour comprendre la position de BLAISE et son attitude complaisante à l’égard du MNLA, il faut analyser profondément les circonstances et le mandat de négociation délivré par la FRANCE à BLAISE via la CEDEAO.
    BLAISE ne tient pas son mandat de négociation de la CEDEAO mais de la FRANCE et il faut que cela soit bien compris par les maliens. C’est cette donne extérieure qui influe sur le comportement du médiateur qui a une marge de manœuvre insignifiante car il est sous-tutelle comme le MALI l’est actuellement.
    Pour quelqu’un qui constate l’environnement politique de ces négociations, on se rend compte aisément que le médiateur « BLAISE » n’est pas soutenu par ses pairs de la CEDEAO à part MACKY SALL du SENEGAL.
    En définitive, les maliens doivent comprendre qu’un assassin est et demeure un criminel! Quand un criminel négocie c’est naturellement pour poser ou conclure des actes criminels! Ces actes criminels ne peuvent profiter qu’aux criminels c’est à dire « MNLA++++++++BLAISE

    • 😉 😉 😉 😉 😉
      OUI , BON ………c’est à dire que ….
      il va sans dire qu’à Bamako il n’y a aucun criminel …. 😉 😉 😉 😉 😉 😉 Il n’y en a aucun , il n’y en aura jamais , Dieu est grand et ce sont les enfants qui sont petits , tout est en ordre 😉 😉 😉 😉 😉 😉 😉

      • LES CRIMES COMMIS PAR LE MNLA ET SES ALLIE’S ANSARDINE ET MUJAO N’ONT ETE’ COMMIS PAR AUCUN GROUPE AU MALI! JE TE RAPPELLE LEURS CRIMES SUIVANTS:
        FAIRE VENIR DES ETRANGERS POUR S’ATTAQUER A’ LEUR PROPRE PAYS!
        FAIRE 400 000 DE LEURS COMPATRIOTES DES REFUGIE’S!
        VIOLER LES FEMMES DE LEURS PROPRE PAYS!
        INTERROMPRE L’EDUCATION DES ENFANTS DE LEUR PROPRE PAYS!
        FAIRE DE LEUR PROPRE PAYS LA FARCE DU MONDE!
        JE N’ENCOURAGE AUCUN CRIME MAIS IL FAUT RECONNAITRE QUE LES CRIMES NE SONT PAS COMPARABLES!!!!
        SEULS LES MEMBRES DU MNLA ET LEURS SUPPORTERS TENTENT PAR TOUS LES MOYENS DE NOUS FAIRE CROIRE QUE LE COUP D’ETAT, LE CONTRE COUP D’ETAT ET LEURS CONSEQUENCES SONT COMPARABLES AUX ATROCITE’S, AUX CRIMES DE GUERRE ET AUX CRIMES CONTRE L’HUMANITE’ QUI ONT ETE’ COMMIS PAR LE MNLA ET SES ALLIE’S TERRORISTES ISLAMISTES!
        COCO AND MOUSSA AG, WE ARE NOT STUPID!!! WE ARE NOT BUYING YOUT STORY!

        • Certe frere, les crimes ne sont pas comparables et tout le monde en est conscient. Mais il faudra imperativement que l’impunite cesse parout. Il y a des personneset groupes qui ont des actes criminels aussi au sud, particulierement a Bamako:
          Pillages et vols des biens publics et leurs destructions etc…,
          Vols de biens d’autruits et saccage des maisons privees, voitures etc…,
          Pillages et vols dans les stations d’essence,
          Arrestations arbitraires et executions sommaires,
          Bon et si un autre groupe de cons de soldats rates passent a l’action demain ou apres demain…et commette les memes conneries, donc c’est normal quoi. N’oublions pas les pauvres innocents. Quelle mentalite d’australopitheque 😆 . Pire que des animaux. Une justice a 100% n’existe pas mais le peux qui peut etre fait on doit le prendre. Il y a des poltrons et crancres a Bamako qui doivent repondre de leurs actes ausii tot ou tard. 😉 .

        • “LES CRIMES COMMIS PAR LE MNLA ET SES ALLIE’S ANSARDINE ET MUJAO N’ONT ETE’ COMMIS PAR AUCUN GROUPE AU MALI!”

          HONNÊTEMENT … J’AI TOUJOURS PENSÉ QUE TU FAISAIT EXPRÈS D’ÊTRE NUL DANS TES RAISONNEMENTS ET TES ARGUMENTS … MAIS PEUT ETRE QUE TU ES VRAIMENT UN GROS CANCRE INTELLECTUEL HEIN… 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

          Moussa Ag,…QUI DE SE MONDE VA SORTIR UN ARGUMENT AUSSI NUL QUE CA … ET JE ME RETIENS ICI…

Comments are closed.