Barack Obama : son discours Ă  l’Union africaine

1

En marge de sa visite officielle en Éthiopie, Barack Obama a prononcĂ© mardi le premier discours d’un prĂ©sident amĂ©ricain au siège de l’Union africaine.

Le président américain Barack Obama lors de son discours au siège de l'Union africaine à Addis-Abeba, le 28 juillet 2015.  © Saul Loeb / AFP

Barack Obama quitte l’Éthiopie pour regagner Washington Ă  la fin de son discours devant l’UA. Lundi soir, le prĂ©sident amĂ©ricain a tenu un mini-sommet sur la situation au Soudan du Sud, le plus jeune pays du monde, ravagĂ© par 19 mois de guerre civile. Corruption, dĂ©mocratie, terrorisme, quelques extraits du discours d’Obama.

Corruption

Le prĂ©sident amĂ©ricain Barack Obama a appelĂ© mardi, depuis la tribune de l’Union africaine (UA) Ă  Addis-Abeba, l’Afrique Ă  vaincre le “cancer de la corruption” et adhĂ©rer aux principes dĂ©mocratiques, si elle veut assurer son dĂ©veloppement.

“Rien ne libĂ©rera plus le potentiel Ă©conomique de l’Afrique que l’Ă©radication du cancer de la corruption”, a estimĂ© M. Obama. “La corruption existe partout dans le monde”, mais “en Afrique la corruption aspire des milliards de dollars des Ă©conomies, de l’argent qui pourrait ĂŞtre utilisĂ© pour crĂ©er des emplois, construire des hĂ´pitaux et des Ă©coles”.

“Seuls les Africains peuvent mettre fin Ă  la corruption dans leurs pays”, a ajoutĂ© M. Obama, promettant que les États-Unis aideraient les gouvernements africains dĂ©cidĂ©s Ă  combattre les circuits financiers illicites Ă  prendre des mesures, Ă  promouvoir la bonne gouvernance, la transparence et l’État de droit.

DĂ©mocratie

“Les progrès de l’Afrique dĂ©pendront aussi de la dĂ©mocratie, parce que les Africains, comme tout le monde, mĂ©ritent la dignitĂ© de pouvoir contrĂ´ler leurs propres vies”, a-t-il ajoutĂ©, Ă©numĂ©rant “les ingrĂ©dients d’une vraie dĂ©mocratie : Ă©lections libres et Ă©quitables. LibertĂ© d’expression et de la presse. LibertĂ© de rĂ©union.”

“Ces droits sont universels. Ils sont Ă©crits dans les constitutions africaines”, a-t-il soulignĂ©.
La dĂ©mocratie “prend racine” Ă  travers l’Afrique, a poursuivi le prĂ©sident amĂ©ricain, citant la Sierra Leone, le Ghana, le BĂ©nin, le Botswana, la Namibie, l’Afrique du Sud ou les rĂ©centes Ă©lections pacifiques au Nigeria. “Cependant, en ce moment, ces libertĂ©s sont refusĂ©es Ă  de nombreux Africains. La dĂ©mocratie, ce n’est pas juste des Ă©lections. Quand les journalistes sont mis derrière les barreaux pour avoir fait leur travail, des militants sont menacĂ©s (…) alors il y a une dĂ©mocratie qui n’en a le nom, mais pas le contenu.”

“Les pays ne peuvent pas rĂ©aliser les promesses des indĂ©pendances tant qu’ils ne protĂ©geront pas les droits de leurs peuples”, a-t-il lancĂ© devant les ambassadeurs des pays membres de l’UA, rĂ©unis au siège de l’institution Ă  Addis-Abeba, en Éthiopie.

Terrorisme

Les États-Unis sont aux cĂ´tĂ©s de l’Afrique face “au terrorisme et Ă  la guerre”, a assurĂ© le prĂ©sident amĂ©ricain Barack Obama mardi Ă  Addis-Abeba, depuis la tribune de l’Union africaine (UA). “Alors que l’Afrique fait face au terrorisme et Ă  la guerre, les États-Unis sont Ă  vos cĂ´tĂ©s”, a-t-il dĂ©clarĂ© devant un parterre de reprĂ©sentants des chefs d’État membres de l’UA. “Avec des formations et du soutien, nous aidons les forces africaines Ă  se renforcer”, a-t-il expliquĂ©, ajoutant que le combat contre les groupes armĂ©s qui ensanglantent le continent devait s’accompagner de progrès en matière de gouvernance.

Le Point Afrique – PubliĂ© le 28/07/2015

 

PARTAGER

1 commentaire

  1. Barack OBAMA n’a aucune considĂ©ration pour les nĂ©gros de l’Afrique Occidentale Française, d’ailleurs cette partie ne fait pas partie de sa politique. Tous les anciens PrĂ©sident ont fait plus que lui dans le cadre de l’aide Ă  cette partie de l’Afrique.

Comments are closed.