Bataille de territoire entre syndicats en Afrique du sud

0
En Afrique du Sud, marche de mineurs près de la mine Anglo-American Platinium (AMPLATS) à Rustenburg, le 5 octobre 2012.
REUTERS

En Afrique du Sud, la Cosatu, la puissante centrale syndicale sud-africaine, tient depuis le début de la semaine une réunion spéciale de son comité exécutif. Le syndicat, et notamment NUM, sa branche minière, fait face depuis le début de la crise dans le secteur minier, à la concurrence d’AMCU, un syndicat plus radical. La rivalité a été particulièrement visible lors du conflit à Marikana, qui a fait 46 morts dont 34 tués par la police.

Le ton reste toujours très violent entre NUM, le syndicat national des mineurs, et AMCU, petite formation plus radicale. Dernièrement, NUM a implicitement accusé AMCU d’être derrière une série d’attaques et de meurtres qui ont visé plusieurs de ses membres. AMCU a exigé des excuses.

Mais la rivalité entre les deux syndicats -AMCU préfère parler de saine compétition-, est plus ancienne. A Marikana, cette mine exploitée par Lonmin, AMCU a commencé à prendre de l’importance lors d’une précédente grève en 2011. Le conflit du mois d’août 2012, puis la vague de grèves sauvages qui a frappé l’Afrique du Sud, n’ont fait que le renforcer.

Beaucoup de mineurs se plaignent de NUM qu’ils considèrent trop proche du patronat, trop éloigné de la base, et certains rejoignent maintenant AMCU dans l’espoir d’être mieux représentés.

RFI / mercredi 17 octobre 2012

 

PARTAGER