Négociations gouvernement malien- groupes armés / Tiebilé Dramé transporte la médiation à Bamako

3
Samedi 08 juin 2013. Ouagadougou. Tiébélé DRAME, Conseiller Spécial du Président malien, en charge d’engager des contacts avec les groupes armés du Nord-Mali
Samedi 08 juin 2013. Ouagadougou. Tiébélé DRAME, Conseiller Spécial du Président malien, en charge d’engager des contacts avec les groupes armés du Nord-Mali

Lundi 10 juin, c’était la date convenue entre l’émissaire du président malien, Tiebilé Dramé et le médiateur de la Cedeao, le président du Faso, Blaise Compaoré pour signer l’accord entre le gouvernement et les groupes armés du nord Mali, permettant la tenue des élections du 28 juillet 2013. Mais, depuis l’ouverture des négociations directes le samedi 8 juin, les médiateurs et les parties au conflit courent toujours derrière un accord. Par la force des choses, les négociations se poursuivent en transport à Bamako.

 


Lundi après midi à l’issue de la rencontre à la présidence du Faso, réunissant la délégation du gouvernement malien, celle conjointe du Mnla-Hcua et la médiation internationale, l’émissaire du président malien Tiebilé Dramé s’est rendu à Bamako, porteur du projet d’accord, et depuis, ce document fait l’objet de longues discussions au niveau des hautes autorités maliennes. En quittant Ouagadougou le lundi, Tiebilé Dramé aurait dit à un de ses proches que « la signature de cet accord n’était pas pour demain ». L’émissaire du président malien savait donc que le document n’était pas prêt pour être signé, ses préoccupations n’avaient pas été totalement prises en compte, mais n’a pas voulu aller au « clash » avec la médiation Burkinabé.

 

En diplomate averti, il n’a pas attendu la cérémonie de signature pour annoncer qu’il irait consulter les hautes autorités de Bamako. Il avait déclaré aux journalistes dans la matinée qu’il ne signerait pas ce document avant de consulter ses mandants, et éventuellement il demanderait au président s’il n’y voyait pas d’inconvénient, d’envoyer un membre du gouvernement parapher l’accord.
Ce mercredi, alors que nous apprenons que le document a été adopté par le Mnla-Hcua, les discussions ont continué à Bamako, jusqu’à hier tard. Les travaux de lundi et mardi à la présidence malienne n’ont pas permis de peaufiner suffisamment le projet de protocole remis par la médiation de Blaise Compaoré. C’est ainsi que hier matin, le ministre d’Etat burkinabé, ministre des Affaires étrangères, Djibril Bassolé s’est rendu lui aussi à Bamako, accompagné des représentants de la communauté internationale. Ainsi « les négociations de paix qui se déroulaient jusque-là à Ouagadougou, au Burkina Faso, sont en transport à Bamako », selon une publication sur facebook, d’un membre de la presse présidentielle malienne. Selon lui, hier après midi, « le Président de la République par intérim, le Pr. Dioncounda Traoré, est entouré d’une bonne palette de négociateurs africains, européens et onusiens pour se pencher sur ce qu’on pourrait appeler le pré-accord de Ouaga ». Le journaliste de la présidence a signalé que outre le Président de la République, il y avait autour de la table le Premier Ministre malien, Diango Cissoko, le Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Internationale, Tiéman H. Coulibaly, son homologue burkinabè, Djibril Yipènè Bassolé, Tièbilé Dramé, le négociateur en chef côté malien, le chef de la Misma, le Général Pierre Buyoya, le chef de la Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), Bert Koenders, le représentant spécial de l’Union européenne pour la région du Sahel, Michel Reveyrand de Menthon, le représentant de la Cedeao au Mali, Cheaka Abdou Touré et quelques autres collaborateurs. On note qu’à part le président de la République, le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères du Mali, tout ce beau monde était à Ouaga la veille. On peut reconnaitre avec la presse présidentielle malienne qu’il y a eu un transport à Bamako, des négociations de paix qui se déroulaient jusque-là à Ouagadougou, au Burkina Faso. Tiebilé Dramé, le conseiller spécial du président de la république est encore attendu ce jeudi à Ouaga, ainsi arrivera –t-il dans la capitale burkinabé, certainement en compagnie de ses partenaires de la médiation internationale, qui soutiennent le processus politique de paix au Mali, pour la tenue dans de bonnes conditions des élections du 28 juillet. En tout cas à Ouaga, tout le monde a l’oreille tendue vers le palais présidentielle. Des sources proches de la présidence parlent de vendredi 14 juin comme date probable de signature de l’accord. Est bien malin qui dira le jour et l’heure de la signature de cet accord.

 

B. Daou
Envoyé spécial à Ouagadougou

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Le Mali doit se retirer des négociations tant que le MNLA (un mouvement qui a pactisé avec MUJAO, AQMI) ne dépose pas les armes. C’est ça qui doit être notre combat d’aujourd’hui et non les élections. Comment peut on accepter que Le MNLA (une minorité (-10% des touaregs)) d’une minorité (touaregs (-10% de la population totale)) puisse prendre en otage tout un pays… c’est hallucinant.
    Essayons de sauvegarder le peu de dignité qui nous reste et opposons nous à cet accord de Ouaga qui met en péril notre souveraineté sur une partie du territoire. C’est beau les discours de Hollande et Fabius (pas deux armées dans le pays) et pourtant l’accord de Ouaga valide ce concept de 2 armées au Mali. Et bientôt il y aura une force d’interposition entre les deux armées d’où la nécessité de se mobiliser pour arrêter notre participation à ces accords tant que le MNLA n’a pas désarmé et que l’armée nationale n’est pas à Kidal.
    Tant pis pour les 3.2 milliards d’€, Haiti attend toujours les promesses sui

  2. Nous disons et rappelons que dans les vraies démocraties on ne dialoguent jamais avec les ennemis les collabos même fussent-ils des compatriotes qui ont tué violé handicapé des citoyens lambda

    Nous disons ils sont traqués partout ils sont et mis hors d’état de nuire et le Mali qui se veut 1état de la vraie démocratie ne saurait donc se déroger à ce principe sacro-saint

    Nous disons et rappelons que toute personne groupes de personnes organisations qui proposent de dialoguer avec des criminels sont les vrais et pires ennemis de la démocratie vraie au Mali en Afrique et sont les vrais responsables de la démocratie bananière des tropiques de l’impunité reine dont sont si friands leurs laquais de lettrés mutants politiques africains sociétés civiles Hommes en armes usurpateurs sans vergogne du titre d’intellectuels

    Nous disons que Dioncounda le Django Malien Tiéblé et le gouvernement par intérim du Mali nous rappelle celui du Maréchal Pétain de Darlan et le gouvernement de Vichy

    Nous disons les 2 gouvernements ont pensé bien faire en s’asseyant sur la même table que les ennemis pour 1soit disant négociation

    Nous disons tel le gouvernement de Vichy le moment venu fut condamné à la peine capitale le 15 Août 1945 pour avoir dialogué avec l’ennemi nazi communiée à la peine à vie par le nouveau gouvernement patriote du Général Charles de Gaulle le gouvernement par intérim du Mali sera condamné probablement le 15 Août 2013 à la peine capitale probablement communiée à la peine à vie pour collaboration avec les ennemis de MNLA Ansar Eddine et consorts par le futur gouvernement des maliens et maliennes fiers honnêtes aimant leur Mali

    Nous disons telle l’armée française qui fut défaite sur le terrain vaincue écrasée humiliée dispersée en débandade par l’ennemi nazi et ses collabos l’armée malienne a subi le même sort face aux faux Djihadistes faux islamistes Suppôts de Satan Satan fait humains fidèles et adeptes de Dajal ou Antéchrist de criminels narcotrafiquants proxénètes voleurs violeurs tueurs handicapeurs à vie d’Aqmi Boko Haram Mujao consorts conduits accompagnés par les enfants ingrats égoïstes paresseux impénitents assistés permanents de bandits sans foi ni loi voleurs tueurs violeurs handicapeurs à vie sur des bases raciale tribale de collabos mafiosi apatrides de MNLA Ansar Eddine et consorts

    Nous disons telle l’armée française avec ses français et françaises fiers honnêtes aimant leur France qui s’organisa s’équipa se fortifia pour ensuite participer à la libération totale de la France de l’ennemi nazi et de ses collabos qu’ils mirent hors d’état de nuire sans aucun état d’âme et cela malgré les fortes pressions exercées sur elle par ses alliés d’alors notamment la Grande Bretagne de Churchill qui entravaient sa progression de libération totale de la France l’armée malienne avec ses maliens et maliennes fiers honnêtes aimant leur Mali doit également libérer totalement le Mali des ennemis et de leurs collabos et les mettre hors d’état de nuire sans aucun état d’âme et cela également malgré les fortes pressions exercées sur elle par ses alliés notamment la France de François Hollande qui entravent sa progression de libération totale du Mali

    Nous disons tels les américains et américaines honnêtes fiers aimant leur Amérique unis derrières Georges Washington mirent fin à la « Grande Bretagne-Amérique » pour 1Amérique républicaine et démocratique en déclenchant le 15 Juin 1775 les hostilités contre la Grande Bretagne meilleure armée d’Europe à l’époque aidée par les collabos américains et les mercenaires allemands qu’ils vainquirent et mirent hors d’état de nuire les collabos américains dont les rescapés détalèrent tels des lapins jusqu’au Nouveau Brunswick au Canada les maliens et maliennes fiers honnêtes aimant leur Mali unis doivent en ce mois de juin aussi mettre fin à la « France-Mali » pour 1Mali républicaine et démocratique en attaquant Kidal et mettre hors d’état de nuire les ennemis du Mali avec leurs collabos et les survivants devront détaler tels des lapins pour les pays sous régionaux d’Europe d’Arabie qui leur donnent le gîte le couverts les soins médicaux et où ils y resteront pour toujours et à jamais

  3. Lettre ouverte au Peuple Malien et à la communauté internationale!

    Comment passé outre les égorgements d’Agelock!
    Blaise même doit être jugé a la CPI pour ce qu’il a fait à Thomas SANKARA.

    Le Président par intérim Malien de doit pas tombé dans son panneau!

    Marcel Ibrahim SANGARE
    Ingénieur Informatique Technique et Automatisme
    Polytechnicien Allemand

Comments are closed.