Pour incompétence sécuritaire : Des milices s’arment dans les quartiers

0
0

 

Chacun y va de son commentaire dans les «grins», et autres endroits de grandes rencontres sur les événements de ces derniers jours dans la capitale. Et partout, c’est le même constat amer de jeunes abattus à bout portant pour des motos Jakarta. Et partout, ce sont des familles éplorées par la disparition d’êtres chers et inconsolables.

Pire, elles n’avaient malheureusement que leurs yeux pour verser des larmes, car aucun poste de sécurité (police, gendarmerie…) n’avait ces ‘’tueries’’ comme priorité définie par le Ministre. Avant, tout le monde s’insurgeait contre le manque de résultat criard dans le domaine sécuritaire général de notre pays, car le fait de n’avoir aucun contrôle sur son propre territoire relevait, pour beaucoup de personnes, de l’incompétence pure et simple des autorités.

Mais, aujourd’hui, le débat a carrément et catégoriquement changé d’angle, parce que c’est la capitale Bamako, elle-même qui se trouve hors tout contrôle sécuritaire. Pourtant, un Ministère spécifique, avec en sa tête un général de l’armée, y est dédié. Malgré cela, Bamako est devenu aujourd’hui un Far West où règnent de ces gangs, des plus vrais aux plus dangereux, et des plus sanguinaires qui ne puissent jamais exister.

Après plusieurs articles consacrés à ce phénomène grandissant dans les colonnes de votre hebdomadaire préféré, L’EXPRESS DE BAMAKO, nous avons reçu plusieurs témoignages de Maliens qui ont été victimes d’attaques à main armée, ou qui ont perdu des membres de leurs familles lors de vols, toujours à main armée opérés. Mais, rien de tout ceci n’a fait changé d’un iota le Ministre Gassama en charge de la sécurité intérieure et de la protection civile.

Nous comprenons cet état fait, car ni lui, ni ses enfants, ni ses proches ne sont exposés à ce genre de risque, qui est de se faire abattre comme un chien dans une rue pour une moto Jakarta de la valeur de 300.000FCFA.

Hélas OUI ! Du moment où le ministre est en sécurité chez lui avec une armada de militaire pour le garder matin et soir tout va très bien. Parmi ceux qui se sont fait tirés dessus cette semaine pour des motos, on peut dire que le jeune Daouda Doumbia a eu plus de chance, car la balle tirée de l’arme n’a pu que broyer sa main, qui a été du coup, amputée par la suite.

 

 

Quand le Ministre tombe des bas

Après ces différentes forfaitures, nous nous rendus dans quelques postes de police et de gendarmerie pour comprendre le pourquoi de leur «inactivité» et leur passivité face à ces tueries. Quelle fut notre surprise de constater que la plupart des brigades spéciales d’interventions ont reçu de nouvelles consignes, pour ne pas dire qu’elles ont été dissoutes, afin de renforcer les commissariats pour la mise en œuvre des nouvelles ‘’mesures’’ du Ministre Gassama.

En tout et pour tout ces mesures consistent à protéger les hôtels, les bars, les espaces culturels où se regroupent les «blancs», et cela jusqu’à nouvel ordre.

 

Aucune mention n’est faite sur ces «tueries» de maliens qui sont pourtant «chez eux ». Un agent d’une brigade spéciale de la police nous a fait son témoignage dans l’anonymat : «Cela fait plus d’un mois que nous sommes affectés dans un commissariat pour renforcer la sécurité autour des endroits fréquentés par les touristes pour éviter et contrecarrer toute tentative d’enlèvement. Je crois que le mot d’ordre sera levé bientôt, car notre brigade n’existe plus que de nom… ».

C’est un peu face à cette incompétence des autorités d’assurer la sécurité des personnes, que des jeunes s’organisent dans les quartiers et s’arment pour prendre le relais, car plus question de voir son frère ou son père se faire tuer par des «voleurs de Jakarta ».

Nous avons aussi appris que ces voleurs de Jakarta sont organisés en gang dont le chef tire des griffes de la justice chaque membre qui se fera choper. Sur ce dernier point, nous y reviendrons dans nos prochaines publications

 

Moussa KONDO

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.