Afrique du Sud: la police disperse des grĂ©vistes d’une mine de charbon

0
Un policier sud-africain patrouille pendant une grève de mineurs, le 30 octobre 2011 à Rustenburg
© AFP

 La police sud-africaine a indiquĂ© jeudi avoir tirĂ© des gaz lacrymogènes pour disperser des grĂ©vistes près d’une mine de charbon de l’est du pays, au lendemain de la mort de deux mineurs, tuĂ©s par des vigiles alors qu’ils tentaient de s’emparer de l’armurerie de la mine.

“Il y avait environ 200 mineurs qui bloquaient la route entre Dundee et Dannhauser (oĂą est situĂ©e la mine, ndlr). Quand la police est arrivĂ©e, ils sont devenus violents, et la police a dĂ» utiliser des gaz lacrymogènes pour les disperser”, a racontĂ© Ă  l’AFP le porte-parole de la police Jay Naicker.

Ces Ă©chauffourĂ©es n’ont fait aucun blessĂ© a-t-il prĂ©cisĂ©.

Selon un responsable syndical prĂ©sent sur place, les manifestants n’Ă©taient pas hostiles.

“J’Ă©tais lĂ  au moment des faits, et personne n’a Ă©tĂ© violent”, a affirmĂ© Lucky Zama, responsable rĂ©gional du Syndicat national des mineurs (NUM).

La mine de charbon bitumineux de Magdalena, exploitĂ©e par le groupe canadien Forbes & Manhattan Coal Ă  Dannhauser, est perturbĂ©e par une grève depuis le 17 octobre, une partie du personnel rĂ©clamant d’un doublement du salaire de base Ă  7.000 rands (620 euros) par mois et six mois de congĂ© maternitĂ© pour les employĂ©es.

La production y a été totalement arrêtée par la direction après la mort des deux mineurs, mercredi.

L’Afrique du Sud est touchĂ©e depuis dĂ©but aoĂ»t par une vague de grèves sauvages dĂ©marrĂ©e dans le sang Ă  la mine de platine de Marikana (nord), et qui s’est Ă©tendue Ă  d’autres mines de platine, d’or, de chrome ou de fer.

La situation tendait cependant Ă  revenir Ă  la normale ces derniers jours, Ă  l’exception notable des opĂ©rations d’Amplats, numĂ©ro un mondial du platine, et de plusieurs mines de charbon.

PARTAGER