Nord Mali : L’Italie accueille une réunion des groupes armés rebelles

19
Un groupe du  Mnla
Un groupe du Mnla

La capitale italienne, Rome abrite une réunion des groupes armés du nord du Mali à savoir le MNLA, le HCUA et le MAA. Selon l’une des délégations participantes, cette rencontre va durer trois jours à l’issue desquels, une coordination diplomatique et politique de ces mouvements sera mise en place. Un document pourra être signé dans ce sens. Notons que c’est depuis le mardi dernier que les groupes armés se sont rendus en Italie pour participer à cette rencontre. Aucune information n’a filtré sur les raisons du choix de la capitale italienne pour l’abriter et pas non plus la position officielle de ce pays sur ce dossier. Les autorités italiennes auraient cependant donné leur autorisation pour la tenue de cette réunion. Il nous revient que la réunion d’Italie pourrait être une initiative de Sant Egidio, une organisation basée en Italie et qui intervient dans l’humanitaire.

Sur un tout autre plan, le gouvernement nigérien avait organisé le lundi dernier, une réunion à laquelle étaient conviés 150 cadres et militaires parmi lesquels des représentants des mouvements d’auto-défense Ganda Koy et Ganda Izo et des chefs de tribus. Cette réunion aurait vu la participation de plusieurs personnes.

Précisons que cette réunion est une contribution du Niger pour soutenir les efforts de paix et rapprocher les points de vue entre ces groupes armés. On rapporte que le gouvernement malien était également représenté. Cette rencontre n’entrerait pas dans le cadre des négociations officielles entre Bamako et les groupes armés, mais elle était destinée plutôt à trouver des solutions pour les conflits tribaux et ethniques qui opposeraient les communautés. Signalons que les tensions intercommunautaires ont récemment connu une recrudescence dans le nord du pays.

C’est le lieu de préciser que depuis quelques semaines, les groupes armés du nord deviennent de plus en plus réguliers dans plusieurs capitales africaines et occidentales. Après Alger et Rabat, ils ont été récemment à Moscou. Cette présence dans la capitale russe avait suscité moult discussions dans les milieux diplomatiques et valu à l’ambassadeur de la Russie dans notre pays d’être convoqué par le gouvernement malien pour s’expliquer. Comme si cela ne suffisait pas, les groupes armés se tournent maintenant du côté de l’Italie.

                                                                 Massiré DIOP

PARTAGER

19 COMMENTAIRES

  1. LE SAHEL EST UNE ZONE PROPICE AU TRAFFIC EN TOUT GENRE QUE CERTAINS GROUPES MINORITAIRES CRIMINELS TEL LE MNLA ET LE MAA ETC N’HESITENT PAS A UTILISER A DES FINS POLITIQUES OU RELIGIEUSES ALORS QU’ILS NE SONT PAS LES SEULES ETHNIES DANS LA ZONE. ILS SONT D’AILLEURS DESAVOUES PAR LEURS COMMUNAUTES QUI LES FUSTIGENT DE PARLER EN LEURS NOMS.
    LE TERRAIN EST TELLEMENT FAVORABLE VUE L’ETENDUE DE LA SUPERFICIE QUE DEPUIS DES DIZAINES D’ANNEES (60 ENVIRON) CETTE ZONE EST EN PROIE AUX GROUPES CRIMINELS DE TRAFFIC BRANDISANT DES REVENDICATIONS POLITIQUES OU RELIGIEUSES D’ALLEURS ILLEGITIMES POUR CACHER LEUR TRAFFIC JUTEUX.

    C’EST LA RAISON POUR L’AQUELLE CES GROUPES (MNLA ,MAA, ANCARDINE,AQMI, ETC) S’OPPOSENT A UNE PRESENCE REPUBLICAINE REGULIERE DANS CETTE WASTE ZONE.

    VOL DE BETAIL ,TRAFFIC DE DROGUE ,TRAFFIC D’ARMES TRES JUTEUX.

    LES REVENDICATIONS POLITIQUES OU RELIGIEUSES MAL PLACEES NE SONT QU’UN ECRAN DE FUMEE.

    C’EST EXACTEMENT COMME LES CARTELS MEXICAINS ET LES FARCS QUI CHERCHENT A CONTROLER DES ZONES ENTIERES REFUSANT DE TRAVAILLER ET VIVANT DE TRAFFICS.

    UN HONORABLRE DEPUTE TOUAREG RESPECTE AFFIRMAIT QU IL A EU A VISITER LE SUD DU MALI /KADIOLO ET QUE KADIOLO CETTE VILLE N’EST PAS PLUS DEVELOPPEE QUE SES CONSOEURS DU

    NORD…………………………… ALORS , ALORS ET ALORS ? LES MASQUES DE CES ORGANISATIONS CRIMINELLES NE TOMBENT ILS PAS ?
    😈
    💡

  2. Même si le MNLA est soutenu par l’occident surtout l’union européenne, soyons dignes en “suspendant” les relations diplomatiques avec l’Italie dont les relations bilatérales avec le Mali sont insignifiantes par rapport aux enjeux et surtout notre dignité. Ou sont les supposés AMIS du Mali. Nous comprenons que la Minusma est là pour assurer le schéma sud soudan en protégeant 2 à 3000 personnes contre la volonté de plus de 15 millions âmes.
    Demandons à Poutine de venir à notre aide ne serait ce que pour l’honneur des milliers de militaires qui ont été formés en URSS

  3. je dit HALT A LA FRANCE
    CHERS MALIENS ET MALIENNES NE SOYEZ PAS DUP
    TOUT CE COULOIR DIPLOMATIQUE DU MNLA EST CONDUIT INDIRECTEMNT PAR LA FRANCE A TRAVERT BLAISE COMPAORE PRESIDENT DU BURKINA.
    IL EST TEMPT QUE LES AUTAURITES DU MALI COMMENCE LES DENONCIATIONS OFFICIEL AVANT QUE TOUT SA NE SOIS TROT TARD.

  4. Le MNLA aux abois, son leader en mal de crédibilité

    Oumar Babi, un jeune journaliste malien, dans la parution du journal « le Canard déchainé » du 20 Mars 2014, plus et mieux que des historiens-chercheurs émérites français qui nous rabâchent les oreilles par des articles pointus et scientistes d’anthropologie historique des touaregs, analyse, avec une rare lucidité, la question sous le titre « Le MNLA aux abois, son leader en mal de crédibilité » ; je tire des extraits significatifs suivants :

    « Azawad, quelle Azawad ?

    La communauté touareg représente 11,6 % des populations du nord, composées à majorité de sonrhaï, peulh, bambara, bozo, somono, dogon…, soit 0,98 % de la population malienne, estimée à 15 millions d’âmes.
    Contrairement aux informations distillées çà et là, par les médias français soutenant la propagande du MNLA, ce mouvement fantomatique ne représente pas les populations des trois régions du nord : Tombouctou, Gao et Kidal.
    Selon Pr Bakary Kamian, historien et spécialiste du nord du Mali, l’Azawad est la cuvette fossile du Sahara central, une minuscule région géographique située entre la frontière algérienne et mauritanienne au Nord-Ouest, Araouane au Sud, Tessalit à l’Est. Cette aire géographique, dit –il, sert de pont entre le Sahara et le Sahel. Mieux, ajoute Pr Kamian, les touaregs ne sont pas les premiers habitants de l’Azawad. Ils y ont été précédés par des nomades peulhs et des noirs soninkés.

    « Le MNLA, une création de Sarkozy

    En intervenant, militairement, le 12 janvier 2013 au Mali, la France n’a fait que son devoir : débarrasser notre pays du « monstre » qu’il a, lui –même fabriqué dans les laboratoires de l’Elysée. Le MNLA, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été crée, financé et armé par Nicolas Sarkozy, alors président de la République française.
    Pour pouvoir éliminer le Guide libyen, Mouammar Kadhafi, la France s’est vu contrainte de négocier avec sa ‘‘légion islamique’’.
    Composée, essentiellement, de touaregs d’origine malienne, elle a juré de défendre son mentor jusqu’à la dernière goutte de sang. Car, ces combattants touaregs, réputés pour leur ardeur au combat, étaient convaincus que la chute de Kadhafi entraine la leur. Inéluctablement. Mieux, ils savaient qu’ils ne seront plus acceptés en Libye par les populations arabes qui leur voue une haine sans borne.
    Pour convaincre les jeunes touaregs mercenaires de lâcher le Guide libyen, Nicolas Sarkozy leur propose un marché : s’abstenir de défendre Kadhafi, contre la création de leur propre Etat au nord du Mali. La suite, on la connaît.
    Après avoir pillé les magasins d’armée de la ‘‘Jamahiriya’’, les combattants de la ‘‘légion islamique’’ rentrent au Mali –par le nord -, à bord de plusieurs centaines de véhicules 4×4 surarmés. Avec un objectif, un seul : l’autodétermination des trois régions du nord, baptisées ‘‘Azawad’’. Pompeusement.
    Après quelques jours de répit, dans les montagnes de l’Adrar, ils lancent l’assaut contre les garnisons militaires du nord.
    C’est ainsi que le 7 janvier 2012, Amadou Toumani Touré, président de la République d’alors, leur envoie une délégation. Avec, à sa tête Mohamed Ag Erlaf, natif de Kidal. Elle avait pour mission de recueillir leurs revendications.
    Mais trois jours après, c’est-à-dire le 10 janvier 2012, la ville de Ménaka est attaquée. C’était aux environs de 6 heures de matin. Puis, les évènements s’enchaînent. Comme dans un film de science –fiction.
    Le 17 janvier 2012, Bilal Ag Achérif, alors commandant opérationnel du MNLA, est reçu à Paris par des diplomates français pour demander un soutien supplémentaire en armes et en argent frais pour lutter contre Aqmi et le MUJAO.
    Mais 10 jours plus tard, coup de théâtre : le MNLA et Ansar Dine (groupe islamiste touareg d’Iyad Ag Ghali) annoncent leur fusion pour former un ‘‘Conseil Transitoire de l’Etat Islamique’’.
    Mais fin juin 2012, une querelle de leadership éclate entre le MNLA et ses alliés terroristes.
    Ainsi, en décembre 2012, le MNLA est chassé du nord du Mali par Ansar Dine et le MUJAO. A l’issue de combats fratricides, qui ont décimé l’écrasante majorité de ses troupes et réduit son matériel militaire néant, le MNLA n’était plus que l’ombre de lui -même. Et ses rares combattants, qui ont survécu à cette débâcle, se sont repliés à la frontière burkinabée –malienne.

    « Le MNLA, remis en selle à Kidal par la France

    Désormais, le nord du Mali était contrôlé par les groupes terroristes : Aqmi, Ansar Dine, MUJAO… Mais second coup de théâtre : le 14 janvier 2013, soit deux jours après le début de l’opération ‘‘Serval’’, le MNLA –par la voix de ses leaders – déclare être prêt à apporter son soutien à l’armée française.
    Après avoir conquis, aux côtés des troupes maliennes, les villes de Tombouctou et de Gao, l’armée française entre, seule, à Kidal. Avec, dans ses baluchons, les combattants du MNLA.
    Et le 31 janvier 2013, surprise surprise : le MNLA annonce avoir repris les villes de Kidal et de Tessalit, tout en excluant que l’armée malienne puisse y mettre les pieds.
    Le MNLA boude les négociations, faute de revendications sérieuses.
    Signés, le 18 juin 2012, les accords de Ouagadougou ont du mal à être mis en œuvre.
    Avec la bénédiction tacite de la France, les groupes armés refusent de se faire désarmer et cantonner. Car, le ‘ ‘pays de Hollande’’ espérait voir prospérer l’insécurité à Kidal. Afin d’obliger le gouvernement malien à signer, avec lui, le fameux accord de défense. Qui lui permettra, non seulement, de s’installer sur la base militaire de Tessalit ; mais aussi, de contrôler les ressources minières, dont regorge cette zone.
    Prévue pour le 20 janvier dernier, la signature de cet accord a été reportée sine die. Accusant la France de complaisance, vis-à-vis des rebelles touareg, les populations s’y sont opposées. Catégoriquement.

    « Le MNLA dans la tourmente

    Empêtré, d’une part, dans ses contradictions internes et, marginalisé, d’autre part, par la communauté internationale pour son manque de sérieux, le MNLA (Mouvement National de Libération de l’Azawad) semble vivre ses dernières heures. D’où les voyages incessants de son chef, Bilal Ag Acherif, en Afrique du nord et en Russie, en Italie. Sans résultat.
    Réputé pour sa ruse, sa communication rôdée, sa propagande, ses retournements de boubou et surtout, pour ses accointances avec les groupes terroristes, le MNLA est en mal de crédibilité. Non seulement, sur le plan national ; mais aussi sur le plan international.
    Sans revendications sérieuses, ces groupes armés se voient, ainsi, contraints de bouder les négociations. Car, outre l’indépendance ou l’autonomie, auxquelles les populations du nord sont opposées, ils n’ont aucune revendication politique, allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des populations. Ou, dans le retour d’une paix durable dans le septentrion malien. D’où les manœuvres dilatoires, les faux –fuyants et les fuites en avant. Un jeu qui commence à lasser la communauté internationale.
    Comme on le voit, le navire MNLA semble prendre de l’eau de toute part. Au tarissement de ses sources de financement s’ajoute un autre mal, plus cruel encore : ses dissensions internes.
    Evincé, fin février, son secrétaire aux Relations Extérieures, Ibrahim Ag Assaleh, vient de claquer la porte du MNLA. « Je constate qu’avec Bilal Ag Acherif, nous resterons dans une situation de « ni guerre, ni paix », alors qu’il faut savoir faire la guerre, mais aussi la paix quand cela est nécessaire », dit –il dans une interview accordée à notre confrère ‘‘Jeune Afrique’’. Avant d’annoncer la création, toute prochaine, de son mouvement. Ce n’est pas tout. Le MNLA a enregistré, récemment, deux autres désertions : celle de Mohamed Ag Intalla et de Hama Ag Bibi, respectivement, député de Kidal et de Tessalit.
    Hier, financé et armé par la France et le Qatar, le MNLA n’est plus, aujourd’hui, qu’une coquille vide. Et ses leaders, habitués à être nourris et blanchis par les ‘‘puissances d’argent’’ ont du mal à revenir sur terre, pour intégrer le processus de paix.

    Après avoir roulé, deux ans durant, la communauté internationale dans la farine, le MNLA vient de se prendre les pieds dans son propre tapis. »

    Sincèrement

  5. Ces imbeciles peuvent continuer a rever
    Le Mali n’appartient qu’au dignes fils du Mali
    Ils peuvent aller aux USA voir Roosevelt, william H Taft, T Woodrow Wilson and B Obama et en Allemagne A Hitler and Karl Donitz un micrometer du territoire ne leur sera attribuer bands d’imbeciles nes du rien le Mali est plus vieux que vos ancetres car Djenne a existe 250 AV JC
    Vive le Mali un et unique

  6. Ils peuvent pas se promener la ou ils veulent seulement mais se GAMBADER ca ne doit rien changer a la volonte malienne quant a son indivisibilite .
    Tampis qui les recoive a l’italie , est bien sure partenaire du Mali mais a quel rang , quel genre de partenaire .
    Ce qui est important que le mali reste et demeure serein , et d’ailleurs ces voyous sont en position de faiblaisse d’ou ce TOUR DU MONDE , mais finalement L’ARMEE DEVRA COMMENCER A BOUTER afin qu’ils se tiennent droit et plus DROIT Q’AU PARAVENT .

  7. Heee oui, Kadi meme les grandes puisssances comme les USA, lA GB, la France etc…ont toujours dit haut et fort qu’il ne faut pas negocier avec des djihadistes, mercenaires et criminels. Alors pour a nous ils nous l’imposent???
    Notre l’etat ni le goouvernement n’a le culot oublions l’audace de prendre des decisions fermes et audacieuses. IBK n’a que la parole facile et ses mepris envers ses collaborateurs et la population. Certe il veut du renouveau mais seulement de façade et son clan. 👿 . On verra, il n’eswt pas different des autres que nous avons connu. Je le dis haut et fort. 😈 😈 😈

  8. 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿
    APRES L’HUMILIATION DE L’OCCUPATION JIHADISTE VIENT MAINTENANT CELLE DE LA DIPLOMATIE PLANETAIRE. LES VOYOUS VONT OUVRIR DES AMBASSADES PARTOUT Y COMPRIS DANS DES CAPITALES QUI ONT ENVOYE DES SOLDATS POUR SAUVER LE MALI. 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿
    NON, CELA NE GENE EN RIEN LES AUTORITES. ONT-ILS UN PLAN MUSCLE EN CAS D’ECHEC DES POURPARLES???……ALLER SAVOIR.
    IL FAUT QUE LE POUVOIR AIT LA FACULTE DE DIRE CA SUFFIT, SINON LE PEUPLE VA LE LUI APPRENDRE…..ET DE MANIERE VIGOUREUSE.
    C’EST L’ILLUSION DU POUVOIR OU LE POUVOIR DE L’ILLUSION….ALLER SAVOIR.
    MOI JE DIS CA SUFFIT…. 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿 👿

  9. Si une reunion se tient en Italie pour discuter la coordination politique et diplomatique des mouvements rebelles armes du Mali,c’est que le Gouvernement Italien soutient politiquement ces mouvements.
    Qu’une Organisation Humanitaire,Saint Edigio soit l’organisateur de cette reunion tres politique n’est qu’un paravent.Il serait temps que les representants de l’Etat Malien prenent ce probleme de la rebellion touaregue a bras-le-corps avant qu’il soit trop tard.
    L’Assemblee Nationale doit indiquer la voie a suivre.Le Probleme est une affaire interieure du Mali.Assez toutes ces interferences!Le MNLA
    est en train d’imposer un affrontement entre ses militants armes et l’Armee Malienne en transposant cette rebellion dans les capitales Europeennes.Il n’y a plus lieu de parler de debats inclusifs.L’Armee Malienne doit proceder au desarmement des rebelles armes chaquefois
    qu’elle estmera en mesure de le faire sans trop de risqué pour les populations et traiter les rebelles MNLA,MAA et HCUA comme des jihadistes terroristes.Une armee regionale doit s’organiser et nettoyer le Nord des elements armes et commencer une cooperation institutionnalisee dans le domaine de la Securite et du developpement economique.

  10. Ces voyous peuvent continuer à se ballader. Tant qu’ils ne viendront pas demander pardons aux parents des filles qu’ils ont violé et des personnes qu’ils ont assassiné, ils n’auront pas la paix. Ils vont passer le reste de leur vie à errer à l’etranger!
    La solution du problème se trouve au Mali!

    • Ils peuvent se le permettre, puisque le Mujao est neutralisé et bamako finance les deplacements!

  11. Croisez les bras autorités maliennes, l’indépendance du nord est en marche. Si vous voulez un conseil, faites comme le Niger qui ne négocie pas, donc pas besoin de médiateur!!!

    • Non Kadi, tout se passe bien,tout est sous contrôle, nos autorités maitrisent la situation, même aya Sanogo, le leader des Putschistes!

    • Kadi,
      “Si vous voulez un conseil, faites comme le Niger qui ne négocie pas, donc pas besoin de médiateur!!!”
      Tout est dit là et j’y souscris à 100%. Je suis toujours opposé au dialogue “INCLUSIF” plus que jamais. 👿 👿 👿 👿 👿 👿
      Il n’y a aucun probleme entre maliens de Sikasso à Taoudenit et de Kayes à Gao. Nous n’avons pas à discuter avec ceux qui ne se sentent pas concernés par le Mali.
      IBK doit comprendre que le mnla n’est pas la fiancée du Mali et que le pays ne tient nullement à cette GARCE. 👿 👿 👿 👿 👿

Comments are closed.