Mali: Ségou s’organise contre les infiltrations des jihadistes

3
Des Maliens sur le fleuve Niger le 22 janvier 2013 à Ségou
© AFP

Ségou a fêté jeudi dans la discrétion l’anniversaire de la naissance du Prophète, le Maouloud, d’ordinaire l’occasion de grands rassemblements. Dans la crainte d’infiltrations islamistes, toute manifestation sur la voie publique a été interdite dans cette ville de l’ouest du Mali.

“Nous sommes dans un état d’urgence. Nous prenons plusieurs dispositions pour éviter des attaques des islamistes”, a expliqué à l’AFP Madani Mniang, premier adjoint au maire de Ségou (650 km au nord-est de Bamako). “J’ai interdit aux familles religieuses d’organiser le Maouloud sur la voie publique, je leur ai demandé de se cantonner aux mosquées ou bien aux cours et jardins intérieurs des maisons”.

Les intégristes islamistes, notamment salafistes, dénoncent le Maouloud comme une innovation s’apparentant à la célébration chrétienne de la naissance de Jésus, rappelle l’adjoint.

Depuis les frappes aériennes françaises contre Diabali le 14 janvier, à quelques 100 km au nord, les islamistes ont fui et se sont disséminés dans la région. “Ces islamistes sont contre le prophète”, estime l’adjoint. “Ce sont des trafiquants d’hommes, d’armes, de drogue. Or la religion condamne tout cela”.

Dès la tombée du jour, les rues de Ségou plongées dans le noir restent désertes. Les habitants rentrent tôt chez eux, restaurants et night-clubs ne font pas des affaires.

A l’embarcadère du fleuve Niger, les traversées des deux bacs doivent s’arrêter impérativement à 18 heures. Les nombreux ânes qui transportent inlassablement marchandises et personnes se reposent plus tôt que d’habitude, seuls quelques militaires nonchalants prennent la relève.

“Peau blanche”

“Ils ont demandé aux pêcheurs de faire attention, de ne pas prendre n’importe qui à bord pour traverser le fleuve. D’ordinaire, la traversée est très facile”, raconte un hôtelier dont l’établissement est à proximité du Niger.

Des soldats patrouillent les rives du fleuve, affirme l’adjoint au maire, mais ils sont peu visibles.

Le jour de la grande foire hebdomadaire, lundi, les accès au marché alimentaire étaient très filtrés. “On voulait éviter tout risque d’attaque”, dit Madani Mniang.

Selon lui, quelques islamistes se sont infiltrés dans Ségou, ville essentiellement bambara (ethnie noire majoritaire) du Mali peuplée de 130.000 habitants, très étendue avec beaucoup de grands espaces cultivés, impossibles à contrôler. “Trois d’entre eux, en tenue civile, mais avec des armes ont été arrêtés, ils ont été remis à la disposition du procureur”, affirme-t-il.

Difficile d’apprécier exactement les risques d’infiltrations. Parmi les jihadistes, beaucoup étaient de jeunes noirs maliens qui ont trouvé l’occasion de gagner soudain beaucoup d’argent, selon un journaliste malien originaire du nord, Sedi. Ceux là peuvent rapidement se fondre parmi la population et se chercher un nouveau destin.

La police de Ségou a diffusé plusieurs numéros de téléphone que les habitants peuvent appeler, s’ils repèrent des suspects.

Mais un turban de touareg ou d’arabe (deux communautés dont sont issus la majorité des islamistes armés), une “peau blanche”, peuvent être vite assimilés à un jihadiste par une population choquée par les exactions des islamistes (lapidations, amputations) à l’encontre des habitants de Gao et Tombouctou, deux des grandes villes du Nord.

Dans la mairie, l’adjoint tend une feuille qui récapitule les dispositions sécuritaires. Parmi elles, l’interdiction “de s’approcher de moins de 5 mètres” du grand château d’eau.

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Tu as raison Blanche Neige,je disais bien qu’il ne fallait pas qu’on fasse la guerre, car a cause de Hollande voila que Ségou a été déménagé au nord est a 650 kms de Bamako 🙁 😉
    Messieurs les journaleux relisez donc vos articles pour ne pas faire de la “DESINFORMATION”

  2. il faut que ce soit un toubab qui fasse la remarque ,je crois bien que l’AFP s’est planté ,Segou etant à 240 kms de Bamako 😉 😉

  3. Les memes dispositions doivent être prise à Koulikoro,Banamba, Nara, Nioro et les villages de leur alentours!

Comments are closed.