Burkina Faso: Kafando ovationné pour sa réinstallation

2
Burkina Faso: Kafando ovationné pour sa réinstallation
Le président de la transition, Michel Kafando (D.), aux côté du président béninois Boni Yayi (G.), lors de la cérémonie au cours de la quel le président de la transition a officiellement retrouvé ses fonctions, le 23 septembre 2015.
REUTERS/Joe Penney

Le président Michel Kafando a repris les rênes du pouvoir après une cérémonie officielle regroupant des chefs d’Etat de la Cédéao, une grande partie de la classe politique burkinabè, et les principales autorités de la transition déposées il y a une semaine. Le gouvernement de transition est rétabli, symbole d’un retour à la normale.

À Ouagadougou, une cérémonie pour officialiser ce retour à la normale a eu lieu en début d’après-midi, en présence trois chefs d’Etat ouest-africains venus exprès. Yayi Boni, le Béninois, Issoufou, le Nigérien, et John Dramani Mahama, le Ghanéen, venus tout droit d’Abuja, où se déroulait ce mardi un sommet de la Cédéao consacré à la crise au Burkina Faso, pour participer à cette cérémonie officielle. Un instant à la fois grave, solennel, et très patriotique, selon notre envoyé spécial à Ouagadougou, qui s’est déroulé dans la salle des banquets de l’hôtel Laico. Les chefs d’Etat de la Cédéao ont cérémonieusement réinstallé Michel Kafando à la tête de la transition et à la tête de l’Etat, après l’échec du putsch de Gilbert Diendéré.

Michel Kafando a été extrêmement applaudi, dès qu’il est entré dans la salle. La foule a entonné l’hymne national. Derrière lui, il y avait le Premier ministre Isaac Zida, ainsi que le président du parlement de transition, Chérif Sy, eux aussi très applaudis. Le Premier avait été détenu pendant près d’une semaine par les putschistes, et le second avait vécu tout ce temps dans la clandestinité.

« Forces du mal »

Derrière eux, dans le public, on pouvait retrouver une grande partie de la classe politique et des candidats à la prochaine élection. Michel Kafando a chaleureusement et longuement remercié le peuple burkinabè, ainsi que la Cédéao, et la communauté internationale. Il a affirmé qu’il restait déterminé à poursuivre la transition, en dépit des « forces du mal ».Yayi Boni, au nom de la Cédéao, a pour sa part insisté sur un point : c’est désormais aux Burkinabè de résoudre les problèmes des Burkinabè. Il a aussi insisté sur la nécessité d’un dialogue politique inclusif.

 

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. OUI !! MAIS LA GRANDE ET LA BONNE NOUVELLE , DANS LE CONTEXTE DE LA CRISE DU FASO, EST QUE CE FASO SOIT DEVENU LE “FASO” DE TOUS LES HABITANTS DE L’ESPACE DIT ” CEDEAO”.
    POUR LA PREMIERE FOIS DEPUIS LES INDÉPENDANCES, LES PEUPLES DE L’ AFRIQUE OCCIDENTALE ON CERNÉ, ET CELA EN TEMPS RÉEL, L’ ARNAQUE FONCTIONNELLE QUI EN SOIT N’ EST QUE L’ ULTIME BUT DE LA CRÉATION DE CE MACHIN (CEDEAO)REGROUPANT LES MAFFIEUX LARBINS DE L’ÉTAT PROFOND FRANCAIS .

    LA CRISE DU FASO A FAIT OUVRIR LA BRECHE LA PLUS LARGE DANS LE SYTEME FRANCAFRICAIN, ET LA CEDEAO A SIGNÉ SON ARRET DE MORT, AVEC LA MAGOUILLE ORCHESTRÉE PAR YAYI BONI (YAO LE BON) ET MACKY SALL( MICHEL LE SAL) CONTRE LES INTERETS ET LES ASPIRATIONS LÉGITIMES DES PEUPLES.

    SI DEVANT LA CRISE IVOIRIENNE ET MALIENNE L’ ORGANISME MAFFIEUX DE LA FRANCAFRIQUE A PU UTILISER UEMEOA(SA SOEUR JUMELLE) POUR MANIPULER LES POPULATIONS, ET PIETINER LEURS ASPIRATIONS LÉGITIMES DANS LA BOUE, CETTE FOIS -CI ELLE S’ EST FAIT PRENDRE LA MAIN DANS LE SAC PAR LES MASSES POPULAIRES DE LA SOUS-RÉGION. LE FAIT VA ETRE SUJET D’ANALYSES POUSSÉES DANS LES BUREAUX DE L’ ÉTAT PROFOND Á PARIS.

    DE TOUTE FACON LE ” COUNTDOWN ” A COMMENCÉ POUR LA CEDEAO ET L’ UEMOA, CES DEUX MACHINES DE GUERRE ASYMÉTRIQUE CONTRE LES PEUPLES DE LA SOUS-RÉGION.

    L’ ÉTAT PROFOND FRANCAIS ENTAME SON AGONIE.
    LA COUVERTURE MÉDIATIQUE DE L’ ÉVENEMENT FUT MINCE, TRES MINCE ET TRES ÉTROITE. CONTRAIREMENT AUX APPARENCES L’ ÉTAT PROFOND FRANCAIS A TIRÉ INGÉNIEUSEMENT LES FICELLES, ET CELA Á TOUTE OCCASION, DANS LE SENS DU SABOTAGE DE LA TRANSITION POLITIQUE AU FASO.

    QUE LA JEUNESSE DES PAYS DE LA SOUS-RÉGION SE DÉSOLIDARISE DES INSTITUTIONS FRANCAFRCAINES SANS PERSPECTIVES RÉELLES, ET ÉPARGNE LEURS PAYS DES GUERRES FRATICIDES.

    QUE LES PEUPLES S’ ATTENDENT Á LA CRÉATION D’ ALTERNATIVES Á CES OUTILS QUI SE SONT PROUVÉS INCAPABLES DE S’AFRANCHIR DU CAP COLONIAL.

    Le FCFA utilisé en Afrique aujourd’hui, a été inspiré du système appliqué par les Allemands aux Français. LÁ IL NE S’AGIT PAS DU DESIGN DU BILLET DE BANQUE, MAIS BIEN DE LA POLITIQUE MONÉTAIRE QUE LE BILLET MATÉRIALISE: LA SOUMISSION ET L ‘ESCLAVAGE ÉCONOMIQUE QUI ENGENDRENT LA DESTRUCTION BIOLOGIQUE.

    LA BRECHE EST OUVERTE, MERCI AU PAYS DES HOMMES INTEGRES, ET Á SON CHEF BURKINA, LE PERE DU FASO DE TOUS LES OUEST-AFRICAINS INTEGRES, L’ ÉTERNEL
    T. SANKARA.

    QUE LES INTELLECTUELS DE LA SOUS-RÉGION SE SAISISSENT DE LEUR RESPONSABILITÉ DEVANT L’HISTOIRE, QU’ILS SOYENT GRANDS AUX YEUX DE LEURS PEUPLES RESPECTIFS.

    LE BURKINA FASO A OUVERT LA VOIE, DE L’ INDÉPENDANCE- LA VRAIE- , POUR NOUS TOUS. LE FASO, NOTRE FASO A FAIT CE SACRIFICE, PAR SON COURAGE.

    PARMI LES FONCTIONNAIRES MAFFIEUX DE LA CEDEAO ET DE L’ UEMOA VOUS NE TROUVEREZ AUCUN ÉLU, PAS UN !!
    ESSAYONS DE DIRIGER LA FRANCE, AUSSI OUVERTEMENT ET VULAIREMENT, PAR DES INSTITUTIONS EXTRANATIONALES POUR VOIR CE QUE FERONT LES FRANCAIS!!!

    UNE NOUVELLE ERE COMMENCA AVEC LA CRISE DU FASO, LA FRANCAFRIQUE S’EST DONNÉE DIX BALLES DANS LA TETE. ELLE EST “CADAVRÉE” EST SES FIDELES VEULENT NOUS FAIRE CROIRE LE CONTRAIRE AVEC DES BLUFFS ET D’AUTERS COMÉDIES.

    QUE LES PEUPLES DONNENT LE DERNIER COUP DE GRACE
    AU SYSTEME CEDEAO-UEMOA !!

    Vraiment merci d’avoir crié haut et fort cette vérité qui fait la honte des enfants éclairés d’Afrique mais aussi que la plus grande majorité de ses enfants sont dans l’obscurité totale…
    Une question de temps, mais le peuple noir d’Afrique surtout dites “francophone” serait totallement libre…

    Lam

  2. Pour une fois le peuple burkinabé a la chance d’entrer en démocratie. La dictature ne peut pas développer un peuple. Seul le pouvoir par les urnes permet l’adhésion des peuples et l’élu démocratique a le soutient des populations.
    Bravo à la médiation et vive le Burkina faso.

Comments are closed.