Burkina: «Un message très clair aux dirigeants africains»

2
Burkina: «Un message très clair aux dirigeants africains»
La foule des Burkinabè sur la place de la Nation à Ouagadougou, le 31 octobre 2014.
REUTERS/Joe Penney

Au Burkina Faso, Blaise Compaoré a annoncé sa démission et semble avoir quitté le pays en début d’après-midi. Le chef d’état-major des armées, Honoré Traoré, a annoncé vendredi en début d’après-midi assumer désormais les fonctions de chef de l’Etat. Florent Geel est responsable du bureau Afrique de Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH). Il est l’invité de RFI à la mi-journée.

Seuls les Burkinabè doivent aujourd’hui régler leurs problèmes ? Ne faut-il pas un médiateur ?

Florent Geel : Il faut de toute façon qu’une solution émerge, une solution d’un pouvoir civil éventuellement garanti par l’armée. Mais on a vu récemment sur le continent, au Mali ou en Guinée il y a quelques années, que les transitions militaires ou les coups d’Etat militaires ne sont pas des solutions et qu’à terme ça provoque toujours des bains de sang : le massacre du 28 septembre en Guinée, les crimes commis par la junte par le général Sanogo au Mali…

Donc, en règle générale, la solution militaire n’est pas forcément la meilleure des solutions à moyen terme et encore moins à long terme. Il semble se dégager, ce matin, une solution dans laquelle les civils sont en avant et garantie par l’armée. Si une médiation internationale vient renforcer cet accord burkinabé, pourquoi pas. Si cette médiation internationale est là uniquement pour sauver les meubles et garantir les intérêts du camp présidentiel, qui manifestement est aujourd’hui totalement décrédibilisé, effectivement le peuple burkinabé ne l’acceptera pas. Et il le démontre encore en ce moment en étant massivement dans les rues.

Une déclaration de l’armée place de la Nation à Ouagadougou est encore attendue. Mais le général Traoré, chef d’état-major qui accompagnerait le processus démocratique est une solution qui pourrait vous convenir ?

Il faut d’abord qu’elle convienne aux Burkinabè. Ce que la FIDH rappelle avec ces organisations membres au Burkina, le MBDHP notamment et les organisations de la société civile, c’est que les pouvoirs militaires ne sont jamais une solution. Donc le général Traoré, toute bonne personne qu’il peut être, ne sera pas à lui seul la solution. C’est un pouvoir civil, c’est éventuellement un gouvernement d’union nationale, ce que décideront les Burkinabè.

L’organisation d’élections rapides doit se faire dans la transparence, ainsi qu’en accord avec l’ensemble des partis. Et donc, il est probablement beaucoup plus logique et légitime que les partis politiques et la société civile puissent participer à un gouvernement de transition, d’union nationale quelle que soit la forme. C’est la garantie des principes qui doit prévaloir, plutôt qu’une solution militaire.

Il faudra des élections prochainement, car il n’y a plus de Parlement ni d’Assemblée nationale – ils ont été dissous. Novembre 2015 était la date prévue de la prochaine élection présidentielle. Pour vous est-ce trop tard ?

A mon sens oui, dans la mesure où la question qui doit guider maintenant le calendrier, me semble-t-il, est : en combien de temps peut-on organiser des élections crédibles, transparentes, dans lesquelles tous les partis peuvent avoir des chances équitables, y compris d’ailleurs le parti présidentiel ? Il faut aussi que les choses s’apaisent pour éviter qu’il n’y ait un plus grand nombre de victimes. On estime en ce moment leur nombre à 30, même si ce chiffre n’est pas aujourd’hui confirmé. Il faut que le sang arrête de couler dans les rues et pour ça il faut évidemment avoir une solution politique qui permette de mettre en place un agenda politique crédible.

Les élections au Burkina Faso nécessitent une certaine révision des listes électorales. Il y a un certain nombre de cartes d’identité aussi qui ont déjà été réalisées. Il faut revoir le processus. Cela peut prendre quelques mois, mais je pense qu’on peut le faire plus rapidement qu’en douze mois. Il faut se méfier des transitions qui sont trop longues et dans lesquelles les appétits politiques de ceux qui sont au pouvoir peuvent se déclencher. C’est la raison pour laquelle peut-être aussi ce gouvernement de transition ne doit pas forcément être composé de personnes qui se présenteront aux élections. C’est souvent ainsi que l’on a réussi à avoir des sorties de crises crédibles.

Vous évoquez le futur de l’actuel parti présidentiel. Quel doit être, selon vous, celui du président Compaoré dorénavant ?

Je crois que c’est à lui de le décider. Aujourd’hui, j’ai l’impression que la nation burkinabè a clairement défini son choix. Dans la vie de certains hommes politiques, il faut savoir se retirer. Et c’est peut-être ce choix-là qu’aujourd’hui Blaise Compaoré doit faire en tout état de cause.

L’enseignement qu’il faut tirer de ce mouvement est double. Premièrement, je pense que Blaise Compaoré aurait pu amorcer une transition il y a quelques années en douceur, permettant pour lui de se retirer du pouvoir. Il a voulu passer en force et il en paie aujourd’hui le prix fort. C’est un signal fort pour les prochaines élections puisqu’en 2014 et 2016 il va y avoir 52 élections sur le continent africain dont 25 élections présidentielles dans 27 pays d’Afrique, c’est énorme – et c’est un signal fort pour tous ceux qui souhaiteraient passer en force. Il y en a un certain nombre. Je pense à la RDC, au Congo ou d’autres pays.

C’est un signal fort à ces dirigeants africains sur le fait que l’Afrique a changé. On ne peut plus s’imposer ou conserver le pouvoir pour ses propres intérêts. Il faut tenir compte maintenant des peuples, de la société civile et des citoyens. C’est la raison pour laquelle nous lançons une grande campagne de coalition qui s’intitule « Mon vote doit compter » et qui tend à mobiliser ces sociétés africaines, en solidarité pour les différents peuples, pour se préparer à ces échéances électorales cruciales.

Ce soulèvement au Burkina est-il un soulèvement d’une partie de l’Afrique ?

Les Burkinabè portent très clairement les espoirs de grandes parties de peuples africains qui entendent aujourd’hui en 2014, dire que l’Afrique a changé et que leur vote doit effectivement compter. On ne peut plus leur imposer des dirigeants qu’ils n’ont pas librement choisis et affirment ainsi que cet événement démocratique, sans être un printemps démocratique, est une maturité de l’Afrique. Il doit accompagner un réel développement que les Africains dans toutes leurs diversités attendent, souhaitent et veulent construire.

Ceci passe par un minimum de pouvoirs, de contre-pouvoirs, d’une presse libre et indépendante, d’une société civile qui peut s’exprimer… Il y a donc de très nombreux enjeux sur le continent africain aujourd’hui et ce qui se passe au Burkina est un message très clair aux dirigeants africains affirmant qu’aujourd’hui tout n’est plus possible.

→ En images : Le jour où la rue a chassé Blaise Compaoré

Par Gaëtan Goron

Soource: rfi.fr

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Nous disons rappelons insistons les lettrés mutants africains politiques Hommes en armes sociétés civiles religieux usurpateurs sans vergogne du titre « d’intellectuel » et membres de « la fameuses Union des Assoiffés des Avides ou UA » et leurs « fidèles klébars et doungourous » du Nord au Sud d’Est à l’Ouest en passant par le Centre de « l’Afrique mutée émergente » ne connaissent pas ne peuvent jamais connaitre 1message clair des peuples Il y eut les cas Tunisien Egyptien Ivoirien on avait parlé de message clair d’avertissement

    Nous disons et l’avions toujours dit rappelé et insistons les lettrés mutants africains politiques Hommes en armes sociétés civiles religieux usurpateurs sans vergogne du titre « d’intellectuel » et membres de « la fameuses Union des Assoiffés des Avides ou UA » et leurs « fidèles klébars et doungourous » du Nord au Sud d’Est à l’Ouest en passant par le Centre de « l’Afrique mutée émergente » tel le Molosse qui ne peut jamais changer « sa déhontée façon de s’asseoir » ne peuvent jamais et ne pourront jamais changer leur « déhontée façon » de s’asseoir de se comporter d’agir à l’égard de leurs peuples L’habitude est 1seconde nature qui revient toujours au galop

    Nous disons rappelons et insistons ainsi avec leurs « fidèles klébars et doungourous » ils s’encouragent « aveuglement bêtement idiotement sournoisement hypocritement » pour 1gestion primaire primitive mensongère égoïste familiale clanique laxiste insouciante arrogante cupide d’iniquité d’injustice de 2poids 2mesures dans 1démocratie bananière des tropiques de la « pourriture de la gangrène » de la corruption de la « bouffe » des deniers publics et dons financiers des élections truquées bafouées et ils sont toujours encouragés en cela par leurs soit disant amis ennemis les « Autres » qui les méprisent et les infantilisent

    Nous disons et l’avions toujours dit rappelé et insistons les lettrés mutants africains ont cette mauvaise habitude de transformer le bout de pouvoir que leurs peuples les confient pour 1lapse de temps en 1pouvoir héritage familiale clanique au détriment des intérêts de l’ensemble de leurs peuples Ainsi ils font de ce bout de pouvoir 1gestion primaire primitive égoïste cupide laxiste malhonnête tyrannique de l’impunité l’injustice l’iniquité 2poids 2mesures reines de la « bouffe» des deniers publics et dons de leurs soit disant amis ennemis les « Autres » des élections truquées bâclées bafouées Ils donnent à leur mode de gestion du pouvoir le nom de « démocratie à l’Africaine » que leurs soit disant amis ennemis les « Autres » appellent avec mépris « démocratie bananière des tropiques » car pour eux l’Africain n’est pas mûr pour la vraie démocratie de par les comportements des lettrés mutants africains

    Nous disons et l’avions toujours dit rappelé et insistons les lettrés mutants africains ne voient point leurs pays comme des étendues de terre avec ses richesses habitées par des humains qu’il faut mettre en valeur mais plus tôt comme des « Pays-Gâteaux succulents savoureux qui donnent de l’embonpoint » uniquement réservés à eux à leurs familles et leurs « fidèles klébars et doungourous »

    Nous disons et l’avions toujours dit rappelé et insistons ainsi lorsque les peuples fatigués par ce type gestion réclament leur dû à savoir le pouvoir ces lettrés mutants africains s’y agrippent tels « Sangsues » les peuples alors sont obligés de leur arracher par la force leur dû seul façon de se débarrasser « d’1Sangsue » ils parlent alors de « coup d’état anti démocratique anticonstitutionnel » alors que tout le temps de leur règne ils ont « bafoué piétiné déchiré » la démocratie et leur constitution

    Nous disons et l’avions toujours dit rappelé et insistons ainsi avec leurs « fidèles klébars et doungourous » ils sont alors dans tous leurs états s’agitent tels des « Satan » et sont prêts à mettre leurs pays dans 1chaos indescriptible au lieu de s’en prendre à eux même d’avoir été incapables de répondre aux aspirations de leurs peuples à savoir « de vivre heureux de se développer dans la vraie démocratie d’équité de justice de l’égalité des chances » et de quitter le pouvoir dans le respect de la constitution

    Nous disons rappelons et insistons ainsi fini toujours le pouvoir héritage familiale clanique des démocraties bananières de « l’Afrique mutée émergente » des lettrés mutants africains politiques Hommes en armes sociétés civiles religieux usurpateurs sans vergogne du titre « d’intellectuel » et leurs « fidèles klébars et doungourous » tous membres de la « fameuse Union des Assoiffés des Avides ou UA »

Comments are closed.