Entretien UE-USA sur la possible interdiction des ordinateurs Ă  bord des avions (Commission)

0
Les États-Unis envisagent d'étendre à l'Europe l'interdiction des ordinateurs à bord des avions pour des raisons de sûreté.@ Antti Aimo-Koivisto / Lehtikuva / AFP
Les États-Unis envisagent d'étendre à l'Europe l'interdiction des ordinateurs à bord des avions pour des raisons de sûreté.@ Antti Aimo-Koivisto / Lehtikuva / AFP

Bruxelles – La Commission europĂ©enne a annoncĂ© vendredi qu’un “entretien tĂ©lĂ©phonique” aurait lieu dans la journĂ©e entre des hauts responsables europĂ©ens et amĂ©ricains, après que Bruxelles a rĂ©clamĂ© des informations sur une Ă©ventuelle interdiction par les Etats-Unis des ordinateurs en cabine Ă  bord des avions en provenance d’Europe.

“Il y a un entretien tĂ©lĂ©phonique programmĂ© plus tard aujourd’hui avec le secrĂ©taire amĂ©ricain Ă  la SĂ©curitĂ© intĂ©rieure John Kelly et certains ministres” de pays europĂ©ens, auquel participeront deux commissaires europĂ©ens, a dĂ©clarĂ© Ă  la presse une porte-parole de la Commission, Anna-Kaisa Itkonen.

Ce rendez-vous intervient après la demande par l’exĂ©cutif europĂ©en d’une “tenue rapide de rencontres” avec les autoritĂ©s amĂ©ricaines, “tant au niveau technique que politique”, afin de voir plus clair dans les intentions amĂ©ricaines.

Un porte-parole ministĂ©riel amĂ©ricain avait indiquĂ© mardi que les autoritĂ©s amĂ©ricaines envisageaient d’interdire les ordinateurs en cabine Ă  bord des avions en provenance d’Europe, Ă©tendant ainsi une mesure en vigueur sur les vols arrivant de plusieurs pays du Moyen-Orient et d’Afrique.

Les commissaires européens Dimitris Avramopoulos et Violeta Bulc, chargés respectivement des Affaires intérieures et des Transports, avaient alors adressé une lettre à leurs homologues américains pour demander des précisions.

“Notre intĂ©rĂŞt est de rester informĂ©s de manière Ă  ce que nous puissions partager l’information avec nos Etats membres” sur une mesure qui “pourrait toucher les voyageurs europĂ©ens”, a expliquĂ© Mme Itkonen.

“S’il y a une menace sĂ©rieuse quelque part sur la sĂ©curitĂ©, cela affecte l’UE, nous voulons ĂŞtre informĂ©s”, a-t-elle ajoutĂ©, indiquant qu’elle ne disposait pas encore de l’horaire prĂ©cis de l’entretien tĂ©lĂ©phonique.

Le porte-parole ministĂ©riel amĂ©ricain avait prĂ©cisĂ© mardi que les compagnies aĂ©riennes opĂ©rant des liaisons entre l’Europe et les Etats-Unis avaient Ă©tĂ© prĂ©venues qu’une telle mesure Ă©tait susceptible d’ĂŞtre mise en place.

La mesure, si elle Ă©tait mise en place pour les vols au dĂ©part de l’Europe, aurait un impact significatif cĂ´tĂ© europĂ©en: elle concernerait environ 3.250 vols par semaine, selon une estimation communiquĂ©e Ă  l’AFP par un porte-parole d’Airports Council International (ACI) Europe, ce qui implique des centaines d’aĂ©roports.

En mars, Washington a interdit aux passagers voyageant Ă  bord de vols directs vers les Etats-Unis au dĂ©part de dix aĂ©roports situĂ©s dans huit pays de transporter en cabine des ordinateurs portables, des tablettes et autres appareils Ă©lectroniques plus grands qu’un tĂ©lĂ©phone portable.

Les pays concernĂ©s sont la Turquie, l’Egypte, le KoweĂŻt, les Emirats arabes unis, l’Arabie saoudite, le Maroc, le Qatar et la Jordanie.

Le Royaume-Uni a immédiatement emboîté le pas des Etats-Unis pour les vols provenant de six pays: Turquie, Liban, Jordanie, Egypte, Tunisie et Arabie saoudite.

Cette dĂ©cision est intervenue après que plusieurs responsables de la lutte antiterroriste ont Ă©voquĂ© des projets de groupes jihadistes de confectionner des bombes ayant l’apparence de batteries d’appareils Ă©lectroniques.

(©AFP / 12 mai 2017 14h56)

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here