Dix personnes abattues dans un pub dans le centre du Nigeria

Commentaires fermés [-] Texte [+] Email Imprimer

Les drapeaux du Nigeria et de la police nigériane
© AFP

Des hommes armés, vêtus d’uniformes militaires selon des témoins, ont tiré sur les clients d’un pub, faisant dix morts, dans la ville de Barkin Ladi, dans le centre du Nigeria, théâtre d’affrontements meurtriers réguliers entre chrétiens et musulmans, a annoncé mardi un porte-parole militaire.

« Les hommes armés ont tiré à l’aveugle sur les clients, en tuant huit sur le coup, et deux autres sont morts ultérieurement des suites de leurs blessures », a précisé le capitaine Salisu Ibrahim Mustapha.

La fusillade a eu lieu tard lundi soir dans la région de Barkin Ladi, majoritairement chrétienne, dans l’Etat du Plateau, a précisé le porte-parole. L’Etat du Plateau se situe dans la zone de contact entre le Nord majoritairement musulman et le sud à dominante chrétienne.

Selon plusieurs habitants et un militant chrétien, les hommes armés étaient vêtus d’uniformes militaires.

« Il y a eu une attaque contre un débit de boisson à Heipan », un quartier de Barkin Ladi, « la nuit dernière, par cinq hommes armés vêtus d’uniformes de l’armée », a déclaré à l’AFP ce militant, membre de la Fondation Stefanos, Mark Lipdo.

Le capitaine Mustapha a démenti que des soldats aient été impliqués dans la fusillade.

Des actes de violences sont régulièrement commis par des criminels habillés en soldats ou en policiers

L’Etat du Plateau est fréquemment le théâtre de heurts entre des éleveurs de bétail musulmans fulani et des communautés chrétiennes.

Les affrontements entre des Fulani et des membres de l’ethnie chrétienne Birom ont fait des centaines de morts ces dernières années. Les Birom accusent les Fulani de s’approprier les terres fertiles de la région alors que les Fulani se disent marginalisés et privés de leurs droits élémentaires par les dirigeants de l’Etat, majoritairement chrétiens.

Le groupe islamiste Boko Haram a par ailleurs perpétré à plusieurs reprises des attentats dans la région. Ce groupe « lance des attaques généralisées et systématiques ayant entraîné la mort de plus de 1.200 civils chrétiens et musulmans » depuis 2009, selon le bureau du procureur de la Cour pénale internationale.

SOURCE:  du   27 nov 2012.