Croissance: le FMI exhorte UE et Etats-Unis √† lever les “incertitudes” sur la reprise

0
Le siège du FMI à Washington
© AFP

OKYO (AFP) – (AFP) – Le Fonds mon√©taire international a bross√© mardi un sombre tableau de l’√©conomie mondiale et exhort√© l’Union europ√©enne et les Etats-Unis √† agir d’urgence pour faire face aux “risques consid√©rables” et lever les “incertitudes” qui p√®sent encore sur la reprise.

Signe de ce regain de pessimisme, le FMI a de nouveau abaissé ses prévisions de croissance mondiale, à 3,3% en 2012 (contre 3,5% attendu initialement en juillet) et à 3,6% en 2013 (contre 3,9%), dans son rapport semestriel publié à Tokyo avant son assemblée générale.

Pointant du doigt une mont√©e des “risques de d√©gradation”, le Fonds pr√©vient qu’un taux de ch√īmage √©lev√© devrait continuer √† s√©vir dans “beaucoup d’endroits” du globe, notamment en Europe, et estime que la confiance dans le syst√®me financier demeure “exceptionnellement fragile”.

“La question-cl√© est de savoir si l’√©conomie mondiale traverse simplement une nouvelle zone de turbulences (…) ou si le ralentissement actuel pourrait durer”, souligne le FMI, ajoutant que la r√©ponse √©tait maintenant entre les mains des gouvernements en Europe et aux Etats-Unis.

Selon le Fonds, l’Union europ√©enne (UE) doit rapidement “mettre sur pied” son nouveau fonds de secours, faire avancer “une union bancaire” actuellement balbutiante et amorcer “une plus grande int√©gration budg√©taire”.

“La crise dans la zone euro reste la plus claire menace sur les perspectives mondiales”, assure le Fonds, qui participe aux trois plans d’aide en cours dans la r√©gion (Gr√®ce, Irlande, Portugal).

L’assainissement des finances publiques doit par ailleurs se poursuivre en Europe m√™me si, admet le FMI, il s’accompagne parfois “d’une croissance d√©cevante ou de r√©cessions”.

“M√™me si la r√©duction des d√©ficits est n√©cessaire, il ne fait aucun doute qu’elle p√®se sur la demande”, a d√©clar√© le chef √©conomiste du FMI, Olivier Blanchard, ajoutant que tout √©tait affaire de “rythme”.

“C’est un marathon, pas un sprint (…). Il ne faut pas agir trop vite ni trop lentement”, a-t-il d√©clar√© lors d’une conf√©rence de presse.

Se tournant de l’autre c√īt√© de l’Atlantique, le FMI appelle √©galement les Etats-Unis √† “√©carter tr√®s vite la menace” pos√©e par le “mur budg√©taire” (“fiscal cliff”), l’expression qui d√©signe l’entr√©e en vigueur d’ici √† la fin de l’ann√©e de hausses d’imp√īts conjugu√©es √† une baisse draconienne des d√©penses publiques.

“Si les l√©gislateurs (am√©ricains) √©chouent, l’√©conomie am√©ricaine pourrait retomber en r√©cession avec des cons√©quences catastrophiques sur le reste du monde”, souligne le Fonds.

Dans son rapport, le FMI se f√©licite qu’une fois encore l’activit√© dans les pays √©mergents devrait rester “solide” dans les ann√©es √† venir, en d√©pit d’un l√©ger ralentissement observ√© r√©cemment en Chine, en Inde ou au Br√©sil, et provoqu√© en partie par la crise de la zone euro.

“Nous ne voyons √ßa comme des signes d’un atterrissage difficile dans aucun de ces pays”, a estim√© M. Blanchard, tout en pr√©venant que la croissance chez les principaux √©mergents serait pendant “un certain temps” moins forte qu’au cours de ces derni√®res ann√©es.

Les pays √©mergents, qui devraient conna√ģtre une croissance de 5,3% cette ann√©e, devront conserver une “situation budg√©taire solide” et “maintenir l’inflation √† un taux mod√©r√©”, recommande le FMI dans son rapport.

Tout en relevant que certains d√©s√©quilibres mondiaux ont “diminu√©”, le Fonds note que les exc√©dents commerciaux de certains pays Asie restent encore “trop forts” alors que leur monnaie reste trop faible, une allusion transparente √† la sous-√©valuation du yuan chinois.

Enfin, le Fonds rel√®ve un autre risque “important” qui p√®se sur l’√©conomie mondiale: les tensions g√©opolitiques au Moyen-Orient, notamment en Iran, qui pourraient doper les prix du baril de brut.

APF /06:30 – 09/10/12

PARTAGER