Côte d’Ivoire: le Cojep demande la libération de Charles Blé Goudé

1
Charles Blé Goudé
REUTERS/

En Côte d’Ivoire, la direction du Cojep, le Congrès panafricain des jeunes et des patriotes, fondé par Charles Blé Goudé, a été reçue jeudi 31 janvier par le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko. La délégation du Cojep est allée demander la libération de son leader, au lendemain de la première audition sur le fond de Charles Blé Goudé, inculpé de «crimes de guerre».

Face au ministre ivoirien de l’Intérieur, accompagné notamment du conseiller du président Ouattara chargé de la jeunesse, une délégation de 13 membres de la direction du Cojep, conduite par le président par intérim du mouvement.

Joël Poté a d’emblée planté le décor, en demandant au chef de l’Etat de libérer Charles Blé Goudé, et en réaffirmant que le Cojep est « inscrit résolument dans le processus de paix et de réconciliation ». En demandant aussi « une loi d’amnistie générale pour libérer tous les prisonniers », afin a-t-il dit « d’apaiser le climat politique ».

Hamed Bakoyoko a été très clair : « Nous sommes tous engagés dans le processus de réconciliation. La réconciliation a ses exigences et ses contraintes. Charles Blé Goudé a été arrêté dans le cadre d’une procédure judiciaireEt la loi d’amnistie que vous demandez, a ajouté Hamed Bakayoko en s’adressant aux responsables du Cojep, est au bout d’un processus qui ne peut pas faire l’économie de la justice, de la repentance et du pardon ».

Le ministre Bakayoko a dit aux dirigeants du mouvement des jeunes patriotes avoir pris bonne note de leurs demandes et que les échanges restent ouverts. Hamed Bakayoko en a profité pour préciser que Charles Blé Goudé n’est pas détenu « de façon clandestine », c’est-à-dire dans un lieu secret. Précision du ministre ivoirien de l’intérieur, le leader des patriotes est en « résidence protégée ». Compte tenu de la personnalité de Charles Blé Goudé, « ce n’est pas évident d’assurer sa sécurité dans une maison d’arrêt ordinaire ».

Par RFI

PARTAGER

1 commentaire

  1. Ahmed Bakayoko ,si tu libers Blé goudé, on te tu! Si comme ces insensés ,tu pense que blé goudé est au dessus de la loi on te tu!
    Pas de regret, pas de repentance, blé goudé doit répondre de ses actes. Qu’il lui soit appliquer l'”article 125″!
    Vive la cote d’ivoire vive la justice!

Comments are closed.