(ŒIL du combattant): Les islamistes se vengent…en Algérie

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Islamistes du Mujao à Gao au Mali (Reuters)

Le matin du mercredi 16 janvier, dans le Sud-est de l’Algérie, un groupe d’islamistes armés a attaqué un bus et une base d’un site du géant pétrolier britannique BP. Le groupe affirme venir du Mali et se dit membre d’Al-Qaïda. Le groupe d’AQMI, qui a revendiqué l’attaque, affirme avoir capturé 41 otages d’une dizaine de nationalités différentes, dont 7t Américains.

Selon le ministère algérien de l’Intérieur, deux étrangers, dont un Britannique, ont été tués.

Les combattants islamistes qui affirment venir du Nord ont procédé en deux temps. Ils ont tout d’abord pris pour cible un bus transportant des employés de BP vers l’aéroport. Mais leur attaque ayant été repoussée, les preneurs d’otages se sont  dirigés vers la base du gisement gazier d’In Amenas, dans l’extrême Sud-est du pays, à plus de 1 500 km de la frontière malienne. C’est dire que la situation est si confuse que pour l’instant, on ignore si tous les travailleurs de BP sont retenus dans un même lieu. Le chiffre de 41 otages n’a pas non plus été confirmé. Cependant, le gouvernement algérien a exclu toute idée de négocier avec ces islamistes.                                                   « Les autorités algériennes ne répondront pas aux revendications des terroristes et refusent toute négociation», a déclaré à la télévision le ministre algérien de l’Intérieur, Daho OuldKablia.

Les communications coupées à Gao

Voyant le danger roder autour d’eux, ces djihadistes ont coupé les télécommunications dans la ville de Gao  pour éviter que les habitants ne donnent des informations aux militaires maliens et français, alors que les positions des combattants islamistes sont pilonnées. Mais ces derniers oublient que l’heure du patriotisme a sonné et  qu’aujourd’hui, même au péril de leur vie, les braves maliens de Gao trouveront des moyens pour informer l’opinion publique.                                                            Désormais, les terroristes se terrent en se fondant dans la nature ou se mêlant aux populations. Mais ne disaient-ils pas qu’ils sont de vrais combattants ? Du n’importe quoi !

Le fouineur

 
SOURCE:  du   18 jan 2013.