Processus de paix au Mali : La main tendue du gouvernement malien à Amadou Kouffa

16
Le Premier ministre du Mali Soumeylou Boubèye Maïga
Le Premier ministre du Mali Soumeylou Boubèye Maïga

Le dimanche dernier, lors d’une visite à Mopti, le Premier ministre du Mali Soumeylou Boubèye Maïga a annoncé l’ouverture de cadres de dialogue avec tous les groupes et tous les citoyens qui décident de renoncer à la violence. Dans ce sens, selon le chef du gouvernement malien, Ibrahim Boubacar Kéïta, le président de la République mènera des consultations pour désigner dans les jours à venir un panel de personnalités chargé de conduire le dialogue. Cet appel des autorités maliennes au dialogue avec les terroristes, maintes fois souhaité par des leaders religieux et politiques, sera –t-il attendu par Amadou Kouffa et ses hommes qui dictent aujourd’hui leur loi dans le centre du pays ?

Soumeylou Boubèye Maïga, à la tête d’une forte délégation, s’est rendu le dimanche 11 février 2018 à Mopti. Lors de cette visite éclair (moins de 24 heures), le chef du gouvernement du Mali a fait plusieurs annonces que certains qualifient d’ « annonces électoralistes » : la distribution, dans la région de Mopti, de 7100 tonnes d’aliments bétail et 6986 tonnes de céréales, la mise à la disposition du gouverneur de Mopti, de 60 000 doses de vaccins pour les bovins et ovins, la transformation des écoles communautaires en écoles publiques, la montée en puissance progressive des forces armées dans la région, et une lutte sans merci contre le terrorisme pour que plus aucun mètre carré du territoire soit hors de contrôle… « Pourquoi avoir attendu maintenant, à quelques mois des élections présidentielles ? C’est une opération de séduction », commente Allassane Cissé, un ressortissant de la région de Mopti.

L’une des annonces phares du Premier ministre, en plus de la tenue du premier tour des élections présidentielles le dimanche 29 juillet 2018, c’est l’ouverture de cadres de dialogue avec tous les groupes et tous les citoyens qui décident de renoncer à la violence. Dans ce sens, poursuit Soumeylou Boubèye Maïga, Ibrahim Boubacar Kéïta, le président de la République mènera des consultations pour désigner dans les jours à venir un panel de personnalités chargé de conduire le dialogue.

Cette annonce tranche avec le traditionnel discours du pouvoir malien qui a toujours refusé le dialogue avec les djihadistes maliens. « Il n’y aura aucune discussion avec les terroristes », aime répéter le président Ibrahim Boubacar Kéïta. Et cela, malgré les appels incessants de certains leaders religieux (l’imam Mahmoud Dicko, président du Haut Conseil Islamique du Mali) et politiques (Tiébilé Dramé, président du parti PARENA et ancien ministre malien, le Pr Aliou Nouhoum Diallo, ancien président de l’Assemblée nationale du Mali) et les recommandations de la conférence d’entente nationale, de nouer le dialogue avec les djihadistes  maliens Iyad Ag Ghali et Amadou Kouffa.

Le pouvoir malien a –t-il vraiment le choix aujourd’hui ? Plus de deux ans et demi après la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu des pourparlers d’Alger, la paix n’est pas encore de retour au Mali. Pire, la situation sécuritaire s’est dégradée davantage sur la quasi-totalité du territoire malien. Les attaques multiformes continuent contre les militaires et les civils.

Pour faire face à la recrudescence des attaques terroristes (au moins 80 personnes ont perdu la vie dont 29 militaires maliens, trois agents de douanes et une vingtaine de civils en janvier dernier), le chef d’État-major général des armées a interdit, le jeudi 1er février, la circulation des motos et des pick-up dans plusieurs cercles des régions de Ségou, Mopti et Tombouctou.

L’ONU, dans son dernier rapport sur la situation au Mali, souligne que les conditions de sécurité restent extrêmement préoccupantes dans le nord et dans le centre du Mali, en particulier dans les régions de Mopti et de Ségou, où il y a eu davantage d’actes terroristes ou liés au terrorisme que dans l’ensemble des cinq régions du nord du Mali. En effet, aujourd’hui, les populations de ces zones vivent sous le joug du terroriste malien Amadou Kouffa. Ce dernier et ses hommes font régner la terreur dans le Centre du pays où ils s’attaquent aux symboles de l’Etat malien, les écoles et les forces de défense et de sécurité.

Madiassa Kaba Diakité

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

16 COMMENTAIRES

  1. Nfp, je n’ai jamais parle de “grands decideurs”, c’est le roi BIDON de segou le digne fils de wuruwaye qui le dit, sinon en tant que citoyen libre revant d’un Mali libre et independant je ne demanderai jamais au Mali de remettre a quelqu’un d’autre son pouvoir de decision sur sa defense nationale et son integrite territoriale.

  2. NFP
    Un seul pays a pu venir à bout des terroristes,tous les autres ont échoué.
    CE seul pays a négocié.
    Il s’agit de l’ Algérie.
    L’intelligence recommande,à juste titre,d’adopter ce qui a marché.
    Le constat est fait aussi que c’est le seul pays qui a refusé l’aide des puissances militaires.
    Ça veut dire qu’ il y a une option algérienne et celle occidentale.
    L’ option algérienne a ramené la paix dans ce pays.
    Celle occidentale plonge les pays qui l’ont adopté dans une violence exponentielle très féroce,avec renouvellement des groupes jihadistes.
    Ça fait quatre ans qu’ IBK avait fait le choix de l’ option occidentale.
    Le résultat est là malgré une présence militaire impressionnante des FORCES INTERNATIONALES.
    CEUX QUI SE PASSENT SUR LES THÉÂTRES CONTRÔLÉS PAR LES PUISSANCES MILITAIRES SE DUPLIQUENT CHEZ NOUS.
    On assiste plus à L’ AFGHANISATION de notre pays,il est déjà AFGHANISÉ grâce leur option imposée à notre président.
    La négociation sert à affaiblir l’ennemi,à créer la division dans ses rangs et permettre à nos forces de les SITUER géographiquement afin de les neutraliser.
    Il ne s’agit pas d’adopter leurs idéologies,sinon l’Algérie serait actuellement un pays islamique.
    Il s’agit de les empêcher de se renouveler avec d’autres jihadistes plus aguerris.
    Un phénomène qui est en marche.
    En négociant,«LE MALI NE DÉGOUTERAIT PAS LA PLANÈTE ENTIÈRE »mais s’assume comme pays indépendant comme l’a fait l’Algérie en leur révélant qu’ une autre option mérite d’être essayée,celle qui a permis à l’Algérie de pacifier son territoire.
    Ce que l’Algérie a fait,se fait par tous les pays occidentaux si le terrorisme s’exerce sur le territoire.
    L’ ANGLETERRE et L’ESPAGNE ont négocié avec leurs séparatistes qui ont adopté des actions terroristes contre leurs populations civiles .

    • Sangare, you missed the point!!!
      C’est bien la capacite’ d’analyser correctement qui fait defaut chez vous!!! Vous croyez aux histoires de GRIN qui n’ont rien a’ voir avec les realite’s du monde!!
      QU’ALLAH PROTEGE LE MALI DES ESPIONS ALGERIENS!!!! LE VER EST DANS LE FRUIT!!!!!!

  3. President IBK, faites tres attention!!!
    N’allez jamais au dialogue avec ces gens sans la benediction des grands decideurs!!!

    • Si jamais IBK négocie avec ces chefs jihadistes ce serait un acte abyssal d’abdication et de division du Mali.
      Oú est l’honneur des heritiers de Sounjata.

    • Les grands décideurs, comme tu les appellent, ont déjà par le passé dit clairement qu’ils considéraient INCONCEVABLE tout éventuel “dialogue” avec les terroristes !!!

      Du reste, quand on voit le nombre de soldats qui a ce jour ont perdu la vie CHEZ NOUS dans leur lutte contre NOS terroristes (ONU, France, Tchad, etc), si le Mali devait lui-même dire tranquillement aujourd’hui “finalement, nous on va dialoguer avec eux”, le Mali DEGOUTERAIT LA PLANÈTE ENTIÈRE au vu des efforts colossaux qui ont été mobilisés (hommes, moyens militaires, etc) pour l’aider justement a lutter contre SES terroristes !

      Si le Mali s’abaisse LUI-MÊME à “dialoguer” avec ces chiens criminels, tous ceux qui se sont investis POUR NOUS dans cette lutte jusqu’à perdre un grand nombre de vies humaines vont cette fois nous maudire pour de bon, et DÉFINITIVEMENT !!!

      Et.. ……ils auront ENTIÈREMENT RAISON !

      Si c’etait “dialoguer” un jour avec ces dangereux bâtards, il ne fallait pas appeler au secours les forces étrangères pour les combattre au péril de leurs vies!!!!!!

      • “Si le Mali s’abaisse LUI-MÊME à “dialoguer” avec ces chiens criminels, tous ceux qui se sont investis POUR NOUS dans cette lutte jusqu’à perdre un grand nombre ”

        Imbécile nègre non savant!!

        Quels sangs amadou koufinden a sur les mains que les enturbannés n’ont pas???

        Espèce d’idiots: la franSS a dit que les rebelles touaregs sont leurs amis et ils ont poussé le mali a négocier avec eux!!! lA FRANss a même permis à ce qu’ils s’installent à Kidal après avoir tuer des maliens comme koufinden!!!

        nfp = nègre lachiden

        #GHANALEFTIMF

  4. Si jamais on S’ABAISSE à “dialoguer” avec ces monstres criminels, ON AURA ALORS TOUCHÉ LE FOND DU FOND EN MATIÈRE DE HONTE!!!!!!!

    A l’heure où le monde entier combat et lutte avec acharnement contre ces chiens d’islamistes, ou et quand a-t-on vu sur la planète UN SEUL pays “dialoguer” avec ces terroristes assoiffés de sang et de meurtres????

    Où ?
    Quand?

    Le seul fait de se poser la question est déjà en soi d’une LÂCHETÉ écoeurante!!!!

    Quand à considérer que la “parole” d’ordures telles que Aghali ou Kouffa puisse être crédible dans une quelconque “discussion”, là, c’est d’une STUPIDITÉ au moins aussi écoeurante!

      • Ladji

        Ce vieux dégonflé n’est plus à ça près. ..
        Souviens toi qu’il a aussi serré sur son coeur cette pourriture de Djery Maiga en se disant “ivre de bonheur”😎😎😎😎😎

        • Pardon, cette réponse s’adressait à kinguiranke qui disait “IBK veut serrer la main de Koufa entachee du sang des Maliennes et des Maliens. Quelle honte!”

  5. Un gouvernement responsable ne tient pas de tel propos, car Amadou KOUFFA est un criminel qui n’acceptera jamais, jamais et jamais cette main dite tendue. Il faut que le Gouvernement sache que ces djihadistes terroristes ont leur propre doctrine qui est l’application de la charia anti-laïque, qu’on le veule ou pas ils sont dans ce schéma non négociable, donc il faut se battre pour les extirper de notre système laïque. Il faut que notre gouvernement cesse de se comporter en lâche et moins que rien, car la bataille est inéluctable, le Ministre algérien des Affaires étrangères l’a dit clairement que le Mali se comporte comme un lâche en criant et en appelant les autres de venir à son secours au lieu de se battre contre le fléau. C’est dommage de voir un gouvernement qui refuse toutes formes de guerre dans son système de recherche de la paix, alors qui veut la paix prépare la guerre, cela connu dans géopolitique internationale.

  6. Vae victis!Malheur aux vaincu!
    Les Romains l´avaient dit hier devant leur ennemis battus, vaincus , faibles qui ne pouvaient meme plus payer l´argent de leur liberté.
    Par pitié pour ses propres ennemis vaincus, un général de guerre romain jeta son propre sabre dans la balance afin d´équilibrer la mesure de l´or capturé á l´ennemi et a crié:
    VAE VICTIS! FANTAN NI MONÈ, Pourrait-on- a PEU PRÉS TRADUIRE dans l´addage malien!
    Plus de deux mille ans après, c´est au tour de notre beau Mali de se prosterner les mains dans le dos devant ceux-la même qui sont sensés êtes ses fils, mais hélas dont la force a rétentit sur le front et jusqu´a L´ONU!
    Kouffa fait partie aussi de ceux-là.
    Qu´on se pose la question:
    Si ton gardien ne peut plus te sauver de la mort:
    Soit tu te bats et meurs courageusement, soit tu te rends à genou.
    C´est ce que nous sommes en train de faire depuis l´accord.
    Avons- nous le choix devant un gouvernement débile et même traitre?
    Devant une géopolitique charognarde qui s´e fout pas mal de nos pleurnicherie et de notre naivete qui n´arien rien arrangé depuis le 17 janvier 2012?
    Devant nos politiciens et nos élus de l´Aseemblee qui se sont prostitués par la sottise du gain et celle du culte personnel rapace, au lieu de penser que le sang trahis des ancetre ne leur pardonnera pas et qu´il doivent se répentir en se sacrifiant dans dans l´hémicicle!?
    Avons-nous le choix Devant nos leader religieux qui semblent hélas chancun battre le tambour de guerre pour soi , sans penser au bien de Dieu qui commende de mettre l´interet de la patrie au-dessus du privé.
    Oui nous pouvons!
    Comment ?
    En formant l´opposition revolutionnaire et véridique tout court urbi et orbi!
    Mais: cela demande du courage: la matière première la plus déficitaire au Mali de l´an de grâce 2018!
    Dieu nous aidera à seulement à cette condition!
    Vae victis! Malis
    Maljeur

  7. On a pas le choix, ils sont plus fort que toutes les forces présentent au Mali.

    Le spécialiste en terrorisme n’a pas pu ramener la tête de Kouffa dans son sac, comme Bakaridian avait fait cadeau la tête du terroriste peulh de son temps (Bilissi) au roi de ségou!

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here