Ces soldats français perdus au fin fond du Sahara

2
Ces soldats français perdus au fin fond du Sahara
Un avion de transport Casa de l'armée de l'air embarque des militaires, en bordure de la piste sommaire de la base avancée de Madama (Niger), le 1er mars 2017

REPORTAGE. Notre journaliste a visitĂ© des bases avancĂ©es de l’armĂ©e dans le dĂ©sert, oĂą quelques dizaines de militaires traquent un ennemi insaisissable.

« Lui, vous pouvez l’appeler vice-roi du Nord-Niger », s’exclame malicieusement un civil alors que nous descendons de l’avion et posons le pied dans le sable rouge du Sahara. L’homme dont il parle, c’est le capitaine Alban. À 32 ans, ce jeune officier du RICM (rĂ©giment d’infanterie chars de marine) de Poitiers commande la base avancĂ©e de Madama, en plein dĂ©sert, Ă  l’extrĂŞme nord du Niger. Avec ses 150 hommes et femmes, il surveille la route transsaharienne pour Ă©viter que des djihadistes venus de Libye ne fondent sur le Niger ou sur le Tchad.

Après quelques pas sur ce sable qui rappelle les photos de la planète Mars, nous sommes saisi par un sentiment d’isolement extrĂŞme. Ă€ des centaines de kilomètres Ă  la ronde, il n’y a presque rien d’autre que du sable et des pistes plus ou moins visibles. Du haut des murs de la base française, formĂ©s par empilement d’Ă©normes sacs de sable, l’horizon est d’une puretĂ© captivante. Au-delĂ  des fossĂ©s anti-pick-up, telles des douves vides enserrant les murs, c’est Ă  peine si l’on discerne le vieux fortin colonial français, aujourd’hui occcupĂ© par quelques dizaines de soldats nigĂ©riens. Officiellement, les Français de l’opĂ©ration Barkhane agissent « en soutien » des NigĂ©riens, mais nous comprenons rapidement que les militaires europĂ©ens gardent l’initiative.

Une « piste sommaire » pour les avions

La base est en « configuration basse » : il y a peu d’hommes par rapport Ă  sa capacitĂ© maximale. « Nous attendons une bascule d’effort pour de plus grosses opĂ©rations », nous confie le capitaine Alban. Il y a quelques mois, alors que l’Ă©tat-major concentrait des forces dans le (…)

Lire la suite sur LePoint.fr

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Reportage Ă©tonnant…L’armĂ©e française est d’accord pour la diffusion d’un tel article ?
    Cet Ă©crit donne des informations qui me semble ĂŞtre sensibles …

    C’est grave

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here