Mali: L’offensive des Ifoghas finie dans trois semaines, dit Le Drian

19
Le ministre de la DĂ©fense Jean-Yves Le Drian, sur la base militaire de Gao, au Mali, le 7 mars 2013. REUTERS/JOE
Le ministre de la DĂ©fense Jean-Yves Le Drian, sur la base militaire de Gao, au Mali, le 7 mars 2013. REUTERS/JOE

GUERRE – Cependant, la France ne se retirera que lorsqu’une solution politique aura Ă©tĂ© trouvĂ©e, souligne le ministre de la DĂ©fense…

Les forces françaises auront achevĂ© la sĂ©curisation du nord-est du Mali dans trois semaines, mais la France ne partira que lorsqu’une solution politique aura Ă©tĂ© trouvĂ©e, dit ce lundi le ministre de la DĂ©fense Jean-Yves Le Drian dans une interview au Monde.

A la demande des autoritĂ©s maliennes, la France a lancĂ© il y a deux mois jour pour jour l’opĂ©ration Serval pour repousser des groupes islamistes armĂ©s qui occupaient le nord du Mali et qui menaçaient la capitale Bamako. AprĂšs avoir repris les villes de Gao et de Tombouctou, les forces françaises, Ă©paulĂ©es par l’armĂ©e tchadienne, mĂšnent depuis plusieurs semaines une offensive militaire dans le massif des Ifoghas, considĂ©rĂ© comme un bastion des groupes islamistes armĂ©s, dont Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi).

«Il y aura sĂ»rement d’autres combats violents»

«Nous poursuivons la libĂ©ration de ce territoire quasiment mĂštre par mĂštre», dĂ©clare le ministre de la DĂ©fense. «Il y aura sĂ»rement d’autres combats violents. D’ici trois semaines, si tout se passe comme prĂ©vu, ce territoire sera complĂštement visitĂ©.» «Je ne vais pas vous dire qu’on va les traquer jusqu’au dernier», poursuit-il aprĂšs s’ĂȘtre rendu sur place la semaine derniĂšre.« L’objectif donnĂ© par le prĂ©sident de la RĂ©publique est bien la libĂ©ration du territoire du Mali pour lui permettre de recouvrer sa souverainetĂ©. Nous n’y sommes pas encore.»

Le calendrier avancĂ© par le ministre de la DĂ©fense dans le Monde coĂŻncide avec la date du dĂ©but du retrait des troupes françaises du Mali prĂ©vu pour avril et annoncĂ© par François Hollande le 6 mars dernier. Huit semaines aprĂšs le dĂ©but de l’opĂ©ration Serval et Ă  trois semaines du dĂ©but du retrait, Jean-Yves Le Drian rappelle que la France restera le temps nĂ©cessaire pour permettre aux futures autoritĂ©s maliennes d’acquĂ©rir une lĂ©gitimitĂ© nationale et internationale. «La fin de notre mission doit coĂŻncider avec la solution politique au Mali», souligne-t-il.

Commission de dialogue et de réconciliation

Cette solution politique passe par l’organisation «au plus vite» d’une Ă©lection prĂ©sidentielle, en juillet, pour permettre Ă  la future autoritĂ© politique du Mali de se doter d’une lĂ©gitimitĂ© nationale et internationale, souligne le ministre. Elle passe Ă©galement par l’organisation de la commission de dialogue et de rĂ©conciliation. Le prĂ©sident malien par intĂ©rim Dioncounda TraorĂ© «m’a assurĂ© que ses membres seraient connus d’ici une dizaine de jours», a fait savoir Jean-Yves Le Drian.

Le ministre de la DĂ©fense est par ailleurs revenu sur les informations faisant Ă©tat de la mort de deux hauts dirigeants d’Aqmi dont le dĂ©cĂšs a Ă©tĂ© annoncĂ© par leTchad. «On a Ă©videmment neutralisĂ© des chefs et des sous-chefs», a-t-il dit. «MĂȘme s’il faut encore la confirmer, la disparition d’Abou Zeid est probable.» Sur les plus de 3.000 combattants djihadistes prĂ©sents sur le territoire malien avant l’intervention française, certains se sont «éparpillĂ©s, d’autres ont rejoint l’Ă©tranger, d’autres ont Ă©tĂ© neutralisĂ©s», selon Jean-Yves Le Drian. Environ 500 djihadistes ont Ă©tĂ© «trouvĂ©s» par les forces françaises dans l’Adrar des Ifoghas, a-t-il prĂ©cisĂ©

 B.D. avec Reuters
PARTAGER

19 COMMENTAIRES

  1. J’ai l’impression que la mort d’Abu Zeid commence Ă  porter ses fruits, au fait ça vous semble pas bizarre que Baba Ould Cheikh se fasse Ă©vader de sa prison mystĂ©rieusement ? est-ce que son maitre Mokhtar Bel Mokhtar ne l’a pas fait libĂ©rĂ© en balançant en Ă©change les endroits favoris d’Abu Zeid son rival ? il avait besoin du trafiquant pour faire redĂ©marrer ses bizness…

  2. Les gens se connaissent dans ce pays; on a l’habitude de dire .

  3. On ne peut battir un pays sur du mensonge et la demagogie.

  4. Nous vaincrons inchallah, il nous faut soutenir notre arméé malgré tous les problÚmes internes qui son t en sont sein.

  5. Le Malien a besoin de tous ses fils pendant ces moments difficiles. Nous nous devons de taire nos antagonismes pour preserver notre PATRIE

  6. Sans paix, il y’a pas de developpement, mais pour garantir la paix, il faut se preparer Ă  la guerre.

  7. Edition fr
    TITRES :

    Un acte fasciste d’un pouvoir criminel…

    Lors de l’intervention de la CIDDPA faite ce matin à la 22e session des droits de l’Homme des Nations Unies à Genùve
    Stop au gĂ©nocide dans l’Azawad

    La RĂ©daction

    La situation des violations des droits de l’homme commises par l’Etat du Mali et son armĂ©e contre les populations de l’Azawad, nous indique un communiquĂ© de la CIDDPA, signĂ© par son porte-parole Mossa Ag Attaher.
    13/03/2013 – 13:33 mis a jour le 13/03/2013 – 13:46 par La RĂ©daction

    La Coordination Internationale de DĂ©fense des Droits du Peuple de l’Azawad (CIDDPA) est intervenue ce matin Ă  la 22e session des droits de l’Homme des Nations Unies Ă  GenĂšve au sujet des exactions de l’armĂ©e malienne contre les populations de l’Azawad, la situation des violations des droits de l’homme commises par l’Etat du Mali et son armĂ©e contre les populations de l’Azawad, nous indique un communiquĂ© de la CIDDPA, signĂ© par son porte-parole Mossa Ag Attaher.

    Lors de son intervention, le reprĂ©sentant du peuple de l’Azawad mettra l’accent sur une autre rĂ©alitĂ© du terrain et les souffrances ainsi que tout ce que subissent les Azawadiens. « En dĂ©pit des discours des autoritĂ©s de Bamako sur les agissements des soldats rĂ©guliers et des milices supplĂ©tives ; exĂ©cutions sommaires, enlĂšvements, tortures, pillages, viols et vols, Ă  l’encontre des populations Azawadiennes, en particulier, touarĂšgues et maures, ainsi que des membres des groupes ethniques Peuls et Songhai, ces actes se poursuivent ». « MalgrĂ© les reportages des rares mĂ©dias qui se trouvent sur le terrain, les alertes des organisations de dĂ©fense des droits de l’homme dont HRW, la FIDH, Amnesty
 ainsi que les mises en garde des Nations Unies », la situation n’a pas Ă©voluĂ©.

    « Lorsque les soldats Maliens s’en prennent aux populations, ceux qui ne sont pas exĂ©cutĂ©s ou pillĂ©s sont enlevĂ©s tout comme les troupeaux et autres biens matĂ©riels. De nombreux Azawadiens, majoritairement Touaregs et Maures, de simples bergers, ont Ă©tĂ© enlevĂ©s avant d’ĂȘtre prĂ©sentĂ©s Ă  la TV malienne comme de dangereux terroristes pris avec les armes dans un macabre montage digne de Hollywood », est-il ajoutĂ© dans cette intervention qui tranche avec le discours des autoritĂ©s maliennes et de ses supports.

    « Pour ceux qui ne connaissent la rĂ©alitĂ© du terrain depuis le dĂ©but de l’opĂ©ration est que les soldats maliens n’arrivent dans les localitĂ©s que lorsque les forces françaises ont achevĂ© de nettoyer les poches terroristes de rĂ©sistance !!! », ajoute-t-on encore. Ceci avant de se demander : « Jusqu’à quand le Mali continuera-t-il de violer allĂšgrement les droits humains prenant des allures de gĂ©nocides, de crimes contre l’humanitĂ© tout en se prĂ©sentant comme une pauvre victime d’un terrorisme que l’Etat malien a lui-mĂȘme promu depuis une quinzaine d’annĂ©es ? Jusqu’à quand la communautĂ© internationale restera silencieuse et passive face au gĂ©nocide rampant dans l’Azawad ? Jusqu’à quand le gouvernement malien continuera-t-il Ă  adouber les mĂ©dias de la haine qui appellent aux meurtres de personnes en raison de leur origine ? ». Le reprĂ©sentant du peuple de l’Azawad se demande aussi : « comment expliquer qu’en prĂšs de deux mois (aprĂšs le lancement de Serval), il y a 25 fois plus de personnes tuĂ©es uniquement des Azawadiens, par l’armĂ©e malienne qu’en plus de trois mois d’affrontements entre cette armĂ©e et les forces rebelles ? ». Pour Ă©tayer ses dires, il citera que sur « toute la pĂ©riode de rĂ©fĂ©rence, prĂšs de 573 tĂȘtes de bĂ©tail (petits ruminants et bovins) ont Ă©tĂ© enlevĂ©s par les soldats maliens. Les pillages de boutiques appartenant essentiellement Ă  la communautĂ© ont Ă©tĂ© observĂ©s y compris sous les camĂ©ras des chaĂźnes de TV, en particulier F24, notamment, Ă  Tombouctou ». Et de souligner que « le plus incomprĂ©hensible c’est que cela se poursuit encore au moment oĂč je parle mais puisque la zone est difficilement accessible aux mĂ©dias, le drame est peu visible comme c’est le cas en Syrie et ailleurs sur notre planĂšte, de moins en moins humaine !!! ».

    Un appel est aussi vite lancĂ© Ă  l’endroit des instances internationales qui sont appelĂ©es Ă  rĂ©agir face Ă  ce qui se passe dans l’Azawad : « le conseil de sĂ©curitĂ©, le comitĂ© des droits de l’homme dans un souci de paix et de sĂ©curitĂ© internationale devraient Ă©lever la voix pour que cesse le gĂ©nocide rampant depuis que la France a dĂ©cidĂ© unilatĂ©ralement, il y a 60 ans de remettre notre destin entre les mains du Mali, Etat qu’elle a crĂ©Ă©e de sa propre volonté  avant de revenir en 2013 pour ramener l’armĂ©e malienne dont le seul fait d’armes se rĂ©sume en massacres de populations civiles, en raison, gĂ©nĂ©ralement, de leur couleur de peau !!! ».

    • je voudrais tout simplement te rappeler que vous avez sciemment fait de ne pas mentionner les exactions commises par le MNLA CONTRE LES MILITAIRES MALIENS DANS LE SEPTENTRION. L’HONNETETE INTELLECTUELE EXIGE CELA. AINSI TOUT LE MONDE COMPRENDRA QUE VOUS ETES IMPARTIAL. N’OUBLIE PAS NON PLUS D’EVOQUER QU’AVEC LE MUJAO, AQMI ET ANSAR-DINE, LES MEMES HOMMES ONT MUTILE, VIOLE, ET LAPIDE, PROCEDE A DES TRAFICS DE DROGUES ET D’ARMES AVANT D’ETRE BOUTES HORS DE LEURS ZONES D’OCCUPATION PAR CEUX-LA QUI LES AIDAIENT A COMMETRE LES EXACTIONS. PERSONNE, DELIBEREMENT N’A PRIS LES ARMES POUR TUER LES GENS SI CE N’EST CE PSEUDO MOUVEMENT DE L’AZAWAD. COMBIEN DE FOIS DANS L’HISTOIRE DU MALI, CE PHENOMENE SE PASSA ? REPONDEZ A CETTE QUESTION ET VOUS SEREZ HONNETE ENVERS VOUS-MEME MEME SI VOUS FEIGNEZ PUBLIQUEMENT DE NE PAS L’ADMETTRE. LE MALI RESTERA INDIVISIBLE.

  8. Et bien, je ne vous pas une solution immediate a cette crise. Ca prendra du temps. Negociez oui, mais le mlna doit etre desarmer et ses chefs arretez et traduits devant la justice.

    • NOUS MALIENS,nous demandons Ă  l’oppunion internationale de laisser les maliens resoudre leur reconciliation en toute quiĂ©tude; car il n’est sage de vouloir imposer son dĂ©sire Ă  un pays souverain. Le MALI n’a pas de problĂšme etnique mais plutot d’indĂ©pendantiste, de terrorisme.Lorsque ces indĂ©pendantistes Ă©gorgeaient nos soldats des voix ce sont Ă©levĂ©es pour dire maintenant le MALI doit nĂ©gocier parce qu’ils ont gagnĂ© le terrain.

  9. Nous on cree le MNLS (Mouvement National de Liberation de Soungai)nous allons notre anciens Empire. L’ensemble du territoire Soungai doit etre liberer… tout le monde est inclus….les bambaras, le peuls, les Kados, les touaregs, le bozos…d’ailleurs notre vice president est un touareg, Ag Ba Issa 🙄 , (vous voyez combien nous ne sommes pas racistes? 😯 ) le Mali doit negocier avec nous… tous les autres les MAA, les MNLB, les MNLM (mouvement national de liberation de Manding)..sont tous des mouvements opportunistes…soit des traffiqants de drogues…et surtout le soi-disant MNLA qui ne peut mme pas baser son histoire sur un empire comme les autres citĂ©s…”Azwad” n’etant qu’une ancienne cuvette 🙄

    • VOTRE ANALYSE EST ON NE PEUT PLUS CLAIR. LE MALI N’A JAMAIS CONNU DE PROBLEME ETHNIQUE. CE QUE NOUS VIVONS AUJORD’HUI EST UNE PURE FABRICATION DE CE PNEUDO MOUVEMENT. MAIS EN FAIT LA FAUTE INCOMBE A L’ETAT MALIEN, CAR NOUS AVONS TOUJOURS ETE LAXISTES DANS TOUS LES ASPECTS DE LA VIE DE NOTRE NATION. L’ALGERIE, LE NIGER, LA MAURITANIE N’ONT PAS PASSE PAR LE DOS DE LA CUILLERE QUAND ILS ONT ETE CONFRONTE A CE GENRE DE PROBLEME. ON S’ATTAQUE TOUJOURS AU MAILLON FAIBLE DE LA CHAINE. C’EST POURQUOI ILS ONT TENTE CHEZ NOUS CE QU’ILS NE POUVAIENT PAS REUSSIR AILLEURS. IL NOUS FAUT UNE SOLUTION RADICALE, C-A-D FAIRE TABLE RASE DE NOTRE SOI-DISANTE ARMEE.IL FAUT ARRETER ET JUGER TOUS LES OFFIIERS SUPERIEURS CAR ILS NE SONT INNONCENTS DANS CETTE SITUATION. ATT N’A ETE QU’UN BETAIL SACRIFIE SUR L’AUTEL CEPENDANT QUE LES MEMES HOMMES QUI ETAIENT DANS LES HAUTES SPHERES DE L’ETAT Y DEMEURENT TOUJOURS. CELA VEUT DIRE QUE LES MEMES PHENOMENES SE REPRODUIRONT PLUSTARD AVEC CES MEMES INDIVIDUS APATRIDES

  10. Y a une chose qu’il faudrait prĂ©ciser, au-delĂ  des Ă©lections libres et transparentes, pour Ă©viter des secousses populaires post-Ă©lectorales, il faudra que la CENI avalise toutes les candidatures afin d’Ă©liminer tous ceux qui ont activement participĂ© aux rĂ©gimes prĂ©cĂ©dents et donc Ă  la dĂ©cadence du pays, sinon aprĂšs le 31 juillet, si c’est un farfelu qui est Ă©lu, on en aura as fini avec les casses……

    • MR KANDEM,
      JE SUIS SI DESESPERE QUE JE NE CROIS PAS A UNE ELECTION LIBRE EN TOUT CAS TRANSPARENTE AU MALI. JE REGRETTE QU’ELLE N’APPORTE PLUS DE TROUBLES QUE DE PAIX DANS CE PAYS OU LA POLITIQUE N’A JAMAIS ETE UNE QU’ESTION DE CONVICTION IDEOLOQUE. REGARDEZ UN PEU COMMENT EN LONGUEUR DE JOURNEE LES ALLIANCES SE FONT ET SE DEFONT AU GRE DE LA CUPIDITE ET DU MANQUE DE SCRUPULE DE L’HOMME POLITIQUE MALIEN. LA QUESTION NATIONALE EST LE DERNIER DE LEURS SOUCIS. ILS SCELERAIENT CERTAIMENT UNE ALLIANCE AVEC LE DIABLE SI LE MUJAO, AQMI, MNLA SERAIENT ARRIVES A ANNEXER TOUT LE MALI. JE ME DEMANDE COMMENT ET POURQUOI NOUS SOMMES TOMBES SI BAS ? QUEL A ETE POUR NOUS L’AVANTAGE DE CETTE DEMOCRATIE QUI A INTRONISE CETTE ANARCHIE DANS NOTRE PAYS ? NOUS AUTRES PORTONS LE FARDEAU D’UNE HONTE QUI N’EMPECHE NULLEMENT NOS CHEFS D’ETAT MAJOR DES ARMEES A MULTIPLIER DES DECLARATIONS CONTRADICTOIRES SANS SE SOUCIER DE LEUR INCOMPETENCE ET DE LEUR MEDIOCRITE.

Comments are closed.