[Direct] Charlie Hebdo: déploiement en cours entre l’Oise et l’Aisne

17
En direct: les suspects du massacre de Charlie Hebdo signalés
Paris, le 8 janvier 2015.
AFP / KENZO TRIBOUILLARD

Ce qu’il faut retenir ce jeudi soir : 

â–º Les suspects de l’attentat ont été repérés et identifiés à une station service dans l’Aisne (nord de la France). Les forces de l’ordre mobilisées en masse tentent en ce moment de les retrouver.

► Plusieurs lieux de culte musulmans ont été la cible de tirs depuis mercredi soir sur le territoire français.

â–º Neuf personnes sont en garde à vue, dans le cadre de l’enquête sur cet attentat terroriste.

► Alors que le plan Vigipirate est à son plus haut niveau en Ile-de-France et en Picardie, une « marche républicaine » est prévue dans les rues de la capitale dimanche à 15h.


Article mis à jour régulièrement à l’heure de Paris. Cliquer pour rafraîchir la page

23h15 : Un convoi de plusieurs dizaines de véhicules du RAID, la force d’intervention de la police, a quitté la zone où se déroulaient les recherches en Picardie, à une centaine de kilomètres au nord-est de Paris, relate notre envoyé spécial dans l’Aisne Simon Rozé. Il se dirige vers la capitale à vive allure et gyrophares allumés. Un dispositif des forces de l’ordre est resté sur place, aux alentours de la station-essence braquée ce matin par les deux suspects de l’attentat. La traque des frères Kouachi a mobilisé 1 500 hommes du GIPN et du RAID tout au long de la journée.

23h00 : L’émotion reste très vive en France et à travers le monde ce jeudi 8 janvier. Desmanifestations spontanées avaient eu lieu dès hier soir dans de nombreux pays et se sont poursuivies tout au long de la journée ce jeudi. Le point sur ces hommages qui dépassent les frontières en cliquant ici.

22h45 : Un miraculé. Antonio Fischetti, journaliste à Charlie Hebdo depuis 17 ans, a échappé à l’attentat. Il aurait dû se trouver dans la salle de conférence de rédaction comme tous les mercredi mais il assistait hier à des obsèques familiales en province. Il témoigne au micro de RFI sur ses amis disparus et sur l’obligation de continuer à travailler pour que sorte dès la semaine prochaine un nouveau numéro de Charlie Hebdo.

22h30 : Cela fait maintenant plus de 35 heures que la rédaction de Charlie Hebdo a été prise d’assaut par deux terroristes armés de fusils mitrailleurs, faisant au total 12 morts et 11 blessés, dont 4 grièvement. Retour sur la journée d’hier en cliquant sur cet article de RFI ou en consultant l’infographie point par point du Monde.fr.

22h20 : Sur le terrain, les recherches se poursuivent activement. Les forces de l’ordre sont toujours à la recherche des deux suspects. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a fait le point ce jeudi soir sur l’enquête en cours. Cliquer ici pour voir ce qu’il faut en retenir.

22h10 : Dans ce contexte, Michel Houllebecq « suspend la promotion » de son livreSoumission, a annoncé son agent à l’Agence France-Presse ce jeudi soir. L’écrivain est «profondément affecté par la mort de son ami Bernard Maris » dans l’attentat contre Charlie Hebdo. Selon France Info, il aurait quitté Paris « pour une destination tenue secrète ».

21h10 : Une première réponse de Charlie Hebdo aux Kalachnikovs des terroristes. Le quotidien satirique indique sur son site qu’un « journal des survivants » paraîtra mercredi prochain.

20h50 : Au lendemain du tragique attentat qui a frappé le siège de Charlie Hebdo, faisant 12 morts et 11 blessés, de nombreuses actions sont organisées partout dans l’Hexagone. Les Français sont invités à placer une bougie à leur fenêtre en mémoire des victimes. Dimanche, une « marche républicaine » sera organisée à Paris. Tous les partis politiques sont conviés sauf le Front National. Une exclusion qui a déclenché un début de polémique. (Cliquer ici pour lire notre article détaillé)

20h05 : Un million d’euros devraient être débloqués « en urgence » pour Charlie Hebdo, a annoncé Fleur Pellerin sur France 5 ce jeudi soir. Une aide financière qui vise à « assurer [la]pérennité » du journal satirique, a ajouté la ministre de la Culture.

19h45 : Pendant ce temps, dans l’Aisne, l’envoyé spécial de RFI Daniel Vallot indique que les deux suspects de l’attaque de Charlie Hebdo ont abandonné leur véhicule. Les frères Kouachi seraient donc à pied, dans le périmètre quadrillé par les forces de l’ordre, englobant plusieurs villages à proximité de Villers-Cotterêts. Mais la traque est difficile, car la zone de recherche inclut des forêts. Des mesures supplémentaires ont été mises en place pour sécuriser les bâtiments publics.

19h10 : Des milliers de personnes affluent sur la place de la République dans le centre de Paris pour rendre à nouveau hommage à Charlie Hebdo décimé lors de l’attentat. Sur place, l’envoyée spéciale de RFI Clémence Denavit parle de « milliers de personnes tenant des stylos», en mémoire des dessinateurs assassinés. Le slogan « Charlie n’est pas mort » est scandé par les manifestants.

 

18h45 : Neuf personnes sont en garde à vue, a déclaré Bernard Cazeneuve à l’Agence France-Presse ce jeudi soir. Le ministre de l’Intérieur a aussi précisé qu’il n’existait aucun lien « à ce stade » entre la fusillade de Montrouge ce matin et l’attentat au siège de Charlie Hebdo hier midi, condamnant au passage les attaques contre des lieux de culte musulmanssurvenues ce matin. Bernard Cazeneuve a enfin indiqué que Said Kouachi a été «formellement reconnu sur photo comme agresseur ».

18h30 : Le ministre américain de la Justice sera à Paris dimanche pour participer à une réunion ministérielle europénne et américaine sur le terrorisme, à l’invitation du ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, indique l’Agence France-Presse.

18h05 : Un nouveau rassemblement est organisé en ce moment place de la République à Paris. La maire de la capitale Anne Hidalgo est sur place. « Je suis là avec les Parisiens, pour dire que nous pensons aux victimes, à leurs familles. Nous portons un message de liberté », a-t-elle déclaré au micro de nos confrères de France Télévisions.

17h55 : « Il n’y a plus d’union nationale », estime Marine Le Pen, interrogée jeudi par l’Agence France-Presse. La présidente du Front National (FN) dénonce son « exclusion » de la « marche républicaine » prévue dimanche à 15h en mémoire de Charlie Hebdo. Le FN n’a pas été convié au rassemblement, contrairement à tous les autres partis politiques. Une exclusion condamnée par l’UMP et par François Bayrou.

17h40 : Après l’attentat contre Charlie Hebdo, la question de sa parution dans les semaines à venir est plus que jamais d’actualité. Des représentants de la presse française se sont réunis hier soir (mercredi) au ministère de la Culture. Fleur Pellerin a appuyé l’initiative de se mobiliser pour que le journal satirique continue à paraître. Mercredi prochain, c’est une version de 8 pages au lieu de 16 que l’on devrait trouver dans les kiosques. Un journal publié par l’équipe rescapée de l’attentat sanglant.

 

17h30 : Charlie Hebdo sera fait citoyen d’honneur de la ville de Paris au cours d’un Conseil de Paris extraordinaire demain à 9h, indiquent nos confrères de Francetvinfo. Par ailleurs, deux bâches seront déployées à 11h sur le parvis de l’Hôtel de Ville, proclamant « Nous sommes Charlie » et « Paris est Charlie ».

17h15 : Après l’attentat perpétré ce mercredi au siège de Charlie Hebdo, la radio de l’organisation Etat islamique qualifie de « héros » les auteurs de l’attaque qui a fait 12 morts et 11 blessés, relate l’Agence France-Presse.

16h35 : L’élan de solidarité dépasse les frontières, après l’attentat terroriste survenu au siège de Charlie Hebdo. Au Royaume-Uni, des policiers ont observé deux minutes de silence en début d’après-midi en hommage aux 3 policiers français tués mercredi et jeudi. (En complément, lire notre article sur les rassemblements de soutien partout dans le monde)

16h30 : Après la localisation dans l’Aisne des deux suspects de l’attentat contre Charlie Hebdo, le niveau « alerte attentat » du plan Vigipirate mis en place en Ile-de-France a été étendu à la région Picardie.

16h20 : L’envoyé spécial de RFI Daniel Vallot se trouve en ce moment sur une route nationale, entre Soissons et Villers-Cotterêts dans l’Aisne. Des habitants qu’il a pu interroger affirment avoir aperçu de très nombreux policiers lourdement armés. Les forces de l’ordre perquisitionnent des véhicules et des habitations pour localiser les deux suspects de la tuerie de Charlie Hebdo.

16h10 : Un peu partout en France, des établissements se mobilisent pour le journal satirique Charlie Hebdo, à l’image d’un cinéma près de Marseille qui affiche une large banderole « Je suis Charlie », devenu le slogan de soutien aux victimes. Idem pour la tour de Bretagne, le plus haut bâtiment de Nantes.

15h55 : L’UMP et l’UDI participeront à la « marche républicaine » prévue dimanche à 15h, en hommage aux victimes de l’attentat de Charlie Hebdo. Syndicats et associations appellent «tous les citoyens » à se joindre à cette manifestation, précise l’Agence France-Presse.

15h50 : Près de 500 personnes ont manifesté à Genève, en Suisse, en soutien à Charlie Hebdo. Un porte-parole du comité de l’Association genevoise des journalistes, interrogé par l’Agence France-Presse, a dénoncé un « attentat révoltant », qui montre qu’il faut « plus que jamais se battre quotidiennement, le crayon ou la plume à la main, pour défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse, qui sont des fondamentaux de la démocratie et de l’Etat de droit ».

 

15h40 : Depuis l’attentat survenu mercredi 7 janvier à Charlie Hebdo, de nombreux dessinateurs se mobilisent, en hommage à leurs confrères tombés sous les balles. Un blog a même été créé, jesuischarlie.tumblr.com. Il répertorie des dizaines de dessins visant à répondre aux auteurs de l’attaque.

15h25 : Une question qui se pose c’est comment les assaillants ont pu se procurer des armes lourdes. Ce midi sur l’antenne de RFI, l’ancien agent de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) Pierre Martinez explique que ces armes, type Kalachnikov et « Bazooka » sont disponibles en France depuis les conflits qui ont frappé notamment l’ex-Yougoslavie, et après la chute du mur de Berlin. Pour lui, les responsables de la tuerie deCharlie Hebdo ont été formés et « tiennent l’arme comme des professionnels ».

15h15 : Au lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo, François Hollande reçoit ce jeudi les responsables des groupes politiques pour appeler à l’unité nationale. Une marche est prévue dimanche, à laquelle tous les partis sont conviés, excepté le Front national. (Cliquer ici pour plus de détails sur notre site)

 

14h55 : La justice française classe la fusillade survenue ce matin dans le sud de la capitale « acte terroriste ». Cette attaque a causé la mort d’une policière municipale.

14h40 : Des drapeaux jihadistes et des coktails Mototov ont été retrouvés dans la première voiture abandonnée par les tueurs à Paris après leur assaut dans la rédaction de Charlie Hebdo mercredi, relate l’Agence France-Presse citant une source proche du dossier.

14h35 : Les unités d’élite de la police et de la gendarmerie « sont positionnées pour vérification d’objectifs dans cette zone où a été abandonnée la voiture utilisée par les deux suspects identifiés par un témoin », a expliqué à l’Agence France-Presse une source policière alors que les forces de l’ordre sont en train de se déployer entre l’Aisne et l’Oise, aux alentours de Villers-Cotterêt et Crépy-en-Valois.

14h25 : « Vous allez payer car vous avez insulté le Prophète », c’est la phrase qu’aurait prononcée un assaillant du journal Charlie Hebdo avant de tirer, et c’est aussi le titre d’un article que le site internet du journal Le Monde consacre au déroulé du massacre de mercredi à paris. (Cliquer pour accéder à l’article du « quotidien du soir »).

14h10 : « Deux hélicoptères Puma de transport de troupes survolent actuellement Crépy-en-Valois dans l’Oise, rapporte France 3 Picardie. Plusieurs fourgons de gendarmes mobiles ont également été aperçus dans les rues de la commune. La préfecture de l’Oise confirme qu’une traque est en cours dans la ville. »

 

14h03 : Les unités du Raid et du GIGN sont déployés près de Villers-Cotterêts, dans une zone où les suspects auraient été repérés selon des sources policières cités par l’Agence France-Presse. Selon le site de France 3 Picardie, les deux suspects seraient retranchés précisément dans une habitation de Crépy-en-Valois. Deux hélicoptères de transport de troupes survolent la ville.

13h30 : Alors que l’avocat du journal satirique a confirmé que Charlie Hebdo sortirait mercredi prochain, précisant qu’il serait tiré à un million d’exemplaires, le quotidien économique Les Echos relate que 500 000 euros seront débloqués « pour que Charlie Hebdo continue à vivre ». (En savoir plus sur le site du quotidien Les Echos)

13h22 : Dans une enquête sur le jihad chez les jeunes, menée par l’émission « Pièces à conviction » sur France 3 en 2005, le nom d’un des deux suspects de l’attaque de Charlie Hebdo était déjà apparu. (Pour accéder à la vidéo sur le site d’information de France Télévision, cliquer ici)

13h15 : Le Royaume-Uni renforce son dispositif de sécurité des frontières.

13h15 : Le plan Epervier a été déclenché dans le sud du département de l’Aisne, où les deux principaux suspects du massacre de Charlie Hebdo ont été signalé par le gérant d’une station-service qu’ils auraient braquée.

13h09 : Déclaration de Nicolas Sarkozy, ce jeudi matin sur le perron de l’Elysée, où il a rencontré François Hollande. « Je suis assez impressionné, et peut-être même bouleversé, par l’attitude de nos compatriotes et les démonstrations spontanées d’unité dans un climat de recueillement, avec une grande demande de fermeté et une très grande dignité de la part de nos compatriotes. Donc, je crois que c’était mon devoir de répondre à cette invitation, montrer ainsi le front uni, de l’ensemble de ceux qui exercent des responsabilités. Face à cette attaque d’une brutalité inouïe, les hommes civilisés doivent s’unir pour répondre à la barbarie. »

12h40 : Concernant l’attaque survenue dans le sud de Paris ce jeudi, la Brigade recherche et information (BRI) a agrandi le périmètre de sécurité pour éviter qu’il y ait des blessés en cas de nouvelle fusillade. Ses éléments ont procédé à une fouille systématique, évacué tous les bâtiments, et notamment un hôtel, pour chercher des indices ou d’éventuels suspects. Une équipe d’intervention scientifique est également entrée dans les immeubles et dans un garage. (Aller plus loin)

12h30 : Alors que les hommages affluent sur Twitter, des partisans du groupe Etat islamique, que ce soit de simples sympathisants ou des combattants qui tweetent de la région syro-irakienne, expriment depuis hier leur joie sans retenue après l’attaque meurtrière de mercredi dans les locaux de Charlie Hebdo. Ce ne sont pas des revendications officielles, mais les marques d’un soutien sympathisant. Un hashtag, notamment en arabe, est utilisé pour l’occasion.

12h28 : Claude Moniquet, ancien agent du renseignement français au sein de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et spécialiste du terrorisme, a commenté la traque des suspects sur l’antenne de RFI : « Ce qu’on peut dire sur les frères Kouachi, c’est que ce sont des ” clients ” – comme on dit dans la police – assez sérieux puisque l’un d’eux, Chérif, le plus jeune d’ailleurs […] avait été sous l’influence d’un prédicateur qui était lui-même lié [à] l’une des évolutions des GIA algérien. Donc, ce sont des gens apparemment au cÅ“ur d’une mouvance jihadiste depuis des années. Mais les frères Kouachi, apparemment, n’avaient pas fait parler d’eux depuis trois ou quatre ans. »

12h20 : Le président François Hollande s’est exprimé, de nouveau, ce jeudi matin aux Invalides à Paris : « Hier, des rassemblements spontanés partout en France se sont constitués. Notre pays, notre grande France, sait se réunir pour défendre son idéal, l’idéal de la République, l’idéal de la paix face à ceux qui prétendent l’atteindre en tuant des journalistes et des policiers. C’est en étant rassemblés, unis, solidaires que nous ferons face à la barbarie terroriste, à l’intolérance, à l’infamie, au-delà des croyances, au-delà des opinions, au-delà des sensibilités et au-delà des origines oui, tous rassemblés parce que ces différences qui existent de notre pays s’effacent quand il y a l’essentiel qui est en cause. Et ces différences deviennent autant de richesses au service de l’unité nationale. »

12h09 : Une minute de silence a été observée en France à la mi-journée. L’intégralité du réseau de transport de la RATP (Ile-de-France) s’est arrêté.

 

12h09 : Une minute de silence a été observée en France à la mi-journée. L’intégralité du réseau de transport de la RATP (Ile-de-France) s’est arrêté.

 

12h05 : Charlie Hebdo pourra « sortir la semaine prochaine », assure un chroniqueur du journal, Patrick Pelloux, alors que l’équipe du journal a été décimée dans l’attaque de mercredi.

11h50 : Le pape François a consacré une prière, jeudi, à toutes les victimes de l’attaque ayant frappé l’équipe de Charlie Hebdo mercredi. « L’attentat d’hier à Paris nous fait penser à toute cette cruauté, cette cruauté humaine ; à ce terrorisme, que ce soit un terrorisme isolé ou un terrorisme d’Etat. Cette cruauté dont l’homme est capable ! », a déclaré le souverain pontife lors de sa messe du matin à la résidence Sainte-Marthe. « Prions, maintenant, pour les victimes de cette cruauté. Tant de victimes ! Et prions aussi pour les personnes cruelles, afin que le Seigneur convertisse leur cÅ“ur », a-t-il ajouté.

11h45 : « Les plaques d’immatriculation ne correspondent pas au véhicule », explique une source proche de l’enquête à l’AFP. « Les brigades d’intervention, stationnées Porte de la
Villette, ont reçu l’ordre de s’équiper de fusils d’assaut et d’équipements de protection
 », explique une source policière à la même agence de presse.

 

 

11h30 : Les deux suspects ont été localisés dans le département de l’Aisne, dans le nord de la France, selon l’Agence France-Presse qui cite des sources proches de l’enquête. Ils sont armés.
L’essentiel à la mi-journée

• Des faits nouveaux. Une fusillade a eu lieu ce jeudi 8 janvier dans la matinée, à proximité de la Porte de Châtillon (sud de la capitale), à la limite entre Malakoff et Montrouge. Un homme portant un gilet pare-balles et un fusil mitrailleur a tiré sur une policière municipale, qui est décédée depuis, et un agent de la voirie, grièvement blessé. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a quitté une réunion de l’Elysée pour se rendre sur place. Il a annoncé que le tireur était en fuite. (Lire notre article sur les coups de feu survenus dans le sud de Paris)

Par ailleurs, une explosion, d’origine criminelle selon les autorités, est survenue tôt ce jeudi à Villefranche-sur-Saône, dans le Rhône, devant un restaurant kebab près d’une mosquée. Il n’y a pas de blessé. Plusieurs lieux de culte musulmans ont été la cible de tirs depuis mercredi soir sur le territoire français.

• Les suspects sont localisés. Les auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo sont en fuite, mais les forces de l’ordre suivent une piste extrêmement sérieuse et ont localisé deux suspects, Saïd et Chérif Kouachi. Il s’agit de deux frères, âgés de 34 et 32 ans, qui ont fait l’objet d’un appel à témoins dans la matinée et ont finalement été localisés dans l’Aisne (nord de la France). Ils sont armés.

La carte d’identité de l’un des frères Kouachi, tous deux nés à Paris de nationalité française, a été retrouvée dans le véhicule de marque Citroën avec lequel les assaillants du journal satirique ont pris la fuite juste après la fusillade. Cette voiture avait été abandonnée par les tueurs au niveau de Porte de Pantin, à l’entrée nord-est de Paris, après avoir percuté une autre voiture. Chérif, plus jeune des deux frères, avait été condamné en 2008 pour avoir participé à une filière d’envoi de combattants en Irak. (Lire notre article sur le profil des frères Kouachi).

• Des gardes à vue. Après l’attaque, et notamment dans la nuit de mercredi à jeudi, des perquisitions ont été menées à plusieurs endroits en France et des interpellations ont eu lieu dans l’entourage des deux suspects principaux. Sept personnes sont pour l’instant en garde à vue, incluant un lycéen de 18 ans d’abord présenté comme un troisième suspect et qui s’est rendu de lui-même au commissariat à Charleville-Mézières, dans les Ardennes, car il se savait recherché. Il s’agirait du beau-frère d’un des suspects mais aucune charge n’est pour l’instant retenue contre lui. Une autre personne est en garde à vue dans la même ville, tandis que quatre individus ont été arrêtés à Reims, dans la Marne, et une dernière à Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine. (Lire notre point sur l’enquête au matin du 8 janvier)

• Un appel à l’union nationale. Alors que le plan Vigipirate est à son plus haut niveau et quela vague d’indignation est mondiale, ce jeudi 8 janvier est une journée de deuil national en France. A 12h, la compagnie des transports en commun de la région parisienne, la RATP, interrompra intégralement son trafic pendant une minute. La population est aussi appelée à observer une minute de silence au même moment, notamment les personnels des services publics, avant un rassemblement prévu dans les rues de la capitale ce week-end. Les drapeaux resteront en berne pendant trois jours.

La classe politique se montre soudée, à l’image de l’ancien président Nicolas Sarkozy et de son successeur, le président François Hollande, qui se sont retrouvés côte à côte, ce jeudi à l’Elysée, pour la première fois depuis leur passation de pouvoir en mai 2012. Le président Hollande doit rencontrer vendredi Marine Le Pen, François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon.(Notre article sur les déclarations de François Hollande)

 

Lire la suite de l’article sur rfi.fr

 

 

PARTAGER

17 COMMENTAIRES

  1. Diantre pourquoi ces journalistes s’acharnaient ils contre le prophète sachant très bien que les musulmans condamnaient sérieusement le blasphème contre leur prophète….?

    Ceci n’est pas seulement de la liberté d’expression c’est de la provocation pure et simple….. et la provocation ça se paye….. parfois au prix fort….

  2. comment IBK est capable de sortir au perron de la Présidence pour des blancs ayants cherchés la mort et ne fait même pas allusion à nos soldas morts pour la défense de l'Etat qu'il (IBK) c'est vraiment une honte pour nous africains

  3. Mes condoléances les attristées aux journalistes et aux policiers que leur âme repose en paix .
    Charlie hebdo à outre passer la LIBERTÉ DE PRESSE.Pourquoi provoquer une religion qui n’accepte pas les caricatures. La Liberté a des limites .Tout journaliste doit respecter les religions.Car toute réligion est sacrée pourquoi s’attaquer aux prohetes : Abraham, Jesus, Mohames

  4. BON on ne sait prkwa ils l on fait , en
    tout cas Dieu ns jugera tous
    il y a des choses aux kel on doit pas toucher voila
    ainsi va la vie///////////////SALM

  5. quand on voit la tenue du flic au milieu de la photo ,il y aurait de quoi équiper toute, l’armée malienne :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

    • Fous le camp pauvre voleur de ressources, rien que le chaussette (30000 FCFA/pièce) peut équiper un élément de vos forces spéciales ! 😀 😀 😀 😀 😀
      Il vous faut un autre appel, cette fois-ci pas de BRAZZAVILLE mais de BAMAKO pour venir à bout de cette autre forme d’invasion. 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 :mrgreen: :mrgreen: 😀 😀 😀 😀 😀

    • 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆
      Gardez vos équipements … !!!

      Elles ne sont pas conformes aux nos normes … de notre brave armée d’athlètes … 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

      Les chaussettes marque HUSSEIN BOLT …de 30000 FCFA sont plus appropriées pour le repli tactique …. 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

      Moussa Ag,… Cet arsenal est impressionnant pour le combat … mais encombrant pour la fuite …

      • Ils voudraient fuir… qu’ils ne pourraient pas… 😉 avec rien que des gilets pare-balles qui pèsent 43,55 kg… la fuite est interdite.

        C’est fait exprès !

        😀 😀 😀 😀 😀

        • Salut Brou…

          Bonne Annee a toi et a ta famille…

          En tout cas … avec un tel arsenal… meme si tu fuis… tu ne laisseras pas les pauvres civils derriere… ils te devanceront de tres loin… meme les femmes enceintes… 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆 😆

          Moussa Ag,… qui essait de trouver un minimum d’humour dans la tristesse de cette tragedie…

          Ces memes imbeciles … continuent a tuer dans le nord du Mali…

  6. Je condamne fermement tout acte qui porte atteinte à la vie humaine. Elle est sacrée.

    Ces gens qui se disent musulmans, et qui agissent ainsi, sont les pires ennemies de l’islam. La justice appartient à Dieu. Personne n’aime plus le Prophète qu’ALLAH. C’est à ALLAH de rendre la justice au Prophète et non une personne.

    “Il vaut mieux ne pas remporter une victoire déshonorante que d’employer la haine et la force à faire chanceler la justice” (Euripide, Andromaque).

  7. Ils ont créé le terrorisme pour mieux reigner,
    ils ont réussi à l’internationaliser,
    ils ont créé des désordres dans d’autres pays.
    Certes, l’eau va à la rivière.
    Le vent fou sémé revient avec une tempête dévastatrice sans limite.
    Les térroristes sur terrains ne sont que des petits pions poussés par des impérialistes ambitieux que les pays font semblant d’ignorer pour ne pas mettre en colère le moteur du terrorisme.
    La face du terrorisme est l’hypocrisie.

    Celui qui fait du mal aux gens se rend vulnérable.

Comments are closed.