Burkina Faso: la transition est-elle fragilisée ?

1
Burkina Faso: la transition est-elle fragilisée ?
Centre ville de Ouagadougou, au Burkina-Faso.
AFP PHOTO/ SIA KAMBOU

Le Congrès pour la dĂ©mocratie et le progrès (CDP), le parti de l’ancien prĂ©sident, Blaise CompaorĂ©, et ses alliĂ©s ont annoncĂ© qu’ils suspendaient leur participation aux organes de la transition, Ă  savoir le Conseil national de la transition (CNT) et la Commission nationale de rĂ©conciliation et des rĂ©formes. Une dĂ©cision qui fait suite Ă  l’adoption du nouveau code Ă©lectoral et la vague d’arrestations d’anciens collaborateurs de Blaise CompaorĂ©, et qui risque de fragiliser la transition dans le pays.

Pour le CDP et ses alliés, la transition ne conduit pas une politique neutre, inclusive, pacificatrice. Ils affirment qu’ils ont accepté trop de choses dans le souci des grands équilibres nationaux et même « avalé les pires couleuvres » mais « les limites du tolérable sont maintenant atteintes et dépassées », ont-ils affirmé.

Pour eux, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase c’est le nouveau code électoral. Un code qui empêche tous ceux qui ont soutenu l’idée d’une modification de l’article 37 de la Constitution. Ils dénoncent également des interpellations et arrestations « abusives » et « arbitraires ».

Selon l’ancien parti au pouvoir et ses alliĂ©s, cette situation met en danger l’unitĂ© nationale, la dĂ©mocratie, les valeurs rĂ©publicaines et la tolĂ©rance sous toutes ses formes. Ils prĂ©cisent ainsi, que cela pourrait conduire Ă  « une fracture nationale aux consĂ©quences irrĂ©parables ».

Analysant la situation actuelle du pays, les partis de l’ancienne majoritĂ© constatent que la transition mène « le pays Ă  la dĂ©rive » et expose les burkinabĂ©s Ă  « des fractures irrĂ©versibles », d’oĂą la suspension de leur participation au CNT ainsi qu’à la Commission nationale de rĂ©conciliation et des rĂ©formes et ce, jusqu’Ă  la relecture du texte adoptĂ© et la mise en Ĺ“uvre d’une vraie politique inclusive…...Lire la suite sur rfi.fr

PARTAGER

1 commentaire

  1. La transition n’a jamais Ă©tĂ© forte et elle a elle mĂŞme reconnu qu’elle doit sa place actuelle au peuple !!! Alors le peuple poursuivra son travaille d’épuration !!! Le bilan des 27 annĂ©es sera belle et bien fait avec de nouvelles tetes

Comments are closed.