Election présidentielle sénégalaise: Wade – Sall : duel entre l’original et la copie !

1
0

Les leaders de l’opposition sénégalaise qui n’ont rien en commun que leur commune aversion au président Wade iront- -ils jusqu’au bout de leur détermination pour soutenir Macky Sall jusqu’à la victoire finale ? Il est permis d’en douter.

Les résultats issus du premier test à l’élection présidentielle ont sans doute ruiné tous les espoirs du camp Wade de remporter haut les mains la victoire dès le premier tour et en se mettant du coup à l’abri de toutes les incertitudes et autres surprises désagréables qui pourraient surgir au lendemain d’un scrutin assez mouvementé depuis plusieurs jours.

Si les Sénégalais ont respecté un silence détonnant pendant le jour du vote —à la surprise générale pourrait-on dire-, il n’est pas encore exclu de voir la rue s’enflammer à nouveau, si d’aventure les résultats n’exprimeraient pas la volonté réelle de tous les électeurs sénégalais, toutes tendances confondues. Mais pour le moment, nous n’en sommes pas encore là. Le commentaire étant libre, les supputations vont bon train sur les chances réelles ou virtuelles sur chacune des parties en lice pour le second tour.

Mais en réalité Macky Sall a t-il réellement la baraka nécessaire de remporter ce jackpot face au dinosaure Wade, et qui plus est fut pendant de longues années son mentor et bienfaiteur, l’ayant permis à cinquante ans seulement de gravir gaillardement toutes les marches de la haute administration sénégalaise ?

Son appartenance à la galaxie du chef du « SOPI » depuis  toutes ces années fait dire à beaucoup de personnes que dans le cas de figure d’un second tour, l’on sera naturellement en face de l’original et de sa copie. Ceci expliquant bien cela, les opposants qui n’ont rien d’autre en commun que leur commune aversion à l’égard d’Abdoulaye Wade voteront-ils tous pour Macky Sall ? Ont-ils en réalité une réelle emprise sur leur électorat composé en majorité de jeunes à la conscience politique quelque peu balbutiante, c’est-à-dire  des jeunes le plus souvent immatures qui accepteront sans coup férir toutes les consignes de vote émanant de leurs partis respectifs ?

Quand on sait par ailleurs que partout en Afrique, le pouvoir dispose de sérieux et puissants arguments à sa portée pour détourner plusieurs d’entre eux, et cela dans un pays où le chômage a pris voici quelques années déjà un vrai caractère endémique. En dépit des efforts palpables déployés par le président Wade pour le juguler. D’autre part, est-ce que le candidat Macky se positionne réellement comme celui de la « rupture » face au président sortant et candidat à sa propre succession ?

Voilà en effet les principales questions qui taraudent aujourd’hui les esprits de tous ceux qui suivent avec un réel intérêt cette élection présidentielle sénégalaise.

 

Une institution vilipendée, humiliée …. !

 

Devant la détermination ou l’obstination (c’est selon…) du clan Wade à briguer coûte que coûte ce troisième mandat, il est peu de dire que le pouvoir ne reculera devant rien pour assurer la victoire à son candidat. Mais de là à affirmer que les jeux sont déjà faits, ou que les carottes sont cuites pour Macky, de nombreux analystes ont déjà franchi ce pas. Du coup, il n’est pas superflu de penser comme certains que l’on s’achemine inéluctablement vers un fort taux d’abstentions pour la simple raison que de nombreux électeurs du camp opposé à Wade ne vont pas vouloir légitimer par leurs actes par un simulacre de vote au second tour du scrutin.

Cette crainte réelle devant la probabilité du « fait accompli » pourrait sans doute constituer le véritable tournant de cette élection. Un tel boycott, s’il avait lieu, ne pourra donc que profiter dans ses plus grandes largeurs au camp Wade, car il est fort à parier que l’opposition sénégalaise qui ne s’est guère distinguée jusqu’ici par une meilleure cohérence tant dans les discours que par les actes, reste vraiment unie pour l’émergence d’un « Grand soir ».

Lors de l’élections présidentielle sénégalaise de 2000 qui avait consacré la victoire d’Abdoulaye Wade, le candidat Djibo Ka qui avait quitté dans un fracas médiatique des plus insoutenables le parti de celui qui fut longtemps son bienfaiteur, c’est-à-dire le parti socialiste du président Abdou Diouf, sera amené- pour des raisons qui sont restées inexpliquées -à soutenir son ex-mentor contre l’alliance formée autour du candidat du changement, Abdoulaye Wade. La même histoire va-t-elle se répéter au profit de Wade ? La réponse sera donnée dans quelques jours.

En tout état de cause, par delà toutes ces spéculations et autres « comptes d’apothicaires » sur l’issue réelle du second tour, force reviendra surtout à la loi et, à travers elle, la très puissante dont l’arrêt de validation de la candidature du candidat Wade est à la source de toutes les manifestations violentes qui ont embrasé les rues à quelques jours du premier tour. Cette défiance marquée à l’égard d’une institution ainsi vilipendée, humiliée et entourée de tous les anathèmes n’est absolument pas de nature à rassurer les sceptiques qui se trouvent du côté de l’opposition. Qui a le tort ô combien naïf et déconcertant de croire que la rue appartient à elle seule.

Ces élections sénégalaises ont ceci de déconcertant que l’âge si avancé de Wade qui cristallise aujourd’hui les colères d’un pan non négligeable de la jeunesse pourrait pourtant constituer le meilleur atout pour le vieux et tous ceux qui aspirent à une alternance rapide à la tête de l’Etat sénégalais. Car, il est tout de même clair que Wade (par-delà le soupçon d’une succession dynastique que lui prêtent ses opposants) ne pourra plus briguer, même en cas d’une victoire probable un nouveau mandat, ce qui laisserait le champ politique ouvert à toutes sortes de possibilités.

Quid de Macky ? Nous y reviendrons.

Par Bacary Camara

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
1FILSDUMALIBA<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 7067</span>
Membre
1FILSDUMALIBA 7067
4 années 6 mois plus tôt

Journal le Challenger, arretez de faire du plagiat c’est mal honnete. Votre titre et la majeur parite de votre commentaire de la journaliste de TV5. S’il vous plait c’est honteux, vous faites comme si ces commentaires viennent de votre journal. Pour etre honnete quand vous utilisez des informations, des ecrits et etc… provenant d’ailleurs cotez les et si possible donnez la source ou la provenance de qui et d’ou ca viennent. Vous etez supposez d’etre des professionnels (les). Merci de votre comprhension et votre collaboration.

wpDiscuz