Des prisonniers condamnés pour le meurtre de Laurent Désiré Kabila espèrent toujours l’amnistie

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Laurent-Désiré Kabila le 30 avril 1997 à Kisangani.

Près de douze ans après l’assassinat de Laurent Désiré Kabila en janvier 2001, une trentaine de condamnés croupissent toujours dans la prison centrale de Makala pour participation au meurtre de l’ancien chef d’Etat. Pourtant, une loi d’amnistie couvrant, entre autres, les infractions politiques avait été votée en décembre 2005. Les avocats des condamnés dans cette affaire ne cessent de réclamer l’application de cette loi pour leurs clients. Maître Hubert Efolé défend deux d’entre eux, Nono Lutula et le général Jean Yav. Il a écrit une lettre, le mois dernier, à la ministre de la Justice et des Droits humains, pour l’instant restée sans réponse.

Me Hubert Efolé

Avocat de deux condamnés

Le seul élément qui empêche que mes clients bénéficient de cette loi d’amnistie, c’est une lettre du ministre de la Justice de l’époque…

RFI /06/11/2012