Élections – Niger : Issoufou face à son challenger Hama Amadou

0
Élections - Niger : Issoufou face à son challenger Hama Amadou
LePoint.fr/Par Janet Akinyové - Le second tour opposera le président sortant Issoufou Mahamadou et son ancien président de l’Assemblée nationale, Hama Amadou, arrivés respectivement premier avec 48,41 % des suffrages et deuxième avec 17,79 %

Inédit. Le 20 mars prochain se tiendra le second tour de la présidentielle. Pour la première fois, il opposera le sortant Mahamadou Issoufou à l’opposant Hama Amadou, toujours détenu dans sa prison de Filingué, à 180 km au nord de Niamey.

Sur le terrain, la campagne pour le second tour de la présidentielle qui se tiendra le 20 mars prochain bat son plein depuis samedi. C’est-à-dire, au lendemain des résultats du premier tour de la présidentielle qui se sont fait attendre dans un climat très tendu depuis près d’une semaine. Selon les résultats publiés, le président sortant Issoufou Mahamadou obtient 48,41 % des suffrages devant ses rivaux, l’ancien président de l’Assemblée nationale Hama Amadou, crédité de 17,8 %, et l’ex-Premier ministre Seyni Oumarou, qui a 12 %. Pendant cinq jours, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a égrené les chiffres, au compte-gouttes, créant une frustration parmi les opposants qui ont sitôt dénoncé des fraudes massives du parti au pouvoir.

Vigueur des institutions du pays

Le premier coup K.-O. n’a donc pas eu lieu. Et le deuxième tour s’annonce inédit et atypique avec deux hommes qui étaient alliés en 2011. Hama Amadou avait rallié le camp Issoufou à l’issue du premier tour, mais surtout avec un candidat incarcéré dans le cadre d’une affaire controversée de trafic d’enfants et obligé de faire campagne depuis sa prison de Filingué, à 180 kilomètres au nord de Niamey. Issoufou Mahamadou, 63 ans, qui brigue un second quinquennat, est « en ballottage extrêmement favorable », selon le ministre de l’Intérieur Hassoumi Massaoudou. « On est un peu déçus de ne pas passer dès le premier tour sur le plan personnel, mais sur le plan politique le travail est fait », a-t-il dit. Il n’a manqué au président sortant que 170 000 voix sur 4,83 millions de suffrages exprimés pour passer au premier tour comme il en avait fait le pari. « Cela démontre que nous (…)

Lire la suite sur LePoint.fr

SOURCELePoint.fr
PARTAGER