Négociations de Ouaga : Un accord pour aujourd’hui ?

0

Les autorités maliennes et les rebelles de Kidal sont sur le point de signer un protocole d’accord à Ouagadougou sous l’égide du médiateur de la Cedeao, Blaise Compaoré. Cet accord devrait permettre à priori d’organiser l’élection présidentielle à Kidal ainsi que le retour de l’administration et l’armée malienne dans cette localité.

OuagaDans les prochains jours, le drapeau malien flottera sur Kidal. Les rebelles rendront leurs armes aux forces de la Minusma, de la Misma ou de la France. Le Mali aura retrouvé son intégrité territoriale. Et l’élection présidentielle se tiendra sur l’ensemble du territoire national comme l’a promis le président de la République par intérim.

Depuis quelques jours, les autorités maliennes et les rebelles du Mnla sont en conclave à Ouagadougou pour trouver un terrain d’entente. Un accord pour éviter la guerre à Kidal. Des négociations qui se déroulent sous la supervision de Blaise Compaoré, médiateur de la crise malienne.

Le Mali est représenté dans ces négociations par l’émissaire du président de la République par intérim, Tiébilé Dramé pendant que la délégation de Kidal est conduite par Mahamadou Djeri Maïga. Les deux parties ont fait des propositions au médiateur qui a fait une synthèse et produit un projet d’accord pour, entre autres, la libération de Kidal et le désarmement des combattants du Mnla.
La signature du protocole d’accord entre les rebelles touaregs et les autorités maliennes était attendue le mardi dernier, mais elle a été repoussée. Les deux délégations avaient regagné leur base respective pour « consultation » avec le projet de protocole d’accord. Le même jour, la délégation du Mnla et du Hcua, a fait un aller-retour sur Kidal. Comme d’habitude, les rebelles prennent le devant dans la communication et font indexer les autorités maliennes comme étant de mauvaise foi. Ils se sont dit prêts à signer le projet d’accord tel que remis par Blaise Compaoré. Ainsi tous les regards sont tournés vers Bamako.

Quant à Tiébilé Dramé, lui aussi a pris un vol pour Bamako où il est arrivé le mardi. Il devrait présenter le projet d’accord au président de la République et au Premier ministre. Tiébilé a été rejoint par le ministre burkinabé des Affaires étrangères, Djibril Bassolé. Hier encore, les deux personnalités étaient toujours à Bamako. Au même moment, l’émissaire de Dioncounda Traoré était attendu également à Ouagadougou. Ce faux bond est interprété par des médias et des diplomates occidentaux comme une fuite en avant des autorités maliennes. Pendant ce temps, silence radio à Bamako. Ni le président de la République, encore moins son émissaire, n’a donné les raisons de ce décalage entre Ouaga et Bamako. Au moment où nous mettions sous presse cet article, Tiébilé Dramé serait encore dans la capitale en train de faire des réglages dans le projet d’accord. Ces modifications pourront-elles faire voler en éclat l’espoir de la signature du protocole d’accord ? Les rebelles estiment que OUI. Ils ne seraient pas dans une dynamique de signer un accord que celui proposé déjà par le médiateur.
Cependant, d’autres sources à Bamako, sont optimistes quant à la signature d’un accord entre les deux parties. Une signature qui pourrait intervenir dans les heures à venir, selon des sources contactées par L’Aube…

Idrissa Maïga

PARTAGER