Côte d’Ivoire: nouvelles attaques visant les forces de sécurité à Abidjan

2
Des soldats ivoiriens patrouillent dans le sud de la Côte d’Ivoire après des attaques visant les forces de sécurité, en août 2012
© AFP

ABIDJAN  – Les forces de sécurité ivoiriennes ont à nouveau été victimes jeudi soir d’attaques, à Abidjan, après un mois d’accalmie succédant à une série de violences en août, qui constituent le plus grave regain de tension en Côte d’Ivoire depuis la crise postélectorale de 2010-2011.

Deux commissariats de police et un poste de gendarmerie ont été attaqués par des hommes armés jeudi en début de soirée, dans la commune de Port-Bouët, dans le sud d’Abidjan. Ces attaques ont été confirmés par des sources de sécurité, qui n’étaient pas en mesure de donner immédiatement un premier bilan.

“J’étais chez mon oncle quand nous avons entendu une série de détonations, qui visaient la gendarmerie de Vridi. Nous nous sommes terrés dans les maisons”, a témoigné un jeune de Port-Bouët.

“Nous avons peur, personne ne sort plus dans la rue. Il y a encore des tirs de temps en temps. On voit des patrouilles de l’armée”, a témoigné une femme du même quartier.

Les trois sites attaqués, la gendarmerie de Vridi et deux commissariats dont celui de Gonzague-ville, sont distants de quelques kilomètres. Les tirs ont commencé avant 21H00 locales et GMT, selon les témoins.

Le calme était revenu vers 23H00 GMT et on n’entendait plus de détonations, selon des habitants joints par l’AFP.

Au moins une personne soupçonnée d’avoir participé aux violences a été arrêtée, selon une source de sécurité.

Ces attaques, survenant après un mois d’accalmie, se sont produites le jour même où une cérémonie militaire a rendu hommage, en présence du président Alassane Ouattara, à seize militaires victimes de précédents assauts contre les forces de sécurité.

“Je veux exprimer l’indignation et la ferme condamnation du gouvernement ivoirien face à ces attaques qui qui n’ont aucun fondement, qui ne peuvent prospérer. C’est inacceptable et aucun Ivoirien ne l’acceptera”, a déclaré jeudi à cette occasion le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko.

Une vague d’attaques avait déjà visé en août ces forces, à Abidjan, dans ses environs et dans l’ouest du pays, marquant le plus grave regain de tension en Côte d’Ivoire depuis la fin de la crise postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait quelque 3.000 morts.

Elles avaient été attribuées par les autorités à des partisans de l’ancien président Laurent Gbagbo – des civils et des militaires, policiers ou gendarmes -, ce que dément le parti de l’ex-chef de l’Etat, le Front populaire ivoirien (FPI).

Ces violences ont été suivies de l’arrestation de plusieurs hauts responsables du camp Gbagbo, dont le secrétaire général du FPI, Laurent Akoun, condamné à six mois de prison ferme pour “trouble de l’ordre public”.

Cinquante-quatre civils et 19 militaires ont aussi été arrêtés et sont inculpés, notamment pour “attentat contre la sûreté de l’Etat”, à la suite de ces attaques.

Les attaques de jeudi soir ont également eu lieu au lendemain de la commémoration du dixième anniversaire du déclenchement de la rébellion contre l’ancien président Laurent Gbagbo.

Le processus de réconciliation paraît en panne en Côte d’Ivoire. Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, Bert Koenders, a appelé cette semaine à “relancer un véritable dialogue politique dans le pays”.

Le président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR), l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny, avait aussi exhorté fin août le président Alassane Ouattara à prendre des “initiatives” pour relancer le dialogue.

 

AFP/ 21/09/2012

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Rira bien qui rira le dernier
    Celui qui n’a pas traversé le fleuve ne doit rire de celui qui se noie
    Alassane tu as mis le feu dans notre chère partie le Mali, seulement Dieu n’a pas voulu, donc prépare toi à des conséquences de tes actes qui vont inchalah te coûté la peau. Nous les Maliens sont convaincus que ces différentes vaques d’attaques finiront par t’emporter
    Celui qui regnera par les armes, périra par les armes, demande à Alpha Blondi qui chante cela
    Ce beau peuple Malien ta supporté contre Bagbgo, et c’est comme ça que tu nous recompense, même l’enfer a peur des ingrats

  2. La CEDEAO doit convoquer une réunion d’urgence à Bamako et décider du remplacement des forces de l’ONUCI par les les focrces de la CEDEAO afin de sécuriser les institution de la cote d’Ivoire.

Comments are closed.