Temps Forts >
Général Sada Samaké : un mauvais orateur, mais pas forcément un mauvais ministre !

Général Sada Samaké : un mauvais orateur, mais pas forcément un mauvais ministre ! ...

Ere IBK : scandales en cascade

Ere IBK : scandales en cascade (9)

Référendum: La Grèce a fait un « pas vers la sortie de la Zone Euro », selon Moscou

Référendum: La Grèce a fait un "pas vers la sortie de la Zone Euro", selon Moscou ... (2)

L’ancien diplomate Laurent Bigot : « La France se moque de l’Afrique »

L’ancien diplomate Laurent Bigot : « La France se moque de l’Afrique » ... (43)

il y a 3 années
 AFP

Crash d’un avion militaire algérien: les corps des six victimes rapatriés

Decrease Font Size Increase Font Size Taille Police Imprimer

Les enquêteurs inspectent des débris de l’avion algérien qui s’est écrasé à Trélans, le 10 novembre 2012 en Lozère
© AFP

Les corps des six personnes décédées vendredi dans le crash d’un avion de transport de fret militaire algérien en Lozère seront rapatriés mercredi en Algérie, a-t-on appris mardi auprès du procureur de la République de Mende, Samuel Finielz.

Les six corps se trouvent actuellement à Nîmes, où une cérémonie en leur hommage est organisée mardi après-midi par le consulat d’Algérie, a-t-on appris auprès de la préfecture.

L’accident s’est produit vendredi en milieu d’après-midi. Pour une raison encore inconnue, l’appareil, un bimoteur de type CASA C-295, transportant une cargaison de papier fiduciaire pour la fabrication de billets pour la Banque d’Algérie, s’est disloqué en plein vol.

Cinq militaires et un représentant de la Banque d’Algérie se trouvaient à bord de l’appareil. Quatre corps ont été découverts dès vendredi et les deux derniers samedi en fin d’après-midi lors du relevage de la carlingue.

Dans la matinée de samedi, les enquêteurs de la gendarmerie de l’Air ont localisé la boîte noire qui devrait livrer de précieuses informations sur les circonstances exactes de l’accident.

Des enquêteurs algériens du ministère de la Défense sont également arrivés samedi sur les lieux.

Enfin, des enquêteurs espagnols du constructeur de l’appareil, Airbus Military, filiale madrilène d’EADS, se sont rendus eux aussi en Lozère pour essayer de déterminer les causes du crash.

L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.