Crise libyenne / L’indignation cubaine

0

Dans une déclaration en date du 3 septembre 2011, le ministère cubain des Affaires étrangères a reiteré le droit du peuple libyen et la Libye à l’indépendance, à l’autodétermination,  à la souveraineté sur leurs ressources naturelles et à l’intégrité de leur territoire. La déclaration exige aussi la cessation immédiate de l’agression de l’Otan contre le peuple libyen et lance un appel à la communauté internationale pour éviter une nouvelle guerre dévastatrice contre la Syrie.

Dans une déclaration en date du 3 septembre 2011, Le ministère cubain des Affaires étrangères dit qu’il a procédé au retrait de son personnel diplomatique de la Libye, où selon lui, l’intervention étrangère et l’agression militaire de l’otan ont aggravé le conflit et ont empêché le peuple libyen d’avancer vers une solution négociée et pacifique en plein exercice de son autodétermination.

Cette précision faite, la déclaration indique que « La République de Cuba ne reconnaît ni le Conseil national de transition ni aucune autorité provisoire, et elle ne reconnaîtra qu’un gouvernement constitué dans ce pays de façon légitime et sans intervention étrangère, par le biais de la volonté libre, souveraine et unique du peuple frère de Libye”. Félicitant l’Ambassadeur Victor Ramirez Pena et le Premier secrétaire Armando Pérez Suarez pour leur conduite irréprochable, la déclaration rappelle qu’ils ont été témoins directs des bombardements de l’Otan contre des objectifs civils et de la mort de personnes innocentes. “ Sous le prétexte grossier de la protection de civils, l’Otan a assassiné des milliers d’entre eux ; elle a ignoré les initiatives constructives de l’Union africaine et d’autres pays, et elle a même violé les résolutions contestables qu’elle a imposées au Conseil de sécurité, en particulier avec les attaques contre des objectifs civils, avec le financement et la livraison d’armements à une partie, ainsi qu’avec le déploiement de personnel opératif et diplomatique sur le terrain”, déplore la déclaration.

Avant d’accuser les Nations unies qui “ont ignoré la clameur de l’opinion publique internationale en faveur de la défense de la paix, et elles se sont faites les complices d’une guerre de conquête”. Après avoir indiqué que rien ne peut justifier l’assassinat de personnes innocentes, le ministère des Affaires étrangères de Cuba réclame la cessation immédiate des bombardements de l’Otan qui continuent de faucher des vies. Il réaffirme qu’il est urgent que l’on permette au peuple libyen de trouver une solution pacifique et négociée, sans ingérence étrangère, en plein exercice de son droit inaliénable à l’indépendance et à l’autodétermination, à la souveraineté sur ses ressources naturelles et à l’intégrité de son territoire. La déclaration dénonce la conduite de l’OTAN qui a pour objectif de créer des conditions similaires pour une intervention en Syrie. De façon solennelle Cuba réclame la fin de l’ingérence étrangère dans ce pays arabe et appelle la communauté internationale à prévenir une nouvelle guerre. Le ministère des Affaires étrangères de Cuba invite les Nations unies à remplir leur devoir de sauvegarde de la paix. 

    Assane koné

 

Commentaires via Facebook :

PARTAGER