Nigeria: le chef présumé de Boko Haram affirme que l’armée a été en partie repoussée

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

 

La vidéo, dans laquelle les islamistes d’autres pays sont appelés à rallier la lutte au Nigeria, est le premier commentaire public d’Abubakar Shekau depuis le début de l’opération militaire.

 

La vidéo ne permet pas de déterminer où se trouve le chef présumé de Boko Haram, qui est assis dans une tenue de camouflage, un turban sur la tête et un fusil AK-47 près de lui.

 

Ses déclarations contredisent les communiqués de l’armée, qui a affirmé avoir enregistré plusieurs victoires dont la destruction de bases du groupe islamiste et plusieurs dizaines d’arrestations.

 

Aucune vérification n’a pu être faite de façon indépendante, l’armée ayant coupé les réseaux de téléphonie mobile dans la majeure partie du Nord-Est et l’accès aux zones les plus reculées étant restreint.

 

Depuis le début de cette guerre qu’ils appellent +état d’urgence+ (…) dans certains cas, les soldats que nous avons affrontés ont pris la fuite en courant, déclare Abubakar Shekau dans une vidéo d’environ une heure.

 

Shekau appelle les islamistes de plusieurs pays du monde dont l’Afghanistan, le Pakistan et l’Irak à participer à la lutte pour la création d’un Etat islamique au Nigeria.

 

Nous appelons nos frères, dans les pays que j’ai cités. Oh! Nos frères, venez à nous, implore-t-il dans la vidéo, dans laquelle il s’exprime tour à tour en arabe et en haoussa, la langue la plus parlée dans le nord du Nigeria.

 

Plus loin, la vidéo montre des véhicules et des armes de l’armée que Boko Haram dit avoir saisi.

Abubakar Shekau, considéré par les Etats-Unis comme un terroriste à l’échelle mondiale, répète ce qu’il a déjà dit par le passé: Boko Haram ne cessera pas d’enlever des femmes et des enfants tant que vous ne libèrerez pas nos femmes, nos enfants et nos frères.

 

Le but de Boko Haram, dit-il, est de créer une Etat islamique, une de ses revendications récurrentes, ou un royaume des martyrs.

La vidéo a été transmise à l’AFP par un intermédiaire, de la même manière que les précédents messages de Boko Haram. L’homme présenté comme Shekau est le même que celui présent dans d’autres vidéos par le passé.

 

Le Nigeria a lancé une vaste offensive armée contre Boko Haram après l’annonce, par le président Goodluck Jonathan, de l’état d’urgence dans le nord-est du pays, fief du groupe islamiste.

 

Plusieurs milliers de soldats ont été déployés dans trois Etats de cette région et des raids aériens ont été lancés contre des bases présumées de Boko Haram.

 
Le 20 mai, l’armée a déclaré avoir repris cinq zones reculées du Nord Est tombées aux mains des islamistes.

Selon ce dernier communiqué, l’armée a annoncé l’arrestation de 25 insurgés, qui viennent s’ajouter aux 120 annoncés précédemment, et la mort de trois autres, pendant le week-end, dont un dénommé Abba qui faisait partie des hommes les plus recherchés. Un soldat a également été tué lors des dernières opérations, selon l’armée.

 

Les soldats des forces spéciales ont intercepté des messages envoyés aux insurgés en fuite, leur demandant de ne pas baisser les bras et de se battre jusqu’au bout, ajoute le communiqué militaire.

 
La tentative de certains d’entre eux de répondre à cet appel a été déjouée pendant le week-end, alors qu’ils se dirigeaient vers des villages près de la frontière, où ils devaient se retrouver, ajoute le texte.

 

La semaine dernière, l’armée a aussi annoncé avoir libéré trois femmes et six enfants retenus en otage par Boko Haram.

Le gouvernement nigérian s’est aussi engagé, à des fins d’apaisement, à libérer des suspects emprisonnés en lien avec l’insurrection islamiste dont toutes les femmes et les enfants.

 

Selon l’ONG Human Rights Watch, les attaques de Boko Haram et la répression de l’insurrection par les forces de sécurité ont fait 3.600 morts depuis 2009.

(©AFP / 28 mai 2013 18h24)

SOURCE:  du   28 mai 2013.