Sites touristiques : De vigoureuses mesures de sécurité

0
0

Des dispositions complémentaires sont prises à Djenné et au Pays dogon où le ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile s’est rendu en fin de semaine.

Le gouvernement fait de la sécurisation des sites et circuits touristiques, une priorité absolue. Après avoir rencontré les diplomates, les commandants des unités de sécurité et de protection civile de Bamako et Kati, et soutenu le projet de plan de sécurisation des sites touristiques et des axes routiers devant le comité de Défense de la Défense nationale (réf l’Essor du 7 décembre), le ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, Sadio Gassama, s’est rendu à la fin de la semaine dernière dans la Région de Mopti. Durant cette visite, il a discuté avec les autorités administratives, politiques et militaires de la 5è Région. Les échanges ont porté sur les modalités de renforcement des capacités opérationnelles des unités de sécurité sur le terrain. La délégation ministérielle comprenait le directeur général de la police nationale, l’inspecteur général Mahamadou Diagouraga, le directeur général de la gendarmerie, le colonel Mady Boubou Kamissoko, et le directeur général adjoint de l’Office malien du tourisme et de l’hôtellerie (OMATHO), Mohamedoun Ag Abdou Salam. C’est aux environs de 13 heures, jeudi que le ministre et sa délégation ont traversé le fleuve Niger par le bac pour rallier Djenné. C’était la première étape de la tournée.

Dans cette ville, quatre sites touristiques ont été répertoriés par le département de l’Artisanat et du Tourisme : la Grande mosquée de Djenné, le site archéologique Djenné-Djeno, le puits Nana Wangara et Tapama Djénépo, la jeune fille emmurée vivante. Avant de s’entretenir avec les autorités locales sur la situation sécuritaire générale du pays, le ministre Gassama a successivement visité la Grande mosquée de Djenné et le site archéologique Djenné-Djeno, les deux principales attractions touristiques de cette ville. Au cours de ses rencontres, il a relevé qu’à Djenné, l’essentiel des sites se trouvent logés au cœur de la ville. Ce qui facilite le quadrillage sécuritaire de la cité emblématique. La ville est d’ailleurs entourée d’obstacles naturels dont le fleuve. Dans sa présentation des sites visités, le chef de la mission culturelle de Djenné, Yamoussa Fané, dira que la mosquée dont la construction remonte au XIIIè siècle est le plus grand édifice du monde en terre crue. Inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité en 1988 et classée dans le patrimoine national du Mali depuis 1992, elle est de nos jours la plus grande attraction touristique de la ville. L’édifice est construit sur 90 pieds à l’intérieur et porte à sa toiture 104 trous d’aération. Yamoussa Fané a évoqué les périodes fastes du tourisme à Djenné quand la mosquée pouvait enregistrer plus de 15 000 visiteurs par saison touristique. Une affluence qui, malheureusement pour des raisons diverses, est aujourd’hui en nette régression.

La mesure d’interdiction de l’intérieur de la mosquée à tout non musulman constituant un facteur aggravant. Le deuxième endroit visité par la délégation est le site archéologique Djenné-Djeno. Couvrant une superficie de 33 hectares, Djenné-Djeno a été fondé au IIIè siècle avant Jésus Christ par des « proto-Soninkés » qui seraient venus du nord. Au VIIIè siècle, le site était entouré sur 2 kilomètres de circonférence d’un mur haut de 6 mètres pour une épaisseur de 3,70 mètres. Djenné-Djeno intéresse depuis 1977 les universitaires, surtout américains, et attire les touristes. Lors de sa rencontre avec les autorités locales, le ministre Gassama a invité à la plus grande vigilance. « Djenné n’est pas à l’abri de ce qui vient de se passer à Hombori ou à Tombouctou », a-t-il dit, avant d’exiger que tous les clients des hôtels soient enregistrés. Une mesure élémentaire. En ce qui concerne les mesures complémentaires, le ministre a demandé aux agents de sécurité de boucler tous les axes routiers et fouiller dans la plus grande courtoisie tous les véhicules quel que soit le titre de l’occupant. Il a proposé l’arrêt obligatoire du bac à partir de 18 heures.

Le ministre de la Sécurité intérieure et de la Protection civile a précisé que désormais, tout déplacement de touristes sur le site de Djenné-Djeno s’opèrera sous escorte des forces de sécurité. Le maire de Djenné, Bamou Sory Traoré, a jugé salutaires ces décisions. Deux touristes suisses, Stefan et Denise Cotting, rencontrés sur place savouraient leur séjour. Le couple qui a entamé son périple par le Burkina Faso voisin, n’entend nullement écourter son séjour malien par crainte des prises d’otages. Les circuits touristiques du Plateau dogon ont constitué la deuxième étape de la mission du ministre Sadio Gassama. De Bandiagara, la délégation a rallié la commune rurale de Sangha constituée de 56 villages. Elle y a successivement visité la maison du Hogon, le Toguna, le tunnel naturel de 80 mètres, et les maisons des Télems. A Sangha, le ministre a annoncé la création d’un poste de sécurité dans le village de Banani situé à 7 km de Sangha. Banani constitue un grand carrefour avant d’aborder le grand désert.

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.