France: Michel Tomi, roi des casinos d’Afrique, mis en examen

0
France: Michel Tomi, roi des casinos d'Afrique, mis en examen
Michel Tomi, dans son bureau de Libreville (Gabon), le 23 janvier 2002.
AFP PHOTO DESIREY MINKOH

L’homme d’affaires Michel Tomi, figure de l’industrie du jeu en Afrique, a été mis en examen, vendredi 20 juin. Interpellé mercredi matin à Paris, il est visé par une enquête pour des faits présumés de blanchiment de fraude fiscale, d’abus de biens sociaux et de corruption d’agent public étranger.

Blanchiment en bande organisée de fraude fiscale, Michel Tomi, le roi du jeu en Afrique de l’ouest, est soupçonné de faire revenir en France une partie de sa fortune par le truchement de sociétés écrans.

L’homme d’affaires corse qui a introduit le PMU il y a vingt ans au Gabon, balaye l’accusation. Sa position est simple : il ne travaille pas en France, il est donc très difficile de concevoir une fraude fiscale pour quelqu’un qui paie l’intégralité de ses impôts à Libreville.

Mais il y a deux mois, l’enquête avait été étendue à des faits de corruption d’agent public étranger. Les enquêteurs s’intéressent notamment aux relations entre l’homme d’affaires et l’actuel président malien Ibrahim Boubacar Keïta.

Intime des présidents

Car Michel Tomi, intime du clan Bongo, a étendu ses investissements au Mali. Il est devenu l’ami du président malien dont il aurait favorisé, dit-on, l’arrivée au pouvoir. « Il faudra qu’on m’explique comment on peut corrompre un président qui gagne plus que vous », expliquait-il crânement cette semaine à l’hebdomadaire Le Point.

Reste que Michel Tomi a toujours navigué en eaux troubles, cultivant les amitiés aussi bien au sein de la police qu’au sein de la pègre corse. « Je ne suis pas le parrain des parrains », clame-t-il aujourd’hui, mais il est néanmoins dans le collimateur des juges antimafia.

par RFI

PARTAGER