Biens mal acquis : Sassou porte plainte

1
Denis Sassou Nguesso
Denis Sassou Nguesso

Le prĂ©sident congolais Denis Sassou Nguesso, visĂ© en France par une enquĂŞte sur le patrimoine immobilier de sa famille, a annoncĂ© mardi avoir contre-attaquĂ© sur ce dossier en portant “plainte contre X” Ă  Paris.

“Nous, Denis Sassou Nguesso, Chef de l’État du Congo, dĂ©clarons avoir chargĂ© Maitre Viala, avocat Ă  la cour Ă  Paris, de dĂ©poser plainte contre X, pour tentative d’escroquerie au jugement dans l’affaire dite des biens mal acquis, qui nous oppose Ă  l’association Transparency” International, indique un court communiquĂ© dactylographiĂ© signĂ© du prĂ©sident congolais.

Cette plainte a Ă©tĂ© dĂ©posĂ©e “il y a plus d’un mois”, prĂ©cise le texte remis Ă  l’AFP Ă  Brazzaville qui ajoute: “Nous avons pleine confiance en la justice française pour mener Ă  bien les investigations nĂ©cessaires”.

M. Sassou Nguesso estime que les pièces sur lesquelles est fondĂ©e la plainte le visant, lui et sa famille, “ne sont pas conformes Ă  la rĂ©alitĂ©”, a dĂ©clarĂ© Me Viala.

Selon une source judiciaire, la plainte a bien Ă©tĂ© reçue au parquet de Paris. Celui-ci dispose de trois mois pour dĂ©cider de la transmettre ou non Ă  un juge d’instruction.

“Si (cette plainte) aboutit, a affirmĂ© Me Viala, elle fera tomber l’intĂ©gralitĂ© des dossiers” concernant tous les chefs d’État africains dans l’affaire des “biens mal acquis”.

M. Sassou et sa famille sont visĂ©s depuis 2009 en France par une enquĂŞte sur leur patrimoine français. Cette instruction a Ă©tĂ© dĂ©clenchĂ©e par une plainte de l’ONG de lutte contre la corruption Transparency International, qui soupçonne le chef de l’État congolais d’avoir “dĂ©tournĂ©, Ă  son profit et au profit de sa famille et de son clan, une partie substantielle de la rente pĂ©trolière” du Congo-Brazzaville.

Cette affaire des “biens mal acquis” vise Ă©galement les familles de plusieurs dirigeants africains comme Teodoro Obiang (GuinĂ©e-Équatoriale), le dĂ©funt Omar Bongo (Gabon) et le prĂ©sident centrafricain dĂ©chu François BozizĂ©.

NĂ© en 1943, M. Sassou Nguesso, qui cumule près de 32 annĂ©es Ă  la tĂŞte du Congo, est candidat Ă  un troisième mandat Ă  l’Ă©lection prĂ©sidentielle du 20 mars grâce Ă  un changement de Constitution validĂ© en octobre par rĂ©fĂ©rendum et lui permettant de se reprĂ©senter.

De passage Ă  Paris dĂ©but octobre, le porte-parole du gouvernement congolais, Thierry Moungalla, avait estimĂ© que l’enquĂŞte visant M. Sassou en France Ă©tait une “immense manipulation” destinĂ©e Ă  le “discrĂ©diter”.

PARTAGER

1 commentaire

  1. Je suis entièrement d’accord avec le prĂ©sident congolais d’avoir portĂ© plainte contre cette fameuse association .
    Une association qui se spĂ©cialise de plus en plus dans l’escroquerie des chefs d’Etat africains
    Pourquoi cette association ne voit que les “biens mal acquis des africains” ? .

    Comme si les biens des africains ne peuvent ĂŞtre que mal acquis . Comme s’ils ne mĂ©ritent aucun bien .
    La confiscation et la saisie de ces biens profitent Ă  qui ? , pas en tout cas aux africains .

    C’est tout simplement de l’escroquerie pure et simple . C’est du vol sous une couverture judiciaire .
    Il est temps que les africains se réveillent . Il convient de se poser certaines questions :
    Pourquoi c’est toujours les africains noirs qui sont visĂ©s par des poursuites des biens mal acquis ?
    Pourquoi aussi le TPI ne fonctionne à plein régime que pour juger les noirs africains ?
    Pourquoi les biens des noirs africains dérangent-ils certaines associations dans les capitales occidentales ?
    Ces innombrables biens saisis ou volés aux dignitaires africains vont où et profitent à qui ?

    Je pense sincèrement qu’il est grand temps d’en finir avec toutes ces injustices .
    Il est grand temps d’en finir avec toutes ces arrogances envers les africains .

Comments are closed.