8ème Edition des UACO : Ouagadougou, le centre de la communication

0
3

Placées sous le thème  « les nouveaux enjeux médiatiques en Afrique face aux mutations internationales : mondialisation, transition numérique, presse en ligne, éthique et déontologie », les Universités Africaines de la Communication de Ouagadougou (UACO) se sont tenues du 7 au 10 décembre dernier dans la capitale du Burkina Faso. Durant quatre jours, près de 400 participants, composés de journalistes, universitaires et autres professionnelles des médias, venus d’Afrique et d’ailleurs, ont échangé à travers des colloques et des déjeuners de presse. Considérée comme un indicateur de sortie de crise, la réussite de l’organisation des UACO de cette année a été embellie par le lancement du site web du Président du Faso, Blaise Compaoré.

Nous évoluons, actuellement, dans un monde où les médias sont confrontés à un certain nombre de défis. Les nôtres, c’est-à-dire les médias africains, doivent  entreprendre des changements pour s’adapter à ses nouveaux défis ; d’où le thème de cette 8ème édition : «Les nouveaux enjeux médiatiques en Afrique face aux mutations internationales: mondialisation, transition numérique, presse en ligne, éthique et déontologie». Celui qui présidait la cérémonie officielle d’ouverture, le Premier Ministre Chef du Gouvernement, Beyon Luc Adolphe Tiao, a soutenu que le développement constant des technologies de l’information et de la communication constitue incontestablement des opportunités, qu’il y a lieu d’indexer les effets pervers qui peuvent découler de leur utilisation sans un minimum d’éthique et de déontologie. Il a, par ailleurs, ajouté qu’il est à craindre que l’effet de la mondialisation de l’information, telle que nous l’observons, conduise assurément vers la pensée unique et l’anéantissement des spécificités ou des diversités culturelles.

Le ministre de la Communication, Alain Edouard Traoré,  est revenu assez largement sur les objectifs des UACO. Aussi, il a été rappelé que cette initiative prise par le ministère de Communication,  depuis 2004, offre un cadre fédérateur qui réunit les professionnels, les universitaires, les chercheurs, les étudiants et d’autres personnalités africaines pour discuter des défis qui se présentent à tous les médias. Notre pays, le Mali, y était représenté par le secrétaire général du ministère de la Communication, Cheick Oumar Maïga, accompagné de quelques hommes de médias. Le respect de la personne, la protection de l’ordre social et les bonnes pratiques professionnelles ont été au centre de la plupart des débats. Pour les différents conférenciers, ces mesures sont à prendre par le journaliste dans l’exercice de son métier. Les uns après les autres, ils ont fait savoir à leur auditoire que le média est un produit dénué de responsabilité morale et que c’est au journaliste qui l’utilise que revient ce devoir d’éthique.

A la clôture de cette édition riche en enseignements,  Gilbert Ouédraogo,  ministre des Transports, des Postes et de l’Economie Numérique, a lancé le tout premier site de communication entre le Président du Faso, Blaise Compaoré et les citoyens du pays. Ce site, www.leblaiso.net, témoigne de la continuation des cadres de dialogue. Des cadres de dialogue entre gouvernants et gouvernés pour une meilleure gestion participative des affaires de l’Etat. Un concept auquel le Chef de l’Etat, Blaise Compaoré, tient réellement. Vivement alors la neuvième édition des UACO qui devra se tenir dans deux ans. En effet, les UACO sont désormais biennales pour des raisons de financement, nous a indiqué le Ministre Alain Edouard Traoré.

Rokia Diabaté

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.