Turquie : Erdogan reprend la main après le putsch avorté

0
Recep Erdogan a déclaré : il « y a en Turquie un gouvernement et un président élus par le peuple » et « si Dieu le veut, nous allons surmonter cette épreuve » © Turkish Presidency / Yasin Bulbu
Recep Erdogan a déclaré : il « y a en Turquie un gouvernement et un président élus par le peuple » et « si Dieu le veut, nous allons surmonter cette épreuve » © Turkish Presidency / Yasin Bulbu

Le président turc sort renforcé de la tentative de coup d’État. 265 personnes (putschistes et civils) ont été tuées et 1 440 blessées.
PAR LE POINT.FR

18 h 30 – Le point sur la situation à 18 h 30

Le bilan humain d’une nuit d’affrontements à Ankara et Istanbul entre les militaires rebelles, les troupes fidèles au régime et les dizaines de milliers de personnes descendues dans les rues a été particulièrement lourd: 161 morts et 1 440 blessés dans les forces loyalistes et chez les civils, tandis que, d’après le chef de l’armée, 104 insurgés ont été abattus.

2 839 militaires ont été arrêtés en liaison avec ce coup d’État avorté, a révélé le chef du gouvernement turc, selon lequel « ces lâches se verront infliger la peine qu’ils méritent ». La Turquie a en outre demandé à la Grèce l’extradition de huit putschistes ayant fui à bord d’un hélicoptère.

La base turque d’Incirlik a été privée d’électricité et il n’était plus possible d’y accéder ou d’en sortir, ont annoncé les États-Unis, qui ont en conséquence suspendu leurs opérations aériennes contre le groupe État islamique, ces installations étant utilisées par la coalition internationale pour lutter contre les djihadistes en Syrie.

La communauté internationale derrière Erdogan. Le président américain Barack Obama, qui a convoqué ses conseillers en matière de sécurité et de diplomatie, a appelé à soutenir le gouvernement turc « démocratiquement élu », tout comme l’Union européenne. Mais la chancelière allemande Angela Merkel a demandé à Recep Tayyip Erdogan de traiter les putschistes en conformité avec l’État de droit. Barack Obama a également exhorté toutes les parties à respecter “l’état de droit” après le putsch.

Les vols des compagnies aériennes américaines vers Istanbul et Ankara ont été suspendus, de même que la plupart de ceux de l’allemande Lufthansa. Et le président Vladimir Poutine a ordonné d’aider au retour des Russes actuellement en vacances sur le territoire turc.

18 h 19 – Arrestation d’un juge de la Cour constitutionnelle

Un juge de la Cour constitutionnelle, la juridiction suprême en Turquie, a été arrêté à la suite de l’échec du putsch samedi, a annoncé une chaîne de télévision turque. Alparslan Altan a été placé en détention pour des raisons qui n’ont pas été précisées, a ajouté la télévision NTV.

18 h 17 – Merkel appelle Erdogan à traiter les putschistes en respectant l’État de droit

La chancelière allemande Angela Merkel a condamné samedi “de la façon la plus forte” la tentative avortée de putsch contre le président turc Recep Tayyip Erdogan, mais a appelé ce dernier à traiter les putschistes en respectant les règles de l’État de droit. “Au nom de tout le gouvernement (allemand), je condamne de la façon la plus forte” la tentative de renverser “avec violence” le gouvernement turc élu, a indiqué la chancelière lors d’une allocution à Berlin. Le traitement “des responsables des événements tragiques de la nuit dernière peut et ne devrait se faire qu’aux termes des règles de l’État de droit”.

16 h 58 – Les missions américaines contre l’EI suspendues

Les missions aériennes américaines contre le groupe État islamique depuis la base aérienne turque d’Incirlik ont été suspendues du fait d’une fermeture de l’espace aérien, a indiqué un responsable américain.

16 h 12 – Hollande s’attend à “des répressions” en Turquie

Il y aura “sans doute des répressions” après le coup d’État militaire en Turquie, “qui n’a pas heureusement prospéré”, a déclaré François Hollande ce samedi lors d’un déplacement au Quai d’Orsay. “Si le président (Recep Tayyip Erdogan) a rétabli entièrement la situation – je crois que c’est le cas -, on va avoir une période à la fois de grande accalmie, mais enfin il y aura sans doute des répressions, j’imagine qu’il va y avoir un certain nombre de militaires qui vont devoir répondre de ce qu’ils ont fait ou de ce qu’ils n’ont pas fait”, a déclaré le chef de l’État devant une poignée de journalistes, lors d’une visite de la cellule interministérielle d’aide aux victimes.

15 h 55 – Les États-Unis suspendent les vols avec la Turquie

Les autorités américaines ont suspendu les vols des compagnies aériennes américaines vers Istanbul et Ankara et interdisent tous les vols en provenance de la Turquie, qu’ils soient avec ou sans escale. L’ambassade des États-Unis à Ankara, qui, depuis le début de la tentative de putsch vendredi, essaye d’informer en temps réel les ressortissants américains sur les réseaux sociaux, indique que les autorités américaines de l’aviation civile (FAA) ont “interdit tous les vols de ou vers Istanbul et Ankara”. L’ambassade souligne en particulier que la sécurité à l’aéroport Atatürk d’Istanbul “est considérablement diminuée”. Elle a interdit à tout fonctionnaire américain de l’utiliser.

15 h 35 – Conseil de sécurité à la Maison-Blanche

Obama réunit son conseil de sécurité ce samedi après la tentative de putsch.

15 h 22 – Poutine veut le retour des touristes russes

Vladimir Poutine a ordonné au gouvernement russe d’aider au retour dans leur pays des touristes russes se trouvant actuellement en Turquie. “Le président Poutine a ordonné au ministère des Transports et aux autres agences d’informer correctement les passagers et d’organiser leurs vols retour depuis les aéroports turcs”, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l’agence Interfax. Les compagnies aériennes russes n’opèrent pas actuellement de vols vers la Turquie, mais en rapatrient les touristes.

14 h 37 – Annulation des vols vers la Turquie

La compagnie aérienne allemande Lufthansa a indiqué qu’elle annulait huit de ses dix vols prévus dans l’après-midi entre l’Allemagne et la Turquie, après en avoir déjà supprimé une dizaine la veille à la suite de la tentative de putsch militaire manquée. Seuls deux vols vers les stations balnéaires de Bodrum et Antalya décolleront samedi, a indiqué à l’Agence France-Presse un porte-parole du géant de l’aérien. La compagnie décidera dans la soirée si elle maintient ou supprime encore des vols dimanche, a-t-il ajouté.

14 h 27 – L’OL rentre en France

La délégation lyonnaise a quitté en début d’après-midi l’hôtel Marriott Asia, dans la partie asiatique d’Istanbul, et doit prendre un vol en direction de Lyon à 16 heures, a informé le club sur son site internet, après l’annonce de l’annulation de son match amical. L’OL était arrivé à Istanbul vendredi après-midi et s’était entraîné au centre technique de Fenerbahçe en fin de journée. La délégation avait été assistée par une escorte policière durant la nuit. Elle devrait arriver en France dans la soirée.

14 h 15 – Washington va assister la Turquie dans l’enquête

En début d’après-midi, John Kerry, chef de la diplomatie américaine, a assuré que Washington allait assister la Turquie dans l’enquête sur la tentative de coup d’État. En parallèle, les États-Unis invitent les autorités turques à présenter des preuves contre l’opposant Fethullah Gülen, tout en indiquant qu’aucune demande d’extradition ne leur a été faite par les autorités turques.

13 h 56 – Le bureau d’Erdogan détruit

Le bureau du Premier ministre turc au sein du Parlement a été dévasté par les bombardements.

13 h 30 – Turquie : le point sur la situation

Des militaires ont tenté de renverser le gouvernement d’Erdogan. Dans la nuit de vendredi à samedi, de nombreuses attaques ont été perpétrées à Ankara et à Istanbul, créant une immense confusion dans le pays. De nombreux habitants sont descendus dans la rue à l’appel d’Erdogan pour éviter un coup d’État.

Échec du coup d’État. Tôt dans la matinée, de nombreux militaires ont fini par se rendre. Selon le premier bilan du Premier ministre turc, 2 839 soldats ont été arrêtés. Huit militaires ont pris la fuite en Grèce et y ont demandé l’asile. Selon le gouvernement, la situation est “entièrement maîtrisée”.

Un bilan très lourd. Au total, 1 440 personnes ont été blessées et 161 autres tuées (sans compter les 104 putschistes) durant la tentative de coup d’État. La France “espère que la démocratie turque sortira renforcée” après “la tentative de coup de force contre son ordre constitutionnel et démocratique”, a indiqué dans la matinée le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault.

11 h 31 – Jean-Marc Ayrault “espère que la démocratie turque sortira renforcée”

La France “espère que la démocratie turque sortira renforcée” après “la tentative de coup de force contre son ordre constitutionnel et démocratique”, a indiqué ce samedi le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault. Dans un communiqué, le ministre a ajouté former “le voeu que le calme puisse revenir très vite” et espérer “que les libertés fondamentales seront pleinement respectées” après ces événements qui appellent “la plus ferme condamnation de la France”. “La population turque a montré sa grande maturité et son courage, en s’engageant pour le respect de ses institutions. Elle en a payé le prix avec de très nombreuses victimes”, a-t-il déclaré.

11 h 29 – La session du Comité du patrimoine mondial suspendue

La session du Comité du patrimoine mondial, réuni depuis dimanche à Istanbul (Turquie), est “suspendue jusqu’à nouvel ordre”, a indiqué l’Unesco sur son site internet, à la suite de la tentative sanglante de putsch militaire menée dans la nuit de vendredi à samedi. “Merci de noter que la 40e session du Comité du patrimoine mondial est suspendue jusqu’à nouvel ordre. De plus amples informations seront transmises dès que possible”, pouvait-on lire samedi matin sur la page internet de l’organisation internationale. L’examen de la demande de classement d’une série de 17 sites de l’architecte franco-suisse Le Corbusier, qui était prévu samedi, est ainsi repoussé à une date ultérieure. Même chose pour la candidature de la chaîne des Puys et de la faille de la Limagne, qui devait être à son tour examinée dimanche matin.

11 h 24 – Une “tache” pour la démocratie turque

La tentative de putsch est une “tache” pour la démocratie turque, a indiqué le Premier ministre turc, qui estimait ce samedi en fin de matinée que la situation était “entièrement sous contrôle”.

11 h 08 – Le match amical Fenerbhçe-OL annulé

La rencontre amicale opposant le club stambouliote de Fenerbahçe à l’OL ce samedi à 20 h 45 a été annulée, en raison du contexte politique turc, quelques heures seulement après la tentative de coup d’état. Dans la soirée, Jean-Michel Aulas, président du club de l’OL, avait déclaré sur RMC Sport que les joueurs étaient en sécurité dans leur hôtel à Istanbul et étaient en contact avec le quai d’Orsay.

11 h 07 – Moscou inquiète pour la stabilité de la région

La tentative de coup d’État en Turquie accroît la menace sur la stabilité régionale et internationale, a indiqué ce samedi le ministère russe des Affaires étrangères. “Moscou est très inquiet au vu des derniers événements en Turquie”, a fait savoir le ministère dans un communiqué. “Cette soudaine flambée de la situation politique, sur fond de menaces terroristes existant dans ce pays et du conflit armé dans cette région, contribue à accroître les risques pour la stabilité régionale et internationale”, indique le ministère.

10 h 05 – La tentative de putsch mise en échec, 104 putschistes abattus

La tentative de putsch militaire qui a secoué la Turquie dans la nuit de vendredi à samedi a été mise en échec, a annoncé le général Ümit Dündar, chef de l’armée turque par intérim, indiquant que 104 putschistes avaient été abattus. Ce dernier a confirmé que 90 personnes – 41 policiers, 2 soldats et 47 civils – “sont tombées en martyres” dans les violences. La présidence turque a de son côté exhorté les Turcs sur Twitter à rester dans les rues, mettant en garde contre une “nouvelle flambée”.

 09 h 19 – Nouveau bilan : au moins 90 morts

Au moins 90 personnes ont été tuées et plus de 1 150 blessées au cours de la tentative de putsch militaire menée dans la nuit en Turquie, a rapporté samedi l’agence pro-gouvernementale Anadolu. Un précédent bilan officiel faisait état d’au moins 60 morts dans cette tentative qui semblait samedi matin être largement matée avec la reddition de la plupart des militaires rebelles aux commandes d’avions de chasse et de chars.

09 h 02 – Le coup d’État en Turquie semble avoir échoué

Un groupe de putschistes de l’armée a tenté de prendre le pouvoir en Turquie, entraînant une violente riposte d’Ankara dans la nuit de vendredi à samedi avec des affrontements qui ont fait au moins 60 morts, civils et policiers. Après que son Premier ministre Binali Yildirim a assuré que tout était “largement sous contrôle”, le président turc Recep Tayyip Erdogan était moins affirmatif, déclarant samedi avant l’aube qu’il “y a en Turquie un gouvernement et un président élus par le peuple” et que “si Dieu le veut, [ils] surmonte[ront] cette épreuve”. La situation dans ce grand pays de 80 millions d’habitants, membre-clé de l’Otan, reste néanmoins confuse. Des coups de feu sporadiques étaient toujours audibles au petit matin dans plusieurs quartiers d’Ankara et d’Istanbul, après une nuit marquée par des explosions causées, selon les médias, par des bombardements aériens. Le point sur la situation en Turquie samedi à 8 heures du matin.

09 h 19 – Nouveau bilan : au moins 90 morts

Au moins 90 personnes ont été tuées et plus de 1 150 blessées au cours de la tentative de putsch militaire menée dans la nuit en Turquie, a rapporté samedi l’agence pro-gouvernementale Anadolu. Un précédent bilan officiel faisait état d’au moins 60 morts dans cette tentative qui semblait samedi matin être largement matée avec la reddition de la plupart des militaires rebelles aux commandes d’avions de chasse et de chars.

09 h 02 – Le coup d’État en Turquie semble avoir échoué

Un groupe de putschistes de l’armée a tenté de prendre le pouvoir en Turquie, entraînant une violente riposte d’Ankara dans la nuit de vendredi à samedi avec des affrontements qui ont fait au moins 60 morts, civils et policiers. Après que son Premier ministre Binali Yildirim a assuré que tout était “largement sous contrôle”, le président turc Recep Tayyip Erdogan était moins affirmatif, déclarant samedi avant l’aube qu’il “y a en Turquie un gouvernement et un président élus par le peuple” et que “si Dieu le veut, [ils] surmonte[ront] cette épreuve”. La situation dans ce grand pays de 80 millions d’habitants, membre-clé de l’Otan, reste néanmoins confuse. Des coups de feu sporadiques étaient toujours audibles au petit matin dans plusieurs quartiers d’Ankara et d’Istanbul, après une nuit marquée par des explosions causées, selon les médias, par des bombardements aériens. Le point sur la situation en Turquie samedi à 8 heures du matin.

PARTAGER