Afrique du Sud: pour Jacob Zuma posséder un chien n’est pas dans la culture africaine

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Le président sud-africain, Jacob Zuma, à Pretoria le 30 octobre 2012
© AFP

En Afrique du Sud, le président Jacob Zuma a été vivement critiqué pour avoir suggéré que le fait de posséder un chien n’était pas africain et faisait partie de la culture blanche.

 Acheter un chien, lui faire sa promenade et payer des soins vétérinaires, tout cela appartient à la culture blanche. C’est ce qu’a assuré Jacob Zuma lors d’un discours tenu dans sa province d’origine, le Kwazulu Natal. Selon la presse sud-africaine, il a aussi ajouté que la possession d’un animal de compagnie faisait partie d’une tendance inquiétante des noirs à vouloir imiter les blancs. Des remarques qui ont suscité une vague de protestation, notamment sur les réseaux sociaux.

Pour désamorcer la polémique, la présidence a très vite envoyé un communiqué, affirmant que Jacob Zuma avait tenté de décoloniser la mentalité africaine. Pour le porte-parole du gouvernement, Mac Maharaj, il s’agissait de rappeler qu’il ne faut pas mettre l’amour pour les animaux, au dessus de celui porté aux autres êtres humains. Selon lui, certains Sud-Africains n’hésitent pas à laisser leur chien s’asseoir à l’avant de leur véhicule et à demander à leurs employés de voyager à l’arrière de leur pick-up, sans être protégés même quand il pleut ou qu’il fait froid.

RFI