En Côte d’Ivoire, le général Dogbo Blé attend l’ouverture de son procès

0
Le général Dogbo Blé après son arrestation, le 15 avril 2011.
AFP

Ce vendredi 7 septembre à Abidjan, six généraux et un magistrat ont prêté serment devant le tribunal militaire. Cette cérémonie annonce l’ouverture de nouveaux procès de militaires impliqués dans des crimes commis pendant la crise post-électorale. Le premier à comparaître sera le général Dogbo Blé, ancien commandant de la garde républicaine, le 18 septembre prochain.

 Le lieu où se tiendra le procès du général Dogbo Blé est encore confidentiel. L’affaire est sensible : l’ancien commandant de la garde républicaine est accusé du meurtre du colonel-major Dosso, kidnappé alors qu’il quittait l’hôtel du Golf puis retrouvé mort le 12 mars 2011. Mais d’après le procureur militaire ivoirien, d’autres charges pèsent sur celui qui était l’un des piliers de l’appareil sécuritaire de Laurent Gbagbo. La justice l’accuse aussi de détournement de fonds, de recrutement et d’entraînement de miliciens.

Lorsque ce procès sera terminé, c’est l’affaire du meurtre d’un soldat nigérien de l’Onuci (la mission des Nations unies en Côte d’Ivoire) qui sera traitée : trois militaires FDS – la dénomination de l’armée du temps de Laurent Gbagbo – seront sur le banc des accusés.
Au total, ce sont environ 70 militaires qui ont été inculpés pour des crimes commis pendant ou après la crise post-électorale. Tous appartiennent à l’armée qui est restée loyale à l’ancien président ivoirien.

Mais d’autres instructions sont en cours, certaines impliquant des membres de la nouvelle armée réunifiée, notamment dans le cadre des attaques qui ont touché la Côte d’Ivoire au mois d’août.

rfi.fr/ 07 septembre 2012

 

PARTAGER