Côte d’Ioire: libération du ministre de la Défense qui a quitté Bouaké

3
Le ministre ivoirien de la Défense Alain Richard Donwahi
Le ministre ivoirien de la Défense Alain Richard Donwahi

Bouaké (Côte d’Ivoire) – Le ministre ivoirien de la Défense Alain Richard Donwahi, retenu près de deux heures samedi par des soldats mutins qui contrôlent Bouaké, la deuxième ville du pays, a été libéré et a quitté la ville, a constaté un photographe de l’AFP.

Ouvrez les portes, ils vont sortir, a hurlé un soldat juste avant que M. Donwahi et sa délégation ne quittent la résidence du sous-préfet où ils avaient été retenus pendant un peu plus de deux heures, pour se diriger à l’aéroport d’où son avion a décollé immédiatement.

Ni le ministre ni les représentants des mutins qui depuis vendredi dans plusieurs villes du pays réclament des améliorations de leur condition n’ont fait de déclaration à leur sortie.

M. Donwahi avait été retenu par des soldats mutins qui rejettent les termes de l’accord annoncé par le président Alassane Ouattara.

Juste après la déclaration du président Ouattara, ils ont empêché le ministre de la Défense et sa délégation de quitter la résidence du sous-préfet en tirant des rafales de Kalachnikov et des armes lourdes.

Je confirme mon accord pour la prise en compte des revendications relatives aux primes et à l’amélioration des conditions de vie des soldats, avait affirmé M. Ouattara, dans une brève déclaration retransmise par la télévision.

Ayant marqué mon accord, je demande à tous les soldats de regagner leurs casernes pour permettre l’exécution de ces décisions dans le calme, a-t-il poursuivi, sans préciser les termes de l’accord.

(©AFP / 07 janvier 2017 23h34)

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Soldats mutins…
    Autorités prises à partie…
    Tirs de kalash en l’air…

    C’est bizarre, ça me rappelle vaguement quelque chose. 😮

    Mais quoi?… 🙁 🙁 🙁

  2. Côte d’Ivoire : Mutinerie ou coup d’état ? 😕

    La rébellion s’étend alors que le président Ouattara annonce la conclusion d’un accord

    Malgré les signes de bonne volonté de Ouattara, la rébellion des militaires ivoiriens persiste et s’étend. Le déroulement des évènements nous rappelle bien d’autres évènements et ressemblent à quelque chose d’organisé. Avant de se demander qui est l’organisateur, Ouattara ferait bien de chercher à savoir quelle est la finalité de cette rébellion. Il ne doit pas oublier que l’un de ses prédécesseurs, Henri Konan Bédié, a perdu sa place à la suite d’une rébellion du même type et qui a abouti à un coup d’état. RI
    ***
    (Agence Ecofin) – La rebellion de militaires ivoiriens qui a commencé ce vendredi à Bouaké s’est étendue dans plusieurs villes du pays, y compris à Abidjan, au cœur même du Ministère de la défense où des coups de feu ont été entendus ce samedi. Les bâtiments de l’état-major de l’armée auraient été pris pour cibles.

    Le mouvement s’est maintenant répandu à Bouaké, Daloa et Daoukro, au centre du pays, à Khorogo et Odienné, dans le Nord, à Man et à Touleupleu, dans l’Ouest, ainsi qu’à Abidjan où la Garde présidentielle aurait pris position aux abords des trois ponts.

    Bouaké, Daloa et Korhogo seraient déjà sous le contrôle des rebelles.

    Les motivations évoqués par les mutins seraient liées à leurs revendications salariales et à des promesses non tenues de la part du gouvernement. Il s’agirait d’anciens membres des Forces Nouvelles, une coalition de mouvements rebelles qui était dirigée par Guilaume Soro, et qui a contrôlé le nord du pays pendant 5 ans, de 2002 à 2007.

    Face à cette situation, le président Ouattara est rentré du Ghana, où il assistait à la cérémonie d’investiture du président Akufo-Addo. Il aurait obtenu, dans la soirée, la conclusion d’un accord, selon l’AFP. « Je confirme mon accord pour la prise en compte des revendications relatives aux primes et à l’amélioration des conditions de vie des soldats » a déclaré le chef de l’Etat ivoirien.

    source:http://www.agenceecofin.com/politique/0701-43600-cote-d-ivoire-la-rebellion-s-etend-alors-que-le-president-ouattara-annonce-la-conclusion-d-un-accord

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here