Décès en Israël de l’ex-ministre ivoirien Paul Antoine Bohoun Bouabré

0
1
Dakar, 15 décembre 2004. Le ministre Paul Antoine Bohoun Bouabré, alors ministre des Finances. © AFP/ Seyllou

Paul Antoine Bohoun Bouabré, ancien ministre de l’Économie et des Finances de Laurent Gbagbo, est décédé le 11 janvier 2012, dans la nuit de mardi à mercredi, à Jérusalem, en Israël, des suites d’une maladie. Il allait avoir 55 ans en février prochain. Le nom de cet économiste avait été régulièrement cité dans la disparition du journaliste franco-canadien Guy-André Kieffer.

Paul Antoine Bohoun Bouabré a vécu la première décennie des années 2000 dans les allées du pouvoir. Son dernier poste important est celui de ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement. Mais il est surtout connu pour avoir été ministre de l’Economie et des finances de 2000 à 2005, donc grand argentier de l’Etat lors des cinq premières années de pouvoir de l’ex-président Laurent Gbagbo.

Ce cacique du régime Gbagbo était visé par un mandat d’arrêt international émis par la justice ivoirienne pour des crimes commis lors de la crise post-électorale, qui a pris fin il y a neuf mois. Ses avoirs étaient gelés dans ce cadre et une demande, qu’il aurait introduite auprès des nouvelles autorités pour que l’Etat prenne en charge ses soins, aurait été rejetée.

Cet originaire de la région d’Issia, au centre de la Côte d’Ivoire, avait été entendu  par la justice française en avril 2009, de même que Simone  dans l’affaire de la disparition du journaliste franco-canadien, Guy-André Kieffer, en avril 2004 alors que le journaliste enquêtait sur la gestion de la filière cacao.

Et coïncidence, « Petit Paul », comme on l’appelait dans sa région d’origine, est mort le jour où sont attendus les résultats des tests ADN des échantillons prélevés vendredi dernier sur un squelette découvert près d’Issia, un squelette qui pourrait être celui de Guy-André Kieffer.

Même malade et en exil, Paul Antoine Bohoun Bouabré était encore sur le papier président du Conseil général du département d’Issia.

source: rfi.fr

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.