Après les attaques contre les peuples palestiniens et libanais : Fureurcontre Israël

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer
Alors l’État hébreu poursuit ses bombardements aveugles contre ses
voisins libanais et palestiniens, Bamako tenait à démontrer son
indignation face à l’escalade de la violence. Une marche ayant
regroupé,
le week-end dernier plusieurs partis politiques et des associations
islamistes qui ont condamné la barbarie et crié leur fureur contre
Israël
A l’appel du Parena (Parti pour la Renaissance Africaine), c’est plus
d’un
demi millier de manifestants qui ont battu le pavé vendredi dernier.
Parti de la place Sakali, aux pieds du monument de la Palestine, le
cortège de la manif, dans une lente procession, scandait des propos
tantôt
hostiles tantôt fraternels. Mais c’est un seul esprit qui animait les
manifestants : celui de la condamnation des frappes israéliennes au
Liban.
En première ligne, il y avait des membres influents du Comité Directeur
du
Parena dont Me Amidou Diabaté, Moussa Balla Diakité et et Djiguiba
Keïta
dit PPR. D’autres manifestants non moins importants et dont la présence
allait de soi étaient les représentants de la Communauté islamique du
Mali. Cette communauté était notamment représentée par Mohamed Kimbiri.
On
notait également dans les rangs des manifestants des représentants de
la
communauté libanaise du Mali, donnant une apparence composite à la
foule.
Charriant leur colère à travers pancartes, slogans antiaméricains et
israéliens, les manifestants se sont rendus à l’Ambassade Palestinienne
sise à l’Hippodrome. Bravant le mauvais temps, les amis du Liban et de
la
Palestine ont fait des déclarations importantes à Abou Rabat,
ambassadeur
de la Palestine au Mali. "Le sens profond de notre action d’aujourd’hui
est de témoigner de toute notre solidarité et de notre compassion à
l’endroit de nos frères et sœurs de la Palestine et du Liban qui sont
victimes du terrorisme d’Etat israélien", a déclaré PPR au nom du
Parena.
Ce témoignage, plus que celui d’un parti politique, est celui du
peuple
malien entier, toujours prompt à réagir à l’injustice. "Les assassinats
aveugles de femmes et d’enfants innocents, la volonté d’humilier
permanemment des millions d’hommes et de femmes, déshonorent Israël et
son
parrain américain", a poursuivi le représentant du Parena. Le même
intervenant n’a pas manqué d’égratigner la Communauté internationale.
"Honte à la politique de deux poids deux mesures de la Communauté
internationale et particulièrement des Etats-Unis, d’habitude prompts à
réagir et à sanctionner quand il s’agit de pays moins puissants, mais
qui
se taisent piteusement et restent sourds à la détresse et à la
souffrance
quasi quotidiennes de millions de vieillards, de femmes et d’enfants
sans
défense", a déclaré Djiguiba Kéïta. Même son de cloche chez les
Associations islamiques du Mali. C’est pourquoi son représentant
principal
a condamné "avec la dernière énergie la politique belliciste de l’Etat
d’Israël qui, en sabordant les résolutions onusiennes, et en boycottant
les multiples plans pour un cessez le feu, se fait seul responsable du
recul actuel du processus de paix, à travers des actes de provocation
prémédités et d’orchestration de la violence, des assassinats, des
massacres, au prétexte fallacieux que le Hamas et le Hezbolah n’ont pas
droit à la vie".
Quant à l’Ambassadeur de la Palestine au Mali et le représentant de la
Communauté libanaise du Mali, ils n’ont guère manqué de rendre la
politesse
aux Maliens dont la sympathie leur est allée droit au cœur.
Soumaïla T. Diarra

« 

 
SOURCE:  du   31 juil 2006.