Propagande médiatique sur la crise au Nord : Cette méprise de la presse étrangère qui sème la confusion

1
0

En mal d’informations véritables, certains médias, à l’image de notre consœur « Rfi », font de la diffusion de certaines informations erronées sur la situation au nord du Mali leur jeu favori. Une sale besogne qui n’a d’autre dessein que de doper la conscience des paisibles citoyens et de semer la confusion dans leur tête. Mal leur a pris. Grâce à Dieu, cette situation malheureuse qui fait le bonheur de personnes malintentionnées fait suite à cette confiance que les Maliennes et les Maliens ont déjà dans leur vaillante Armée dont la renommée date de sa création.

Nous avons l’habitude de lire dans les commentaires de certains internautes l’invite à l’endroit de confrères maliens à se rendre eux aussi, à l’instar des correspondants de la presse étrangère, sur le front pour, soutiennent-ils, donner la  « bonne information ».

Sans jeter l’anathème sur qui que ce soit, nous tenons à expliquer à ces mêmes internautes que la quasi-totalité des reporters de ces médias ne bougent pas de Bamako. Ils relayent leurs intox tout en levant le coude  à partir du célèbre carrefour du gouverneur sis à Faladié ou à côté d’Appaloosa au quartier du fleuve.

En effet, dans la guerre qui oppose le mnlaqmi à l’armée malienne il faut cerner la chaîne de l’information pour apprécier les contours de cette géante farce, relève-t-on de l’analyse d’un observateur averti. Lequel indique que le mlnaqmi à travers des téléphones satellitaires (jusqu’à leur fermeture récente) alimentait continuellement une machine de propagande mensongère (mnlamov.net, toumastpress, réseaux sociaux…).

Puisque l’armée communique peu (pour ne pas donner de pistes supplémentaires aux bandits armés dont les informateurs sur les faits et gestes de l’armée sont fondus dans les populations et souvent même dans l’armée), les médias internationaux n’ont d’autres choix que de travailler sur la base des infos brutes de la propagande mnlaqmi et essayer de corroborer les faits en recoupant les infos brutes par des témoignages d’individus sensés être aux prises avec les dossiers concernés.

Ainsi les porte-paroles du mlnaqmi sont toujours disponibles pour apporter aux médias internationaux les témoignages dont ils ont besoin pour apporter de l’eau à leur moulin.

En  revisitant les infos des grands médias internationaux depuis le 17 janvier 2012, il est loisible de remarquer  très peu d’interviews et de témoignages du PC opérationnel de Gao et des officiers supérieurs de l’Armée sur le théâtre des opérations.

À chaud en inédit ou en « réchauffé » ou « du déjà vu », ils savent tout faire pour faire évoluer les perceptions, les certitudes, semer le doute et les incertitudes pour affecter les opinions, les comportements et changer les politiques.

Par ailleurs, on ne peut pas en vouloir à l’armée malienne  dans sa façon de communiquer qui relève d’une pure stratégie de communication, mais le silence est stratégique dans le cas d’espèce (« Seul le silence est grand… »). De toute évidence, le déploiement actuel de l’Armée malienne ne donne aucune chance aux bandits armés du mnlaqmi. L’offensive dans l’Adrar des Iforas n’a pas été lancée au hasard, elle tient compte des forces en présence et de l’état du terrain.

Au demeurant, il n’en est rien du mythe du « ravitaillement » ou du « renfort » du camp d’Hamachach de Tessalit. Ceux qui y sont se débrouillent très bien, la preuve malgré son isolement il n’est jamais tombé  entre les mains de l’ennemi.

Somme toute, peu importe les commentaires qu’une certaine presse fait de cette crise au nord pour un dessein malveillant. Il revient aux Maliens de rester sereins tout en ayant confiance dans leur pays et d’ignorer ces pyromanes d’une autre époque qui, malheureusement oublient de balayer devant leur porte.

Tiéborio

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
waritiki<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 604</span>
Membre
waritiki 604
4 années 6 mois plus tôt

si vous ne voulez pas des infos ses tres simple il faut partir sur le front ses facile de dire que ses la faute des autres pauvre journaliste au moins rfi eux ils ont des journalistes sur place tous corrompus

wpDiscuz