Burkina Faso: «accord sur le profil du chef de la transition»

1
Burkina Faso: «accord sur le profil du chef de la transition»
Le lieutenant-colonel Isaac Zida, lors de sa première conférence de presse, à Ouagadougou, le 6 novembre 2014.
ISSOUF SANOGO / AFP

Au Burkina Faso, le lieutenant-colonel Isaac Zida a donné ce jeudi 6 novembre à Ougadoudou sa première conférence de presse depuis qu’il a pris le pouvoir, le 1er novembre, suite à la démission forcée de l’ancien président Blaise Compaoré. Selon lui, toutes les parties prenantes sont d’accord sur les critères et le profil de la personnalité civile qui sera désignée pour conduire la transition.

Isaac Zida a fait état d’avancées majeures dans le processus de sortie de crise. On retient que, selon le lieutenant-colonel, toutes les parties prenantes au processus sont d’accord sur les critères et le profil de la personnalité civile qui sera désignée pour la transition.

Il a dit qu’il était important que les membres de l’ancienne majorité du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) participent à la prise de décision.

« Il représente dans les villages des fils et des filles du pays de bonne foi et nous ne pouvons pas les laisser derrière nous », a déclaré le lieutenant-olonel Isaac Zida, le regard doux.

C’était effectivement sa première conférence de presse depuis qu’il a été désigné par l’armée, le 1er novembre, pour s’emparer du pouvoir vacant suite à la démission forcée de l’ancien président Blaise Compaoré.

Il s’est excusé pour son retard ; il avait l’air serein et paisible. Il a même répondu à une question en anglais.

A noter également qu’il a fait peu cas des menaces de sanctions de l’Union africaine sans dire pour autant qu’il n’allait pas respecter le délai de 15 jours pour la transmission du flambeau à une personnalité civile.

« L’Union africaine aurait pu, à des moments cruciaux du pays, témoigner sa fraternité au peuple burkinabè mais elle n’a pas été à la hauteur », a déclaré Isaac Zida.

L’Union africaine avait menacé, lundi, le Burkina Faso de sanctions si les militaires ne remettaient pas le pouvoir aux civils dans deux semaines.

Du point de la méthode des concertations en cours, on apprend que l’armée effectue une sorte de synthèse à partir des contributions apportées de toute part. Cela vaut pour la désignation des organes de la transition et pour la charte de la transition.

Quant à son futur chef, il sera désigné par un comité des sages pour trouver « une sortie honorable », a précisé le lieutenant-colonel.

Mercredi, l’armée, l’opposition, la société civile ainsi que les chefs traditionnels et religieux avaient conclu un accord sous l’égide d’une médiation ouest-africaine pour « la formation d’un gouvernement de transition pour une période d’un an » et « l’organisation d’élections présidentielle et législatives d’ici novembre 2015 ». En revanche, ils ne se sont pas entendus sur le choix d’une personnalité pour conduire la transition.

Vous avez parlé du délai que nous a imposé l’Union africaine. Je pense que ce n’est pas véritablement une préoccupation pour nous. L’Union africaine peut dire trois jours, cela n’engage que l’Union africaine.

Lieutenant-colonel Isaac ZidaNouvel homme fort du Burkina Faso.06/11/2014 – par Nicolas Champeaux
Par RFI

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

Comments are closed.