Temps Forts >
Moussa Mara rebondit : « Je n’ai pas dit que l’avion d’ATT n’est pas une propriété du Mali »

Moussa Mara rebondit : « Je n’ai pas dit que l’avion d’ATT n’est pas une propriété du Mali ... (11)

Nouvelle réunion entre la médiation et la CMA sur fond de tensions dans le nord

Nouvelle réunion entre la médiation et la CMA sur fond de tensions dans le nord ... (7)

IBK, un symbole de la politique africaine  de Hollande sous le regard des juges anti- corruption

IBK, un symbole de la politique africaine de Hollande sous le regard des juges anti- corruption ... (25)

Les rebelles détiennent 19 soldats

Les rebelles détiennent 19 soldats (18)

il y a 2 années
 AFP

Centrafrique: la force multinationale d’Afrique centrale va envoyer des troupes

Decrease Font Size Increase Font Size Taille Police Imprimer

Une rue de Bangui

La force multinationale d’Afrique centrale (FOMAC), qui compte plusieurs centaines militaires en Centrafrique, va envoyer de nouvelles troupes pour sécuriser la capitale Bangui, a annoncé jeudi son commandant, le Général Jean-Félix Akaga.

« Bangui est sécurisée au maximum par les troupes » (de la FOMAC), mais « d’autres (troupes) vont arriver pour renforcer cette mission de sécurisation de Bangui », a déclaré le Général Akaga à la radio nationale centrafricaine.

Cette force multinationale, mise en place en 2008, avait pour mission d’aider à consolider la paix dans le pays miné par des années de guerres civiles et de nombreuses rébellions. Elle a compté jusqu’à 500 soldats en provenance du Gabon, de République Démocratique du Congo, du Tchad et du Cameroun. Elle avait commencé à se retirer progressivement de la Centrafrique, qu’elle était censée quitter définitivement avant le 31 décembre 2013.

La rébellion du Séléka (Alliance en sango, la langue nationale) a pris les armes le 10 décembre et a conquis d’importantes villes du nord et du centre de la Centrafrique. Elle menace désormais la capitale Bangui, bien qu’elle a affirmé ne pas vouloir attaquer la ville.

La rébellion a appelé mercredi le pouvoir du président François Bozizé à déposer les armes.

L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.