12è anniversaire du Haut conseil des collectivités : Les promesses de la régionalisation

0

collectivitésEn faisant de la région l’épicentre du développement économique, social, culturel et environnemental, l’Etat engage une innovation politique majeure à même d’atteindre un niveau de développement équilibré et durable du territoire

5 avril 2002-5 avril 2014, le Haut conseil des collectivités a bouclé ses 12 ans d’existence. Le président de l’institution, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara, a présidé samedi et dimanche les activités de la journée anniversaire. La cérémonie s’est déroulée à la Maison des collectivités en présence de membres du gouvernement au premier rang desquels Moussa Mara, ministre sortant de l’Urbanisme et de la Politique de la Ville et désormais Premier ministre, et le ministre délégué en charge de la Décentralisation, Malick Alhousseïni, des conseillers nationaux, des gouverneurs et des représentants des partenaires techniques et financiers.

Le programme de la journée prévoyait un atelier de réflexion et de partage d’expérience avec tous les acteurs impliqués dans la mise en oeuvre de la vaste réforme de la décentralisation. Le thème central de l’atelier a trait à la régionalisation, facteur d’approfondissement de la décentralisation au Mali, défis enjeux et perspectives. Il se déclinait en 2 sous-thèmes : « les élections communales de 2014, perspectives, enjeux pour la réconciliation et le développement local et régional » et « la redevabilité, moyen d’améliorer la gouvernance ».

Tous les principes directeurs qui ont sous-tendu notre politique volontariste de décentralisation ont été fortement réaffirmés par les Etats généraux de la décentralisation tenus du 21 au 23 octobre 2013 a rappelé Oumarou Ag Mohamed Ibrahim Haïdara. « Au sortir de cette réflexion, nous devons aujourd’hui nous inscrire dans une nouvelle vision dont le corpus comporte 4 grands axes : la régionalisation ; l’amélioration de la gouvernance ; le renforcement du financement de la décentralisation et la contribution des collectivités au renforcement de la paix et de la sécurité », a-t-il souligné. En faisant de la région, l’épicentre du développement économique, social, culturel et environnemental, l’Etat amorce de facto une innovation politique majeure qui, par des propositions, orientations pertinentes, lui permet d’atteindre un niveau de développement équilibré et durable du territoire. Ainsi, la région sera le lieu idéal de mise en cohérence de tous les plans de développement nationaux, régionaux et locaux, a indiqué le président du HCC.

Cette refondation de l’Etat à travers la régionalisation impose aussi l’implication effective des autorités coutumières et religieuses. La collectivité régionale doit être perçue aujourd’hui comme le socle sur lequel la réforme s’appuie à travers la valorisation de toutes les ressources et potentialités économiques. La décentralisation assise sur la région sera, en résumé, la locomotive du développement économique, social, culturel. La nécessité de résoudre définitivement les conflits exige une mise en synergie des efforts de tous les acteurs. On pourrait ainsi envisager le mode de gestion alternatif des conflits à travers la participation aussi bien de l’Etat que des ONG, des groupes associatifs, des autorités coutumières ou des personnes ressources. Mode d’expression, permettant aux citoyens d’élire en toute liberté leurs représentants, les élections en général et en particulier les communales de 2014, viendront parachever le processus du retour de notre pays dans la société des démocrates, a souligné Ibrahim Ag Mohamed Haïdara..

Les conseillers nationaux ont approuvé la décision du gouvernement de reporter les élections communales pour permettre à nos compatriotes déplacés ou exilés, de rentrer et d’exercer leur droit de vote.

Le HCC a regretté la réduction de son budget par rapport à celui de l’année budgétaire 2011. Le président de l’institution a aussi déploré l’état d’indigence dans lequel l’Etat maintient les collectivités sevrées de 2 ressources essentielles à leur fonctionnement. Il s’agit en l’occurrence des droits de représentation des élus des collectivités et de la subvention annuelle destinées à celles-ci.

La cérémonie a pris fin par la remise d’attestations de reconnaissance à trois personnalités pour service rendu au processus de décentralisation : la représentation de l’UE, Ousmane Sy, ancien ministre de l’Administration territoriale, et Adama Sissouma, le directeur général des collectivités. Les remises ont été effectuées respectivement par le président du HCC, le ministre sortant de l’Urbanisme et de la politique de la Ville et le ministre délégué en charge de la Décentralisation.

S. DOUMBIA

PARTAGER