Angola: le président dos Santos ne se présentera pas à un nouveau mandat

5
Angola: le président dos Santos ne se présentera pas à un nouveau mandat
Le président angolais José Eduardo Dos Santos le 3 juillet 2015 à Luanda afp.com/ALAIN JOCARD

Luanda – Le président angolais José Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis trente-sept ans, ne sera pas candidat à un nouveau mandat à la tête du pays lors des élections générales de 2017, a annoncé vendredi soir la radio officielle.

M. dos Santos, âgé de 74 ans, va céder sa place à la tête du Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) à l’actuel ministre de la Défense João Lourenço, a précisé à l’AFP un membre du comité central du parti, João Pinto.

La Constitution angolaise ne prévoit pas de scrutin présidentiel, mais précise que le poste de chef de l’Etat revient au chef du parti qui remporte les législatives.

 M. dos Santos a officiellement lancé vendredi la campagne de son parti pour les élections de 2017 lors d’un discours devant son comité central, sans toutefois y préciser s’il serait candidat à un nouveau mandat.

Le communiqué officiel du MPLA publié à l’issue de cette réunion n’a pas non plus évoqué sa succession, mais à l’issue de sa lecture, la radio nationale a précisé en citant des sources internes au parti que M. Lourenço avait été désigné pour lui succéder.

Le président José Eduardo dos Santos ne sera pas candidat” à sa succession à la tête du pays, a confirmé à l’AFP M. Pinto.

Le nom de M. Lourenço, qui avait été nommé vice-président du MPLA en août, sera officiellement dévoilé lors du 60e anniversaire du parti le 10 décembre, selon cet élu.

Le chef de l’Etat avait été réélu en août à la tête du MPLA. Il avait semé le trouble en affirmant en mars qu’il quitterait le pouvoir en 2018, un an après les prochaines élections.

Depuis plusieurs semaines, l’Angola bruisse de rumeurs sur l’état de santé du président, qui suggèrent qu’il s’apprête à prendre sa retraite politique.

Le MPLA est arrivé au pouvoir en 1975 lorsque l’Angola a acquis son indépendance du Portugal. José Eduardo dos Santos a pris les rênes du pays quatre ans plus tard après la mort du chef historique du parti, Agostinho Neto.

En trente-sept ans, il a imposé un règne sans partage sur le pays, plus gros producteur de pétrole d’Afrique subsaharienne avec le Nigeria, mais qui reste l’un des plus pauvres du monde.

 Par lexpress.fr 02/12/2016 à 19:51

 

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. DOS SANTOS EST MALADE
    IL SAIT QU’ IL SERAIT INCAPABLE DE GOUVERNER.

    LA QUESTION À UN MILLION DE DOLLARS EST LA SUIVANTE……MANDE KONOBA OU MANDE FOUGARIBA OU BIEN MANDE ZONKEBA VA T IL SUIVRE LEXEMPLE POUR LE MALI DABORD0

    EN TOUT CAS L’OCCASION LUI EST OFFERTE D’APPLIQUER LE SLOGAN…LE MALI D’ABORD
    SURTOUT QUE SON MAÎTRE À PENSER HOLLANDE NE SE PRÉSENTE PAS AUX PROCHAINES ÉLECTIONS

  2. dear comrades Jose Eduardo dos Santos is one of Africa most infamous thieves plus murderers. Someone I do not care to meet. It is rare for me to dislike someone without having meet them but, this inhumane punk is in my top ten. Africa do not need him, his family or anyone like them. If he had invested half as much of money he stole in Africa as he did in Europe reportedly Portugal Angola would be still developing but a model for development to many Negroid African leaders instead it is a shining example of those in leadership people of Africa will not much longer tolerate. Very sincere, Henry Author Price Jr. aka Obediah Buntu Il-Khan aka Kankan.

  3. Pourvu que ces “sages” décisions ne soient pas mal interprétées contre le continent par les ennemis de l’Afrique parmi les africains nous-mêmes!Les africains sont capables de lancer des poursuites judiciaires contre ces présidents qui acceptent aujourd’hui de leur bon gré de “quitter les affaires avant que les affaires ne les quittent”
    pour des erreurs ou des mauvaises décisions qu’ils auraient prises quand ils étaient aux affaires si bien que cette parenthèse se ferme à cause de la peur de l’après pouvoir pour d’autres présidents qui auraient voulu leur emboiter le pas.

    • “Les africains sont capables de lancer des poursuites judiciaires contre ces présidents”

      en effet, je pense qu’il faut les encourager à partir, sans humiliations à la ouatarRAT… cela va freiner les autres…

      Même si ils doivent répondre devant la justice:
      Je pense qu’on peut le faire dans le respect… cela favorise la paix dans nos pays…

      Aujourd’hui si Kabila, Eyadema, Biya, Sassou disaient qu’ils partaient du pouvoir, tous les africains les salueraient… mais il faut qu’ils sachent qu’ils ne seront pas humilier…

  4. qu’est-ce qui se passe en afrique?

    Mon coeur se rejouit!

    Ibrahim boubabar Keita: courange, toi aussi rentre dans l’histoire.

    Prend ta retraite, profite de ta fortune, profite du temps qui te reste à vivre, laisse la place aux jeunes… (Je peux toujours rêver…)

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here