Burundi: le vice-président de la Cour constitutionnelle en fuite

1
Burundi: le vice-président de la Cour constitutionnelle en fuite
A Bujumbura, dans le quartier de Musaga, la tension Ă©tait toujours perceptible, ce 4 mai 2015.
RFI/SR

DĂ©claration explosive du vice-prĂ©sident de la Cour constitutionnelle burundaise, alors que la situation reste tendue Ă  Bujumbura. Sylvère Nimpagaritse, le vice-prĂ©sident de la Cour constitutionnelle, saisie la semaine dernière pour se prononcer sur la lĂ©galitĂ© d’une troisième candidature du prĂ©sident Nkurunziza, dĂ©nonce justement les pressions exercĂ©es par le pouvoir. Il a fui le pays ce lundi 4 mai.

Cela va au-delà du simple coup d’éclat. Cette histoire va causer un véritable séisme, dans ce pays en proie à des manifestations contre le troisième mandat du président Pierre Nkurunziza justement, qui paralysent la capitale Bujumbura. Le vice-président de la Cour constitutionnelle du Burundi est formel, le non à un troisième mandat pour Pierre Nkurunziza aurait dû l’emporter sur un plan purement juridique.

Aujourd’hui, Sylvère Nimpagaritse est un homme qui a peur, un homme aux abois, rencontrĂ© juste avant qu’il ne prenne le chemin de l’exil. « Je crois que vous le sentez mĂŞme quand je m’exprime. J’ai peur. J’ai peur puisqu’ils commencent Ă  me menacer avec des coups de tĂ©lĂ©phone. Ils me disent que je vais assumer et que j’engage ma vie et celle de ma famille », confie-t-il.

La Constitution et les accords d’Arusha

Mais c’est Ă©galement un homme conscient, dit-il, de sa responsabilitĂ© devant l’histoire. M. Nimpagaritse explique que la Cour a commencĂ© Ă  dĂ©libĂ©rer sur ce cas jeudi. Ă€ ce moment dit-il, on Ă©tait quatre sur les sept membres de la Cour constitutionnelle du Burundi Ă  ĂŞtre contre un nouveau mandat du prĂ©sident Nkurunziza, parce que ce serait dit le juge, « violer la Constitution et l’accord de paix d’Arusha ».………………Lire la suite sur rfi.fr

PARTAGER

1 commentaire

  1. ca va finir comme au Rwanda ,mais il ne faudra pas accuse la France đź‘ż đź‘ż đź‘ż

Comments are closed.